Presse people
Paris Match

Paris Match No. 3701

Depuis plus de 60 ans, Match raconte le monde tel qu’il est. Entre les joies et les peines, les larmes et les sourires, l’Histoire s’écrit à travers les destins du quotidien, sur la scène internationale, et trouve chaque semaine un écho émouvant dans le magazine.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Lagardere Media News
Fréquence:
Weekly
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
2,37 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
67,47 €(TVA Incluse)
52 Numéros

dans ce numéro

8 min.
« mon secret, c’est mon sentiment d’insécurité, l’idée que tout pourrait s’arrêter du jour au lendemain » harlan coben

Paris Match. Même dans vos thrillers les plus noirs, pouviez-vous envisager qu’un jour un hôpital de campagne se dresserait au milieu de Central Park pour endiguer une pandémie ? Harlan Coben. Oh non ! J’aimerais avoir une réponse plus originale, mais c’était totalement inimaginable. Restez-vous enfermé chez vous, dans le New Jersey ? Oui, ça fait un peu plus de deux semaines. Ma famille est disséminée un peu partout, un de mes fils est à New York, ma fille aussi, dans le Queens, les deux autres sont avec moi. Tout le monde heureusement se porte bien. Avec mon frère, qui réside à Londres, on se parle chaque jour sur FaceTime, j’ai un autre frère à Los Angeles pour lequel c’est plus compliqué. Il vit seul et souffre d’une leucémie. L’idée, c’est de s’envoyer…

3 min.
hameaux à maux

Depuis des années, on nous a seriné : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » Du Nietzsche. Le nouveau crin-crin est de Pascal : « Tout le malheur de l’homme provient de ce qu’il ne sait pas rester en paix dans une pièce. » Avec ces histoires de coronavirus, on n’a pas fini de l’entendre. C’est forcément vrai puisque Sa Majesté l’auteur des « Pensées » l’a écrit. Cela dit, si vous en doutez, lisez donc « Colline » de Jean Giono, qui reparaît, ces jours-ci, en Pléiade. Peut-être que vous regretterez moins d’être coincés entre quatre murs, loin de la merveilleuse campagne française. Ici, il s’agit de la Provence. Rien à voir, mais alors vraiment rien avec les bergeries enchantées et les garrigues parfumées de…

4 min.
plaisirs de lecture

AMÉLIE CORDONNIER FILS INDIGNE « Deux semaines qu’elle respire à peine. Elle ne quitte quasiment plus l’appartement. Ne sort plus que pour aller chercher Esther à l’école parce qu’elle ne peut pas faire autrement. » Rien à voir avec le confinement, la narratrice doit faire face à une situation inimaginable : le bébé qu’elle vient de mettre au monde est métis, alors qu’elle et le père sont blancs. A ce premier choc psychologique s’ajoute celui que le lecteur découvrira rapidement. Impossible pour cette mère de créer un lien avec l’enfant « de la honte ». Après « Trancher », Amélie Cordonnier renoue avec l’inquiétant huis clos familial dans un scénario parfaitement déroulé. Elle montre une nouvelle fois sa maîtrise du sentiment noir, rendu palpable par une plume acérée et cruelle. Valérie Trierweiler «…

4 min.
les talk-shows must go on !

Paris Match. Comment vous sentez-vous ? Anne-Elisabeth Lemoine. Nous sommes tous conscients qu’on vit une période hors du temps. C’est gratifiant de continuer à travailler. Le côté familial de “C à vous” se ressent particulièrement ces dernières semaines, il y a une vraie solidarité. Ça nous a beaucoup rapprochés, on est très à l’écoute les uns des autres, même le week-end… Surtout le week-end, d’ailleurs. C’est le moment où c’est le plus difficile pour nous tous parce qu’on a le temps de réfléchir à ce qu’on a vu et entendu toute la semaine. On angoisse, on fait des cauchemars… Cette situation est très préoccupante mais je suis d’une nature optimiste et je vous garantis que mon sourire à l’antenne en ce moment n’a rien d’artificiel. Est-ce que la question d’arrêter l’émission s’est…

3 min.
« quotidien »/« tpmp » deux stratégies opposées

Jeudi 26 mars, 19 heures. Les Smartphone des collaborateurs de la société de production Bangumi vibrent au diapason. « Quotidien » fait un break, reprise le 6 avril. Surprise chez les journalistes. Cette semaine de congés était prévue, mais elle devait arriver quinze jours plus tard. Sauf que, depuis le 9 mars, l’équipe s’est lancée dans un marathon sans s’être échauffée… Toute la semaine, la pression est montée crescendo, le public a déserté le plateau, les distances ont été imposées entre les postes, tout a été désinfecté, des locaux jusqu’au stylo Bic de Yann Barthès, et 90 % des effectifs ont été placés en télétravail. Jusque-là, tout allait bien. Mais réinventer un concept en si peu de temps demande une sacrée gymnastique, surtout pour les producteurs très perfectionnistes Yann Barthès et…

3 min.
plaisirs d’intérieur

« STALK » CŒUR DE HACKER Entre « The Social Network » et « La crème de la crème », « Stalk », de Simon Bouisson, s’infiltre à cent à l’heure dans le cerveau (malade) d’un petit génie de l’informatique qui, pour se venger d’avoir été humilié sur les réseaux sociaux lors de son week-end d’intégration, va espionner de manière obsessionnelle et à très grande échelle tout son campus… Un « You » frenchy, jamais manichéen, qui réussit non seulement l’exploit de captiver de bout en bout en filmant le quotidien quasi statique d’un hacker geek, mais parvient aussi à questionner le rapport du spectateur aux écrans et à l’intimité. La teen-série aussi fascinante qu’addictive est menée par une bande de jeunes comédiens dont Théo Fernandez (« Gaston Lagaffe », « Les…