Science
Science & Vie Junior

Science & Vie Junior

No. 369

Avides de découvrir, curieux d'explorer, soucieux de comprendre, les adolescents trouvent dans Science&Vie Junior la matière idéale pour répondre à toutes leurs envies. Chaque mois, ils abordent l'actualité scientifique et technique à travers plus de 100 pages mêlant brèves, reportages, dossiers richement illustrés, bandes dessinées, expériences...

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Lire plus
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,57 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
40,39 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

4 min.
plein les yeux

SPORTS DE BARJOTS HUE COCOTTE! Malgré sa silhouette fluette, l’autruche est un monstre de puissance : jusqu’à 2,50 m de haut, 150 kg sur la balance. Et, pourvu que son jockey ne soit pas trop lourd, elle peut piquer des sprints à 40 km/h. Ce drôle d’oiseau compte parmi les stars de la Camel Race de Virginia City, dans le Nevada (États-Unis), un événement annuel où se mesurent à la course toutes sortes d’animaux, sauf des chevaux. Monter ne requiert ni selle ni technique : il suffit de s’accrocher aux plumes en espérant ne pas finir la course la tête dans le sable… Ce que ne font jamais les autruches, contrairement à l’idée reçue (voir p. 65). GARE AUX REBONDS ! LE FOOT EN MODE CONFINÉ Vous trouvez que le football manque de rebondissements ?…

6 min.
en bref

POLLUTION TOUS CONFINÉS, ON RESPIRE MIEUX ! Fin mars, près de 3 milliards de personnes sur la planète étaient, comme vous, contraintes de regarder le monde depuis leur fenêtre. Et, tandis que tous les pays ont appuyé sur « pause » pour combattre l’épidémie, l’air est devenu un peu plus respirable. En effet, les transports et les industries, en plus d’émettre des gaz à effet de serre contribuant au changement climatique, rejettent d’autres gaz nocifs pour la santé. C’est le cas du dioxyde d’azote (NO2), qui s’attaque aux voies respiratoires. Durant le confinement, la concentration de ce gaz, émis en grande partie par les voitures, a chuté au-dessus des grandes villes d’Europe. On le voit sur ces cartes de l’Agence spatiale européenne, comparant les teneurs en NO2 de l’atmosphère entre le 14…

1 min.
mauvaises nouvelles… … et bonnes nouvelles

ENCORE PLUS BLANC… Durant l’hiver austral, la Grande Barrière de corail a connu son 3e plus grand épisode de blanchissement en cinq ans. Signe du dépérissement massif des coraux, qui se décolorent en mourant, ce phénomène est dû en partie au changement climatique. FEU RADIOACTIF 20000 hectares de forêt autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) sont partis en fumée en avril, relâchant dans l’air les éléments radioactifs piégés dans les végétaux. Ces feux auraient pour cause une longue sécheresse et des vents forts. GROS CREUX Un trou de 1 million de km² est apparu dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique. L’ozone aurait été détruit par le chlore et le brome issus de nos activités, piégés là à cause des très basses températures de l’hiver. UN GPS SUR LA LUNE! La Nasa vient d’annoncer qu’il…

5 min.
à la recherche des dompteurs d’étoiles

Richard Carrigan, vieux routard de la physique des particules, a une autre passion : la recherche d’une intelligence extraterrestre, ou Seti (le sigle anglais pour Search for Extraterrestrial Intelligence). Depuis des années, il passe le ciel au peigne fin, afin de tenter de détecter ce que les spécialistes – et les fans de science-fiction – appellent les « sphères de Dyson ». Vous allez voir, c’est carrément ébouriffant ! ET SI ON DÉPLOYAIT DES PANNEAUX SOLAIRES DANS L’ESPACE? En 1960, le physicien britannique Freeman Dyson fit remarquer qu’au rythme où vont les choses, il arrivera un jour où nous aurons brûlé tout notre pétrole, et même tout l’uranium disponible pour faire tourner nos centrales nucléaires. Il nous faudra donc alimenter notre civilisation à l’énergie solaire. Problème, on s’apercevra au bout d’un moment…

2 min.
des objets trahis par les infrarouges

1) Si on décompose la lumière émise par notre soleil, on constate que même si une partie est constituée d’# ultraviolets# (UV) et d’# infrarouges# , l’essentiel du rayonnement est visible (de l’indigo au rouge). Cette « bosse » est caractéristique d’un objet incandescent porté à 6 000# kelvins# (K), la température de surface du Soleil. Avec – beaucoup – de chance, des extraterrestres qui observeraient le Soleil au moment où la Terre lui passe devant verraient une petite bosse (très exagérée ici) correspondant au rayonnement infrarouge émis par un autre objet chauffé à environ 300 K : notre planète. 2) Une étoile entourée d’une ceinture de panneaux solaires situés à 150 millions de kilomètres (distance Soleil-Terre) serait anormalement peu lumineuse dans le visible – la « bosse » des 6…

1 min.
# zoom

Outre la lumière visible, le Soleil émet des rayonnements que l’œil humain ne perçoit pas. Parmi eux, les ultraviolets, très énergétiques, sont absorbés en partie par la peau et sont responsables des coups de soleil. Quant aux infrarouges n’importe quel corps en émet (pas seulement le Soleil) pour dissiper l’énergie produite par l’agitation de ses molécules, qui augmente avec la température. Le kelvin (symbole: K) est une unité de température dont le zéro correspond au point où les corps ne peuvent plus être refroidis car l’agitation de leurs molécules est minimale : - 273,15 °C, soit le « zéro absolu ». 300 K sont équivalents à 27 °C (la température moyenne à la surface de la Terre est de l’ordre de 15 °C, ou 288 K). La Voie lactée est le nom donné…