ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Actualité et politiques
Le Point

Le Point 8 octobre 2020

L'hebdomadaire français d'information de référence.Avec rigueur, conviction et ouverture, Le Point analyse et prolonge en toute indépendance l'actualité politique, économique, sociale et culturelle en France et dans le monde.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
SEBDO
Fréquence:
Weekly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,14 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
62,29 €(TVA Incluse)
26 Numéros

dans ce numéro

4 min.
pitié pour les arméniens! honte à erdogan!

Comparaison n’est pas raison et celle-là est si galvaudée, à propos de tant de dictateurs, qu’on ne peut la formuler que du bout des lèvres. Et pourtant il y a beaucoup de ressemblances entre Adolf Hitler et le président turc, Recep Tayyip Erdogan, le frelon de la Méditerranée, virevoltant d’un front l’autre, comme s’il cherchait la guerre. Notre vieille Europe regarde cette agitation de loin, avec un air avachi. Mais elle est concernée au premier chef par la montée en puissance du néo-sultan Erdogan (lire p. 52) qui, après avoir réveillé le nationalisme ottoman, viole sans vergogne les eaux territoriales de la Grèce pour rechercher des gisements gaziers dans les fonds marins. N’est-ce pas ce qu’on appelle un acte de guerre? La moindre des similitudes entre Hitler et Erdogan n’est pas le…

4 min.
le trumpisme va-t-il renaître en france?

Donald Trump est peut-être plombé pour avoir pris trop à la légère le coronavirus. Le voici contaminé, et donc embourbé. Mais le coup de tonnerre de son élection, il y a quatre ans, ne doit pas être oublié. Peut-on exclure que le scénario se répète chez nous, avec, comme toujours, un peu de retard? En 2016, l’élite américaine, pas encore aussi touchée qu’aujourd’hui par la fameuse cancel culture, mais déjà très avancée sur le chemin de ce que l’on appelait alors le politiquement correct, ne prenait pas Trump au sérieux. Son petit complexe de supériorité, ajouté à la tétanie face aux propriétaires autoproclamés de la morale, a ouvert une faille. Le meilleur exemple en est peut-être le New York Times, journal favori de ces élites, qui s’est engagé dans une grande…

3 min.
macron ier, empereur des français

Fallait-il ouvrir un troisième front? Déjà occupé sur le Bosphore par sa lutte difficile contre le calife Erdogan ainsi qu’au Levant par la chasse aux despotes corrompus libanais, l’empereur français Macron Ier avait longuement hésité à envoyer des troupes fraîches contre le boyard biélorusse Loukachenko. Ses conseillers militaires l’avaient supplié de ne pas commettre l’erreur de Napoléon et Hitler: se risquer trop tard dans l’année vers les froides terres de l’Est. L’impératrice Brigitte elle-même, après avoir consulté divers mages et astrologues, avait prédit les pires difficultés pour son époux au-delà du fleuve Niémen. Néanmoins, notre empereur belliqueux décida de marcher, avec ce qui restait de son armée engagée ailleurs, sur Minsk, capitale du boyard honni. Loukachenko, du coup, se tourna vers son allié de toujours, la Russie, alors gouvernée par…

4 min.
mélenchon en rêvait, macron l’a fait

Des niveaux record de dépenses publiques et de déficit budgétaire, un plan de relance de 100 milliards d’euros, la prolongation des droits des intermittents du spectacle, la majoration de l’allocation de rentrée scolaire, la prime de 4 000 euros pour l’embauche des jeunes, sans compter les 500 millions d’euros pour la rénovation thermique des HLM ou les 200 millions pour abonder le « fonds vélo », il faut quand même se pincer très fort pour se convaincre que c’est bien l’« ultralibéral » Emmanuel Macron qui loge à l’Élysée et pas Jean-Luc Mélenchon ou Yannick Jadot. C’est donc par pur conformisme idéologique que la gauche critique un budget pour 2021 plus dépensier, plus keynésien, plus social et socialiste, plus écologique qu’elle-même n’en avait jamais conçu en rêve. Et qui, de surcroît,…

4 min.
pronostic politique engagé pour trump

Le virus que Donald Trump dit être « chinois » a triplement miné ses chances de réélection à la Maison-Blanche le 3 novembre. L’épidémie a d’abord révélé la faiblesse de ses capacités à gérer la crise. La sévère récession qu’elle a ensuite provoquée a détruit ce qui était le principal acquis de son mandat, à savoir la bonne santé de l’économie américaine. La maladie l’a enfin atteint lui-même, le contraignant à suspendre sa campagne. À un mois du scrutin, cette « surprise d’octobre » est venue s’ajouter à une série de nouvelles peu encourageantes pour le candidat républicain. Le débat véhément du 29 septembre à Cleveland (Ohio) ne lui a pas permis de prendre l’avantage sur son challenger démocrate, Joe Biden. Les sondages sur les intentions de vote des Américains persistent…

4 min.
pays émergents: le grand bond en arrière

La mondialisation a permis le décollage des pays émergents. Leur croissance au début du XXIe siècle a atteint 6,5% par an en moyenne, soit un rythme quatre fois supérieur à celui des pays développés, qui a permis de réduire d’un tiers l’écart de richesse entre le Nord et le Sud. En Afrique, pour la première fois depuis les indépendances, l’activité (5,5% par an) a augmenté plus vite que la population (2,7% par an) au cours de la décennie 2000, permettant une hausse significative du revenu par habitant. Ainsi, 1,2 milliard d’hommes sont sortis de la pauvreté, favorisant la constitution d’une classe moyenne urbaine. Cette dynamique a résisté au krach de 2008. Elle est en revanche télescopée de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. En dehors des États-Unis, ce sont ainsi les…