Marie Claire - France No. 797

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Fréquence:
Monthly
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: START40
2,07 €(TVA Incluse)
19,72 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

2 min
edito

Nous courons encore A la dernière réunion dans mon bureau à Marie Claire, autour de la table, Valentine F. n’a pas quitté son gros blouson. Trop crevée. Ses cheveux blonds enfoncés dans son col se mélangeaient à une fatigue patente teintée de colère: pourquoi être mère nous pèse tant? Sa petite fille et son bébé, dont elle avait la charge seule non-stop depuis quinze jours, expliquaient plus particulièrement son état. «La charge seule», voilà qui fait écho à tant d’entre nous dans la vie. Nous avons beau possiblement et concrètement être deux parents, la mère continue d’évoquer le tout. Et la mère de famille est partout, déguisée en infirmière, entrepreneuse, professeure, assistante, ministre, vendeuse, journaliste. J’écris «déguisée» car derrière chaque profession, chaque réunion, chaque déplacement professionnel, chaque trajet en métro se…

marclarfr1901_article_031_01_01
2 min
contributeurs

Hadrien Gosset-Bernheim, journaliste Ayant pratiquement appris à lire dans les journaux, Hadrien Gosset-Bernheim, 42 ans, ne se voyait pas faire autre chose. Ce mois-ci, il s’est rendu sur les plages du Sinaï, en Egypte, refuge de ceux qui veulent oublier la fureur du Proche-Orient. D’où venez-vous ? J’ai grandi à Paris, dans un milieu classiquement bourgeois. La reproduction des élites, c’est moi. Mon coeur m’a porté au Proche-Orient, où je réalise la plupart de mes reportages. Ce qui vous a le plus marqué pendant ce reportage ? Je n’y ai vu personne occupé à faire de selfies. Les gens viennent au contraire dans le Sinaï pour fuir tout ça; du coup, ils se parlent à coeur ouvert. Votre plus grande émotion professionnelle ? A chaque fois qu’un lecteur me dit qu’il…

marclarfr1901_article_032_01_01
1 min
coulisses

marclarfr1901_article_034_01_01
1 min
marie et claire, par vincent darré

«Marie et Claire? Deux personnages sortis des BD de mon enfance. Le magazine qui, lui aussi, me suit depuis que ma mère le lisait. Mais aussi ces images fortes de Guy Bourdin ou de Paolo Roversi qui me racontaient des histoires de femmes libres, prêtes à faire les quatre cents coups. Marie et Claire sont donc sorties de cette légende pour vivre leur propre vie, telles des égéries à l’esprit fantasque et parisien.» Vincent Darré Créateur baroque flirtant avec le surréalisme, influencé par les univers excentriques et flamboyants de Jean Cocteau et Cecil Beaton, Vincent Darré vient de la mode, où il a travaillé chez Yves Saint Laurent, Montana, Prada, Chloé… avant de devenir le bras droit de Karl Lagerfeld chez Fendi. Une carrière de styliste interrompue il y a dix ans…

marclarfr1901_article_036_01_01
4 min
la solitude

«Chez moi la solitude est à la fois subie et nécessaire. Dans une espèce d’aller-retour entre volonté de retrait et désir d’être au centre. La question de la solitude est un peu au coeur de ma démarche d’auteur. Etre, sinon solitaire, légèrement en retrait offre un poste d’observation idéal. Je pratique une espèce de marche du cavalier aux échecs: j’avance, mais avec un pas de côté. Je reste en périphérie de l’action. Pour un écrivain, les aspects négatifs de la solitude s’envolent dans l’écriture. J’ai toujours été tenaillé entre la solitude d’endroits isolés et l’envie de vivre à Paris. Je suis le genre de mec qui s’en va au milieu d’une soirée et qui se dit ensuite: merde, je n’aurais pas dû partir, je suis en train de tout rater.…

marclarfr1901_article_038_01_01
11 min
plages du sinaï, la bulle protégée des egyptiennes

Loin de l’oppression citadine du Caire, de leur famille et de la société des hommes rois, elles vont chercher un peu de quiétude et d’apaisement dans le sud du Sinaï. Un espace de liberté fragile où se découpent sur le ciel les silhouettes des complexes hôteliers abandonnés par les touristes occidentaux. Tandis qu’à quelques heures de route, l’armée continue de mener une guerre sanglante contre le dernier bastion de l’armée islamique. C’est donc cela l’œil du cyclone, ce périmètre de calme irréel au cœur d’une tempête dévastatrice ? A demi allongé sur un tapis bédouin, vous laissez le bruit du ressac bercer votre vague à l’âme. Murmures de la conversation de vos voisins. Les dés d’une partie de backgammon qui s’entrechoquent. Peut-être êtes-vous déjà « montashi », comme disent les Egyptiens…

marclarfr1901_article_044_01_01