Marie Claire - France No. 793

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Fréquence:
Monthly
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: START40
2,07 €(TVA Incluse)
19,72 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

3 min
edito

Paroles données P. 24: Bastien Vivès, notre invité du mois, dit que Marie-Claire est un prénom démodé. Peut-être, mais je m’en fous. Il pèse de convictions. P. 40: Yaël Braun-Pivet, présidente de la Commission des lois à l’Assemblée nationale: «Il a fallu que je prouve que je suis légitime. Elue par mes pairs, j’ai éprouvé un sentiment de vertige. Je me suis dit que je venais de faire un hold-up.» Quand cessera donc le sentiment d’illégitimité des femmes? P. 112: Meghan Markle raconte dans le magazine Allure que ses taches de rousseur sont photoshoppées par les magazines. La première chose que j’ai vue chez Penélope Cruz (p. 65), à Alcobendas, en Espagne, ce sont ses taches de rousseur comme une pluie de petites météorites brunes. Si mignon, presque naïf. Et presque contradictoire avec…

marclarfr1809_article_019_01_01
3 min
contributeurs

Thomas Chatterton Williams, journaliste et écrivain Cet Américain de Paris a coécrit avec sa femme, Valentine Faure, l’article sur Emily Ratajkowski, l’égérie qui fait bizarrement tourner la tête des garçons. D’où venez-vous ? J’ai grandi dans le New Jersey et j’ai vécu à Washington, Lille et New York, avant de venir à Paris, en 2011. Ce qui vous a le plus marqué en préparant cet article ? La phase d’écriture était la plus intéressante. J’ai beaucoup ri à la lecture des commentaires de Valentine sur mes réactions. Votre plus grande émotion professionnelle ? Le jour ou j’ai signé pour mon premier livre (qui sera traduit l’an prochain chez Grasset) avec Penguin, alors que j’étais encore étudiant. Le lendemain, j’étais devenu écrivain. Un mot pour vous définir. Curieux. VanMossevelde+N., photographes Bruno et Nicoletta forment le duo VanMossevelde+N. Habitués de nos pages, ces…

marclarfr1809_article_020_01_01
1 min
coulisses

marclarfr1809_article_022_01_01
1 min
marie et claire par bastien vivès

Est-ce que je connais des Marie et des Claire? Ah oui, une cousine et une amie d’école. Mais sexuellement, non, je n’en ai jamais fréquenté. Pour moi, ce sont des prénoms assez cathos. Là, j’ai choisi de croquer un déjeuner à la cantine entre un collègue un peu lourdingue et une Marie-Claire bossant à Marie Claire. Le type trouve complètement con cette situation, bien qu’elle n’y soit pour rien. C’est un prénom composé démodé que l’on ne rencontre guère plus qu’aux Antilles. Je me souviens d’une BD qui s’appelait Julie, Claire, Cécile. Mais, dommage, il n’y a pas de Marie dedans! J’aime bien partir d’une situation un peu absurde qui va dégénérer. Je trouve ça assez drôle. Bastien Vivès, auteur de bandes dessinées Né en 1984, Bastien Vivès est le chef…

marclarfr1809_article_024_01_01
3 min
la méfiance

Je suis plus dans une volupté joyeuse et instinctive que dans cet entre-deux médiocre. «J’ai un appétit pour la vie qui m’empêche toute méfiance, car, selon moi, celle-ci est la résultante de la peur, avec au bout la peur de la mort. Le méfiant est un frileux de l’existence: il ne prend pas de risque, ce qui est plus facile. La méfiance, c’est un seuil infranchissable que l’on s’impose entre soi et soi-même, soi-même et l’autre, soi-même et la vie – à l’opposé de la confiance, qui évoque l’accueil et surtout le pardon. N’oubliez pas que méfiance vient de “mal fiance”, la rupture du lien. Les seuls moments ou je suis méfiante, c'est lorsque j'écris des bios sur l'Italie des dernières années, je me demande si je ne prends pas de…

marclarfr1809_article_026_01_03
8 min
bébés de farc

« Ce bébé, je le mérite. » Depuis des semaines, allongée sur le sol rouge de sa cabane, Yorladis attend dans la chaleur moite de la jungle du Guaviare, au sud-est de la Colombie. Elle espère depuis des jours un laissez-passer pour San José del Guaviare, la ville la plus proche, à une heure trente de moto. On lui a dit que là-bas, il y a un dispensaire où elle pourra accoucher. Ça ne devrait plus tarder, l’ancienne guérilléra de 32 ans en est à son huitième mois. Après six grossesses, ce bébé sera son premier enfant. Une piqûre contraceptive pour chaque guérilléra Yorladis est tombée enceinte cinq fois pendant ses années dans les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), et ce malgré les règles auxquelles toutes les femmes ont consenti à…

marclarfr1809_article_030_01_01