Marie Claire - France 799

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Fréquence:
Monthly
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: START40
2,07 €(TVA Incluse)
19,72 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

2 min
edito

Fleur de Lys Une tempête menaçait, alors nous avons roulé vers la mer. Nous voulions photographier Louise Parker parmi les rochers irréels de la côte. Amanda, notre productrice, a aussi pensé à un endroit important, sans nous en dire davantage. Un petit restaurant dans le village de Moeraki. Cela tombait bien, le crachin ne cessait de tomber. Louise pourrait souffler et poser en Hermès et Max Mara à l’abri. Nous sommes arrivés en van comme au bout du monde: un petit port de pêche, des bateaux bleus qui tanguent, la mer. Et ce lieu sur la roche, à la pointe du village: «Fleurs Place». Une petite porte et des murs en bois, des tables en bois, des chaises en bois. Une tarte au citron, des mots au marqueur noir écrits par les…

marclarfr1903_article_029_01_01
2 min
contributeurs

Maud Gabrielson, journaliste mode Cette spécialiste du décryptage des tendances a réalisé une enquête sur les relations qu’entretiennent les créateurs de mode avec leur mère. D’où venez-vous ? Je suis née et j’ai grandi à Paris, où je vis encore aujourd’hui. J’ai simplement changé de rive, passant de la gauche à la droite. Ce qui vous a le plus marqué pendant l’écriture de cet article ? La sensibilité du sujet. Sur la dizaine de créateurs contactés, seulement trois ont accepté de me parler de leur relation avec leur mère. Votre plus grande émotion professionnelle ? J’espère qu’elle est encore à venir. Un mot pour vous définir. Indépendante. Guillaume Herbaut, photographe Après avoir couvert pendant des mois la catastrophe de Tchernobyl, le photographe français Guillaume Herbaut a rencontré des familles revenues s’installer à Fukushima…

marclarfr1903_article_030_01_01
1 min
coulisses

marclarfr1903_article_032_01_01
1 min
marie et claire, par leslie david

«Les noms ne sont rien sans les images qui les portent: on se construit des mythes autour, jusqu’à en oublier le sens. Comme on aime un prénom, non pas pour sa sonorité ou l’agencement de ses lettres mais pour les personnes qu’il nous évoque… Qui sait que derrière Marie Claire se cachent Marie et Claire? Et comment, en changeant son image, cela n’évoque plus rien de la Marie-Claire que nous connaissons et nous permet de construire de nouvelles histoires: un duo en concert? Le faire-part d’un mariage?» Leslie David Elle a lancé son studio de création en 2009 à Paris, après des études aux Beaux-Arts de Lyon et aux Arts déco de Strasbourg. Bénéficiant dès le départ d’un bouche-à-oreille flatteur, Leslie David enchaîne des sujets créatifs dans la mode, la beauté, l’art…

marclarfr1903_article_038_01_01
4 min
le murmure

“Quelque chose de profondément intime, comme les premiers mots que l’on échange avec un bébé.” «Je murmure à l’oreille de mon fils des histoires pour l’endormir, des histoires de marchands de sable qui jettent des poussières d’or et d’argent dans les yeux des enfants pour qu’ils s’endorment paisiblement… un conte ne peut être dit que dans un souffle murmuré. Chez moi, le murmure évoque quelque chose de profondément intime, comme les premiers mots que l’on échange avec un bébé. Le murmure est le commencement de l’amour, une âme qui s’adresse à une autre. On parle à un nourrisson dans un murmure, à un nouvel amour aussi. Ça évoque le désir, la joie et la puissance d’être si près de quelqu’un qu’on n’a pas besoin de hausser la voix. Murmurer, c’est s’approcher…

marclarfr1903_article_040_01_02
12 min
le retour téméraire des familles à fukushima

Parfois, tout est une question de persuasion. Se convaincre qu’il n’y a pas de danger. Husai regarde autour d’elle, tout semble si normal, comme avant. Elle pourrait fermer les yeux et tout oublier. Mais comment ne pas remarquer ces maisons inhabitées autour de la sienne, ces pelleteuses qui déblaient la ville, ces allées vides. Ces herbes qui envahissent les trottoirs, grimpent le long des murs, ce silence. Et surtout ce qu’on ne voit pas, ces particules minuscules qui flottent dans l’air, se déposent sur le sol et le feuillage. Césium 134, strontium, tritium… Autant d’ennemis invisibles, terribles et terrifiants. La radioactivité. A genoux sur les tatamis, Husai Yashima, 52 ans, est inquiète. Huit ans après la catastrophe de Fukushima, elle doit revenir vivre ici, dans cette maison où elle a toujours…

marclarfr1903_article_044_01_01