Le Chasseur Français

Le Chasseur Français No. 1485

Chaque mois, retrouvez des reportages et des conseils pratiques concernant la chasse, la pêche, le jardin. Et en plus, des petites annonces classées au service de nos lecteurs.

Leer Más
País:
France
Idioma:
French
Editor:
Reworld Media Magazines
Periodicidad:
Monthly
US$ 3,13
US$ 26,71
12 Números

en este número

4 min.
la deuxième vie des arbres…

Dans une forêt où le non-interventionnisme est la règle, le bois mort représente 40 à 200 m³/ha, soit 5 à 30 % du volume de bois vivant, alors que certaines forêts gérées pour la production atteignent tout juste 5 m³/ha. Mais un nombre croissant de forestiers fait en sorte, lors des opérations de martelage, que des « chandelles » et des arbres à cavités soient conservés sur place. On commence en effet à admettre que si la mort d’un arbre ne relève pas d’une maladie ou d’une attaque parasitaire importante, la propagation aux voisins n’a pas lieu – avec un bémol cependant (lire encadré). Quant aux cavités de petite taille relevées sur des sujets en bonne santé, elles font généralement partie des traumatismes bénins. Grandeur, décadence, mais aussi providence! Lorsqu’un arbre a…

1 min.
verdict

Battue et tir longue distance! ☛ En France, on aime le .300WM pour sa puissance d’arrêt sur les grands animaux. Pourtant, ce calibre nécessite normalement un long canon, alors que les carabines sont de plus en plus compactes, avec des canons courts. De ce fait, Blaser a cherché à le concurrencer en développant ce 8,5×55, mieux adapté au marché. Avec des canons de moins de 50 cm de long, ce calibre atteint des valeurs balistiques identiques à un .300WM avec canons longs. La balle AccuBond de 11,7 g et de 8,5 mm de section, associée à une haute vitesse (V0 = 910 m/s), offre d’excellentes performances pour le tir en battue, même lorsque la balle n’est pas parfaitement placée. Enfin, la trajectoire est très rasante, ce qui est un gros avantage…

2 min.
haies: n’oubliez pas les grimpantes!

Lorsqu’une haie atteint une certaine hauteur, même s’il s’y trouve déjà des arbres et des arbustes comme des prunelliers, des aubépines et autres pommiers sauvages, il peut s’avérer judicieux d’y ajouter des plantes grimpantes. Elles fourniront des baies et des fruits supplémentaires qui régaleront les locataires sédentaires ou passagers de ce corridor biologique. Parmi les végétaux sauvages les plus intéressants pour la petite faune, on peut citer le lierre grimpant (Hedera helix), la ronce à mûres sauvages (Rubus fruticosus)et le tamier commun (Dioscorea communis), dont les jeunes pousses, connues sous le nom vernaculaire de «répountchous», sont appréciées cuites comme des asperges. Diverses variétés de vignes et la vigne vierge vraie (Parthenocissus quinquefolia)sont également intéressantes. Aucune raison donc de rechercher parmi les végétaux d’ornement, qui pollueraient la flore locale et pourraient s’avérer…

1 min.
chronologie des faits

26/03/18 et 04/06/18: constats d’huissier d’enfouissement de déchets. 05/07/18 et 13/08/18: rapports d’expertise sur la pollution des sols. 04/09/18: lettre de la commune au propriétaire et à l’entreprise de terrassement pour demande d’explications sur les remblais de déchets. 16/10/18: arrêtés municipaux de mise en demeure de retrait des déchets. 21/01/19: rapport d’inspection de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (visite du 14/12/18). 30/03/19: rapport d’expertise. 27/03/20: jugement du tribunal d’Amiens confirmant la légalité des arrêtés municipaux. 13/05/20: le tribunal d’Amiens rejette la demande de suspension, déposée par le propriétaire et l’entrepreneur, du paiement de l’astreinte journalière fixée par un arrêté municipal du 07/04/20. 08/09/20: feu vert de la DDT au propriétaire pour reboiser la parcelle sur la zone remblayée. 10/09/20: constat d’huissier et procès-verbal de la gendarmerie pour déversement de terre sur les remblais.…

1 min.
cas particuliers

☛ Il faut couper les arbres morts quand, situés trop près des constructions ou des lieux de fréquentation humaine, ils représentent un danger lors des coups de vent. Et les épicéas colonisés par les bostryches (des coléoptères du groupe des scolytes à fort potentiel de propagation) doivent être abattus. Depuis 2018, les canicules estivales rendent particulièrement vulnérable cette espèce de résineux dont les hormones de stress attirent leurs “bourreaux entomologiques”.…

2 min.
la trompette en corrèze

Nous avions rencontré Danielle et Henry Cousty lors d’un précédent sujet sur la girolle, dans les grands espaces de cette Corrèze qui chatouille les frontières de la Dordogne. Cette fois, c’est la trompette-de-la-mort qui a la faveur de ces fins connaisseurs. Le couple s’intéresse à tous les champignons, dont bien évidemment les plus délicats parmi les comestibles. «Cela fait très longtemps que nous vouons une véritable passion aux champignons, reconnaît Danielle. Mes grands-parents habitaient en Dordogne et je les accompagnais souvent à la cueillette. Enfant, mon mari suivait aussi ses parents et son oncle. Depuis quarante-six ans, nous cueillons les champignons ensemble et avec toujours autant de plaisir.» Habituée des feuillus, la trompette apparaît ici sous des arbres de taille déjà respectable, « mais aussi dans les taillis de bois mêlés, où…