DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Science
Science & Vie Hors Série

Science & Vie Hors Série HS No. 288

Les hors-séries du magazine de l'actualité scientifique.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Fréquence:
Quarterly
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
5,18 €(TVA Incluse)

dans ce numéro

1 min.
avec des « et si… »

C’est un exercice prisé des amateurs d’histoire et de littérature, auquel se livre ce hors-série de Science & Vie : le jeu du « et si… », que l’on peut aborder sous toutes les coutures scientifiques… et en variant le ton. Imaginatif : et si la matière suivait d’autres lois physiques ? Et si la Terre s’arrêtait de tourner ? Et si nous n’avions pas de microbiote ? Anticipatif : et si l’homme disparaissait ? Et si la Voie lactée percutait Andromède ? Et si le Soleil tombait en panne d’hydrogène ? Pragmatique : et si nous voyagions sur coussin d’air ? Et si l’on s’éclairait grâce à la bioluminescence ? Et si l’on exploitait les astéroïdes ? Rêveur : et si nous vivions en apesanteur ? Et si nous…

13 min.
et si… la vie n’était pas apparue sur terre?

La vie sur Terre ? Une exception – en l’état actuel des connaissances – dans l’Univers. Un petit miracle survenu et entretenu à la grâce d’une succession de circonstances très particulières. Et si cette recette tellurique avait raté ? Si cette conjonction extraordinaire avait connu un accroc ? Et, au final, n’avait été qu’un rendez-vous manqué ? À quoi ressemblerait donc notre planète, privée de la vie ? Vue depuis le sol, elle ne paraît pas radicalement différente de celle qu’on connaît. On se raccroche ici à l’arrondi d’une colline. Là, au tracé sinueux de ce qui a dû être une rivière. Il y a aussi cette chaîne de montagnes qui découpe l’horizon et derrière laquelle la Lune semble vouloir se lever. Mais tout a une teinte terne, sombre et…

1 min.
sans vie, pas de nuages ?

Les micro-organismes façonnent la Terre, mais aussi le ciel! Les scientifiques ont découvert que lorsqu’elle est arrachée au sol par la vapeur d’eau et se retrouve dans l’atmosphère, Pseudomonas syringae (une bactérie pathogène des plantes) favorise la formation de cristaux de glace grâce à une de ses protéines membranaires. «En l’absence de bactéries, il y aurait donc sûrement moins de nuages», gage Dianne Newman, de l’Institut de technologie de Californie. Pluie et neige ont ainsi, pour une part, une origine biologique. Mais l’ampleur de ce coup de pouce au climat est encore débattue.…

2 min.
et si… on exploitait les astéroïdes ?

Régulièrement, le sujet s’impose sur la scène économique et industrielle. Et les articles inquiets se multiplient dans la presse : la Terre est trop petite. Elle est trop exploitée par l’humanité. Ses ressources semblent s’épuiser aussi vite que croît la démographie. Les réserves d’or, d’argent, de palladium, de plomb, de zinc, d’étain et de platine pourraient se tarir d’ici vingt ans ! Et si nous allions chercher ailleurs de quoi étancher notre soif de matières premières ? Sur la Lune ? La chose est envisagée. Mais plus audacieuse encore serait l’idée d’aller piller les astéroïdes. Ils regorgent de minerais précieux et cela ne léserait personne ! Fer, or, cobalt, nickel, aluminium… Tous ces éléments logent en pure perte dans ces rochers errant par milliers dans l’environnement proche de la Terre.…

2 min.
et si… on bâtissait les villes sur des ponts ?

C’est une idée audacieuse, développée en vue de la reconstruction de la deuxième ville d’Irak, Mossoul, ravagée par la guerre contre l’État islamique. Pour réinstaller les 900 000 personnes ayant fui les lieux entre 2014 et 2017, l’architecte Vincent Callebaut a imaginé un projet dans lequel les cinq ponts sur le Tigre de la cité, – qui furent détruits pour encercler l’ennemi –, seraient rebâtis pour soutenir un habitat autosuffisant d’un nouveau genre. L’architecte préconise d’utiliser des imprimantes 3D pour façonner, à partir des gravats et des débris récupérés dans les ruines alentour, des modules standards cubiques de 3,60 m de côté qui se superposeraient au-dessus du fleuve. Les logements type seraient constitués de deux, cinq ou dix modules, pour des résidences de 25 à 120 m2 . Pourquoi ne pas…

9 min.
et si… les insectes disparaissaient ?

« Si les abeilles disparaissaient de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre », aurait dit Albert Einstein. En réalité, le célèbre physicien n’a probablement jamais énoncé cette prophétie. Est-elle pour autant dénuée de fondement ? Que deviendrait l’humanité, et le reste de la planète, si les abeilles s’éteignaient ou, plus radical encore, si l’ensemble des insectes disparaissait ? La question ne relève malheureusement pas de la science-fiction : à cause de la disparition des espaces naturels, de l’intensification de l’agriculture, de la pollution ou encore du réchauffement climatique, ce sont, d’après une étude publiée dans Biological Conservation en février dernier, 40 % des espèces d’insectes qui sont menacées d’extinction. « Si la tendance actuelle de 1 % d’espèces perdues par an se maintient, l’extinction…