DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
Valeurs Actuelles

“LE CLIENT N’APPARTIENT À PERSONNE”

Emmanuel Marill. Le dirigeant d’Airbnb France et Belgique veut s’attaquer à ceux qui ignorent la règle des 120 jours de location. (PRESSE/AIRBNB)

Pourquoi Airbnb marche-t-il si bien en France?

Depuis son lancement en France, en 2012, Airbnb y a accueilli 30 millions de voyageurs dont 8millions à Paris, deuxième destination la plus recherchée après New York. Notre succès en France se résume en cinq points. La France a un problème endémique de pouvoir d’achat, les salaires y augmentent moins que le coût de la vie et les impôts y sont élevés. C’est un pays de propriétaires et le pays des congés payés. À cela s’ajoutent la place de Paris, qui fait rêver le monde, et de la France, première destination touristique, ainsi que la forte connectivité dans le pays. Les Français sont les champions de l’économie collaborative même s’ils ne revendiquent en rien cette étiquette. Ici, 20 % de notre offre correspond à des chambres chez l’habitant. L’âge moyen de nos hôtes est de 46 ans, contre 37 ans pour nos voyageurs. Le revenu médian annuel des hôtes est de 2100 euros. La plate-forme Airbnb avait en France, en 2012, 7000 offres, dont 4000 à Paris, contre aujourd’hui plus de 500000 offres, dont 65000 à Paris intra-muros et 85000 pour le Grand Paris.

“NOUS AVONS PU ÊTRE LA CIBLE DE CERTAINS LOBBIES DANS LE TOURISME, MAIS JE NE PENSE PAS QUE NOUS SOYONS L’ENNEMI DES HÔTELIERS.”

Vous apparaissez toutefois comme l’ennemi des hôteliers.

Le client n’appartient à personne. La renommée d’Airbnb, c’est sa communauté; une forte relation de confiance. Être réglementé, c’est être reconnu. La loi Elan impose un plafond légal de 120 jours par an pour louer sa résidence principale à des fins touristiques. Il y a eu sept lois en trois ans, la location d’un lieu touristique est très réglementée en France. La régulation est normale, mais les amendes sont totalement disproportionnées. Nous avons pu être la cible de certains lobbies dans le tourisme, mais je ne pense absolument pas que nous soyons l’ennemi des hôteliers. En France, nous sommes aujourd’hui présents dans 22000 communes dont 15000 où il n’y a pas d’hôtel. Airbnb n’est pas une plate-forme du logement, elle est une plate-forme du “voyager autrement”, de voyages nourris d’expériences.

Qu’est-ce qui vous a conduit à vous associer au réseau immobilier Century 21?

Les Parisiens sont à 60 % locataires. On ne peut bien évidemment pas sous-louer un appartement sans l’accord du propriétaire, c’est la loi. Notre groupe a conçu avec Century 21 un avenant au bail qui prévoit un partage de revenus entre locataire et propriétaire d’un logement.

Il y a tout de même un bras de fer avec la Ville de Paris; on vous reproche de fermer les yeux sur les pratiques abusives de certains de vos hébergeurs…

Le tourisme représente plus de 11 % du PIB de la capitale, nous avions de très bonnes relations avec la Ville de Paris, puis le débat est devenu politique et nos relations sont plus tendues depuis un an et demi. On nous reproche d’être laxistes. C’est nous qui avons proposé, dès janvier 2018, de mettre en place le blocage à 120 jours. Nous l’avons expérimenté dans les quatre arrondissements du centre de Paris, le périmètre le plus exposé à la pression immobilière et là où nous étions accusés de favoriser la dévitalisation des quartiers. C’est pur fantasme, car ce sont précisément des quartiers touristiques. La chasse aux fraudeurs, nous y sommes aussi favorables et nous allons étendre le blocage des 120 jours à tous nos hôtes en France d’ici à la fin de l’année.

help