DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Presse people
Point de vuePoint de vue

Point de vue

No.3704

Ils règnent sur l’art, la science, la politique, la mode, la beauté, la littérature, les cours, les scènes du monde ou les soirées. Ils sont les princes de l’actualité internationale. Ils font l’Histoire, la grande et la petite. Leur destin nous fascine. Vous aussi.Chaque semaine, avec Point de Vue entrez dans le cercle des gens d’exception !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Royalement Votre Editions SAS
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
2,07 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
20,75 €(TVA Incluse)
12 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time2 min.
raccrocher la lune

Le 21 juillet 1969, à la tête de la mission Apollo 11, l’Américain Neil Armstrong, suivi de Buzz Aldrin, posait pour la première fois le pied sur la Lune. C’était il y a tout juste 50 ans et leurs exploits ont fait rêver des générations. Aujourd’hui, le Japon, l’Europe, la Chine et l’Inde ont envoyé leurs premières sondes lunaires et veulent devenir les nouvelles nations spatiales. L’Inde doit d’ailleurs lancer dans les jours à venir sa mission Chandrayaan-2. Initialement prévue le 14 juillet et reportée pour incident technique, elle vise un alunissage en septembre. Le président Trump réactive de son côté les ambitions américaines via le programme Artemis, et SpaceX continue d’annoncer ses premiers vols commerciaux pour 2021. Et le premier particulier, un milliardaire japonais, a déjà réservé son billet…

access_time7 min.
quelle semaine

Enfants du roc Après des vacances commencées sous le soleil de Formentera, la famille du prince héritier de Norvège a mis le cap sur la petite île de Dvergsøya, qui fait face à la ville de Kristiansand, au sud du pays. Une destination aux paysages rocailleux splendides, où le prince Haakon, la princesse Mette-Marit et leurs enfants, la princesse Ingrid Alexandra et le prince Sverre Magnus se rendent chaque année. C’est du bateau ! Dans le port de Douvres, la duchesse de Cornouailles a fait honneur à ses fonctions de marraine de The Silver Line, une organisation caritative offrant un service téléphonique gratuit de soutien aux personnes isolées. À l’occasion du baptême du Spirit of Discovery, un paquebot de la société Saga Group, dont The Silver Line est partenaire et qui organise des…

access_time4 min.
kate et meghan vers la réconciliation

Côte à côte dans la tribune royale et tout sourires, comme il se doit. Ce samedi 13 juillet, les duchesses de Cambridge et de Sussex assistent à la finale dames de Wimbledon. Sans fausse note, sinon les applaudissements nourris de Meghan à l’intention de son amie Serena Williams, légère entorse à la neutralité royale. N’importe, Kate et sa belle-sœur ont choisi de couper court aux rumeurs. De montrer, une fois pour toutes, leur union sacrée. Le 10 juillet, déjà, la duchesse de Cambridge et la duchesse de Sussex sont venues encourager leurs époux, engagés dans un match de polo caritatif. C’est là leur toute première apparition publique commune à caractère non officiel depuis le mariage de Harry et Meghan. Dans le cadre bucolique du Polo Club de Billingbear, à Wokingham, dans…

access_time6 min.
une image à reconstruire

D’ordinaire, la venue d’une princesse à Wimbledon est la promesse d’un peu de glamour et de rêve au milieu des exploits sportifs du plus chic des tournois de tennis. Dans le cas de la duchesse de Sussex, « c’était un cauchemar, elle était un cauchemar », confie sous couvert d’anonymat l’un des membres de l’organisation de l’événement. La réaction est violente et s’explique par l’attitude de Meghan et trop de maladresses accumulées. Elle se rend à Wimbledon le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine (Jour de l’Indépendance), pour voir s’exercer une joueuse de ses amies, Serena Williams, elle aussi américaine. Jusque-là rien de très grave, même si les Britanniques auraient préféré qu’elle vienne aussi encourager l’Écossais Andy Murray qui jouait le même jour en double. Le problème réside surtout…

access_time3 min.
retour aux sources

C’est là que tout commence, au château de Friedenstein, à Gotha, palais baroque et capitale des ducs de Saxe-Cobourg et Gotha dès le XVIIe siècle. Ce 9 juillet, le roi et la reine des Belges y sont accueillis avec l’offrande traditionnelle du pain et du sel, en signe de bienvenue à deux membres illustres de la famille. Au fil des salles, au milieu des collections d’art illustres, ils admirent le portrait de Léopold de Saxe-Cobourg, devenu en 1831 le premier roi des Belges. Ou l’affiche annonçant les festivités du jubilé d’argent de Léopold Ier , en 1856. Un moment fort, évoqué le soir même par le roi Philippe, lors du dîner donné à Weimar par le ministre-président de l’État libre de Thuringe : « L’histoire de ma famille est, bien…

access_time6 min.
des dîners presque parfaits

On est encore dans une culture du flou, loin des élites scandinaves, allemandes ou américaines Après les pétales de roses d’une Saint-Valentin sous les lambris du pouvoir avec son épouse journaliste, les épines s’amoncellent pour François de Rugy. Un récit peu amène de Mediapart sur des réceptions dans le prestigieux Hôtel de Lassay, des clichés à la symbolique forte – grands crus, appétissants homards bretons… –, il n’en fallait pas plus pour mettre à mal l’ancien président de l’Assemblée. La voix étranglée, il a martelé sur BFM TV son «intolérance aux crustacés» et son peu d’appétence pour le champagne qui lui «donne mal à la tête». « Et ma femme, c’est Marie-Antoinette ! », s’est-il insurgé en dénonçant une presse qui fantasmerait «de couper des têtes». Pour le ministre d’État de…

help