ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Actualité et politiques
Le Point

Le Point 29 octobre 2020

L'hebdomadaire français d'information de référence.Avec rigueur, conviction et ouverture, Le Point analyse et prolonge en toute indépendance l'actualité politique, économique, sociale et culturelle en France et dans le monde.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
SEBDO
Fréquence:
Weekly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,14 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
62,29 €(TVA Incluse)
26 Numéros

dans ce numéro

4 min.
erdogan peut-il islamiser la france?

Le président turc s’en va-t-en-guerre contre la France avec l’hystérie ubuesque du despote à la ramasse qui a perdu la main sur le plan intérieur – économique, en particulier. Hélas, il a déjà marqué quelques points. Voyez comme Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, semble sortir d’un remake du prophétique Soumission de Michel Houellebecq. En soutenant l’idée d’une « neutralité » de la France dans le conflit qui oppose la Turquie et sa coalition djihado-azérie à la petite Arménie chrétienne, il mériterait le grand prix international de la Lâcheté, honte à lui. Descendons le niveau de plusieurs crans. Après la décapitation de Samuel Paty, Cyril Hanouna, ce vertigineux penseur national que le monde entier nous envie, n’a pas hésité à dénoncer « une chasse aux sorcières contre les musulmans »,…

4 min.
désormais, on peut le dire: « c’était mieux avant! »

Ils nous ont fait beaucoup rire, jusqu’à présent, nos professionnels de la nostalgie, idéalisant des époques en sépia où l’on était beaucoup plus pauvre, où l’on mourait plus tôt et où l’on avait moins de liberté. Deux livres aussi instructifs que drôles sont à conseiller sur le sujet: celui du philosophe Michel Serres, C’était mieux avant! (1), et celui de deux journalistes du Point, Marion Cocquet et Pierre-Antoine Delhommais, intitulé Au bon vieux temps (2). Et puis voilà. On rit toujours, mais un tout petit peu moins. Le président de la République, autrefois si confiant (lire p. 147), semble lui-même penser que des années sombres nous attendent. Si la crise sanitaire finira par passer, avec un vaccin ou un traitement, et après bien des drames, les plaies seront profondes. Notamment sur…

2 min.
vu du meurice

Patrick Besson La rue de Rivoli sans voitures comme sur les photos de Paris pendant l’Occupation. Sainte-Clotilde fait la fière, derrière l’Assemblée nationale, avec ses deux tours pointues. Fêter nos noces de coton – de cocon – dans la suite d’un cinq-étoiles parisien. Il y avait aussi la rando masquée dans les Cévennes mais on n’a pas hésité longtemps. Ces trop grands lits pour couples échangistes. Le rond parfait de l’oeuf sur le plat du petit déjeuner. L’automne chanté d’une voix forte par les arbres rouges du jardin des Tuileries. L’inutilité des doubles fenêtres, maintenant que la rue de Rivoli est aussi silencieuse que la cour d’un couvent où les moines et les nonnes auraient le droit de faire du vélo. La silhouette du Louvre, la nuit, semble être celle de Belphégor. La suite Dalí tirée au sort par…

4 min.
l’islamisme international contre la france

L’offensive lancée par Emmanuel Macron contre l’islamisme politique est un combat international, tout autant qu’un défi de politique intérieure. La dérive radicale d’une partie de l’islam de France est financée et encouragée par des groupes salafistes internationaux, mais également par des États musulmans qui instrumentalisent l’islam à des fins politiques. Or, sur ce terrain, la France manque douloureusement de soutiens. Les pays qui partagent sa conception de la laïcité se comptent sur les doigts d’une main. Notre diplomatie publique fait face à une tâche gigantesque. Pour l’instant, elle ne convainc guère. Au sein de l’Union européenne, la solidarité avec la France le dispute à la circonspection. Nos partenaires nous approuvent pour la liberté d’expression mais traînent les pieds à l’idée d’être enrôlés sous la bannière des caricatures de Mahomet. Dans le…

5 min.
la france diminuée

Le 2 juin, Emmanuel Macron célébrait « le retour des jours heureux » et saluait la réouverture des cafés, des bistrots et des restaurants, « part de l’esprit français, de notre culture et de notre art de vivre ». Le 14 octobre, il annonçait la mise en place, pour six semaines, d’un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin dans huit métropoles, étendu depuis à 54 départements où vivent 46 millions de Français, vouant à la liquidation nombre de ces cafés, bars et restaurants ainsi que de multiples lieux culturels qui entraînent dans leur chute producteurs et artistes. Emmanuel Macron a ainsi effectué un nouveau revirement. Il a admis que l’épidémie s’inscrit dans une durée longue. Il a surtout acté la perte de contrôle de la situation sanitaire et…

4 min.
le bitcoin, monnaie post-covid

Il n’y a pas que la façon dont le gouvernement gère la crise sanitaire qui suscite la défiance des Français. Les billets de banque aussi, malgré les propos rassurants de la Banque de France, qui, dès juin, avait tenu à rappeler que « selon des analyses scientifiques confiées à des laboratoires européens de référence (…) le virus peut survivre dix à cent fois plus longtemps sur de l’acier inoxydable (une poignée de porte, par exemple) que sur un billet ». La peur des coupures « supercontaminatrices » persiste néanmoins et explique, avec le relèvement du plafond de 30 à 50 euros, l’envolée (+ 60 %) du nombre de paiements sans contact depuis le début de l’année. Ces derniers représentent désormais près de neuf transactions sur dix dans les commerces de…