Marie Claire - France 798

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Fréquence:
Monthly
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: START40
2,07 €(TVA Incluse)
19,72 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

3 min
edito

Le lion, la lionne et le beau papillon Je vous prie par avance de m’excuser, très certainement, pour la naïveté de cet édito. Je vais vous parler d’une impression sans peu de réponses, mais cette impression pose question pour toutes les femmes. J’ai rencontré Yann Moix après avoir lu son livre Rompre* où il décortique son état d’homme abandonné qui a tout fait pour l’être, et il le sait, le raconte avec précision et éclat. Je lui ai demandé, pendant l’entretien, s’il était ébloui par la jeunesse parce que j’ai l’impression que beaucoup d’hommes le sont, que la jeunesse est magique. Il a répondu: pas particulièrement, et il semblait sincère. Je lui ai alors demandé s’il pourrait aimer une femme de 50 ans, car il a 50 ans: «Ah non il…

marclarfr1902_article_017_01_01
3 min
contributeurs

Sandra Mehl, photographe Elle est partie à la rencontre des habitantes de l’Isle de Jean-Charles, en Louisiane, menacée d’engloutissement par la montée des eaux du golfe du Mexique. D’où venez-vous ? Je suis née et j’ai grandi à Sète. Après des années d’études à Paris, je suis revenue vivre dans le Sud, à Montpellier, où je suis installée actuellement. Ce qui vous a le plus marquée pendant ce reportage ? L’attachement des gens à leur territoire, à leurs racines. En dépit des ouragans et des inondations qui dévastent leurs maisons, les habitants de l’Isle de Jean-Charles s’accrochent coûte que coûte à leur terre. A l’heure de la mobilité généralisée, la fidélité de ces gens à leurs origines m’a beaucoup touchée. Votre plus grande émotion professionnelle ? La toute première commande qu’un…

marclarfr1902_article_018_01_01
1 min
coulisses

marclarfr1902_article_020_01_01
3 min
marie et claire, par véronique ovaldé

Claire et Marie se connaissent depuis qu’elles ont 6 ans. Elles se sont rencontrées dans la cour de récré. Rencontrées est un bien petit mot. En fait elles se sont percutées. L’une sortait des toilettes (le petit bâtiment malodorant et glacial au fond de la cour), l’autre y allait. Sauf qu’elles faisaient ça en courant pour ne pas perdre une seconde de récré. A 6 ans, on a tendance à tout faire en courant avec le discernement d’une bille de flipper. Elles se sont télescopées et se sont retrouvées sur le sol à moitié assommées. On les a emmenées à l’infirmerie et elles se sont reconnues. Elles étaient de la même farine. Elles étaient deux petites sauvages. Deux petits animaux qui passaient une grande partie de leur temps à chercher…

4 min
la dissimulation

«J’ai dû dissimuler beaucoup enfant. Promené partout, je devais m’adapter à des situations différentes. Au Rwanda, à 6 ans, j’ai dû faire croire que j’étais bien. J’ai appris à composer avec une culture où il est déconseillé de trahir ses émotions. La dissimulation est inhérente à chacun: on n’a pas toujours le courage d’affronter des situations embarrassantes. Un ou deux mensonges sont parfois un petit mal nécessaire. On nous apprend à maîtriser nos émotions, à feindre d’incarner une réalité qui n’est pas. L’Occident est devenu champion de la dissimulation, c’est carrément un code social de dire que tout va bien. Ce décalage entre ce qui paraît et ce qui est commence à nous faire du mal. Etre un artiste, c’est refuser ça. La vocation de l’artiste devrait être de raconter…

marclarfr1902_article_023_01_01
10 min
leur île va disparaître sous les eaux

« Quand on était enfant, on voyait la forêt, il y avait des arbres partout. Maintenant, derrière nos maisons, il y a de l’eau, rien que de l’eau. » Elizabeth Dardar, une habitante de l’Isle de Jean-Charles, Louisiane, Etats-Unis. Il est minuit, un soir de novembre, à l’extrême sud de la Louisiane. Dans le vacarme d’un générateur de lumière entouré d’une nuée de moustiques, Susie Chaisson lance son filet à plombs dans l’eau saumâtre du bayou. La peau écaillée par le soleil et l’iode, cette mère de sept enfants, au jean et à la chemise à carreaux usés, espère amasser une dizaine de kilos de crevettes. Comme chaque soir. Jusqu’à épuisement. « Avant, on pêchait des huîtres à cet endroit, mais elles ont disparu. L’eau salée qui entre de plus en…

marclarfr1902_article_025_01_01