DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Presse people
Grazia FranceGrazia France

Grazia France No. 478

Avec Grazia, découvrez chaque semaine un tourbillon de news, de styles et de people.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe Mondadori Magazines France
Lire pluskeyboard_arrow_down
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: YES40
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
1,06 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
40,17 €(TVA Incluse)
51 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time1 min.
édito

Angèle et Clara Luciani, deux femmes qui font la une de Grazia cette semaine. Deux artistes au talent protéiforme qui posent côte à côte, avec le même look, sans peur de se perdre, d’être confondues. Elles appartiennent à l’époque, notre époque, celle des collectifs et des réseaux sociaux, du pluriel. Ce numéro marque un tournant dans l’histoire de notre magazine, avec ce passage du « je » au « nous ». Choisir, au sein de notre rédaction, le collectif, c’est avancer ensemble. C’est porter un autre regard sur cette société dont les lignes bougent en s’intéressant, comme nous le faisons cette semaine, aux revendications de ces mères qui ont endossé le gilet jaune et mis, comme elles le disent, « leur vie entre parenthèses pour quelque chose d’important ». Ou en…

access_time1 min.
les in10pensables

access_time3 min.
nora hamzawi j’ai acheté de la lingerie

C’étaient les soldes, et c’est toujours l’enfer, la lingerie soldée. Les soutiensgorge sont supposés être rangés par taille et par bonnet mais, en vrai, on sait très bien qu’ils sont rangés n’importe comment et je ne parle pas des culottes toutes mélangées dans un bac et qui ont encore plus mauvaise mine que celles que tu as chez toi depuis tes 20 ans. J’en ai pris une du bout des doigts, puis je l’ai posée à la caisse: – Vous pouvez me la garder? – Vous ne l’essayez pas? On ne fait pas d’échanges sur les culottes soldées. J’ai juste acquiescé par un mouvement de la tête mais j’aurais voulu lui répondre que je ne l’essaye pas exactement pour les mêmes raisons qu’ils ne font pas d’échange pendant les soldes, parce que c’est…

access_time2 min.
sorties

CINÉMA LE 6 FÉVRIER (MEXIQUE, 2 H 53) Nuestro Tiempo de Carlos Reygadas Reygadas revient, avec son film le plus accessible depuis longtemps. Dans un ranch où elle élève des taureaux de combat, une famille mexicaine voit son équilibre naturel fauché par la liaison de la mère avec le dompteur de chevaux. Une composition aux allures de telenovela abrupte, animale et contemplative, le réalisateur campe luimême le mari poète au bord de la crise de nerfs. No Country For Macho Men. TÉLÉ DU 6 AU 13 FÉVRIER SUR ARTE Cycle Berlinale 2019 Pour la 69 édition du festival berlinois, Arte remet dans l’air les films qui en ont marqué l’histoire. Parmi eux Les Noces rouges de Chabrol (photo), Smoke de Wayne Wang ou Trois Couleurs: Bleu de Krzysztof Kieślowski, en l’honneur de sa présidente, Juliette…

access_time1 min.
3 obsessions

UNE MUSIQUE: Kate Bush, Remastered Part I and II (EMI). La ressortie en deux coffrets de l’intégrale de la diva permet de redécouvrir une artiste qui a su tracer sa propre voie. Ses albums n’ont rien perdu de leur pouvoir hypnotique. Un classique. UNE SÉRIE: Escape at Dannemora, sur Canal+. L’évasion de deux taulards d’une prison de haute sécurité, avec la complicité d’une employée. Avec Benicio Del Toro, Paul Dano et Patricia Arquette, dans une réalisation bluffante de Ben Stiller. UN LIVRE: Une si longue lettre de Mariama Bâ (Le Serpent à plumes). Ramatoulaye raconte à sa meilleure amie sa vie de femme au Sénégal. La romancière fut la première à militer pour l’égalité des femmes dans son pays. Riche et émouvant. PHOTOS: LES FILMS DU LOSANGE; DR; MAURIZIO CAVALLASCA; THÉO MERCIER &…

access_time5 min.
01 parade enchantée

Le tableau était mirifique. Ces femmes, nouvelles icônes modernes de la maison Valentino, parées de teintes chaudes, se sont réunies en un bouquet final autour de Naomi Campbell et Pierpaolo Piccioli. Pour créer cette collection majestueuse, ce dernier s’est inspiré des peintures de Gauguin, des vierges noires, mais aussi des longues robes en taffetas des dames des salons parisiens. L’énergie venait des couleurs, des mouvements prolongés par les traînes, de la nature prolifique. Chez Dior, elle se muait en mouvements. Ceux des danseuses entre-chassés aux pas des mannequins sous le chapiteau d’un cirque. Vestes de voltigeurs, broderies dresseur de lion, imprimés « parade », robes à sequins et dégradés flammes rappelant les cracheurs de feu ou encore boots en clin d’œil à la piste aux étoiles… L’univers du cirque était réinterprété…

help