ZINIO logo
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Science
Science & Vie

Science & Vie HS No. 291

Premier magazine européen de diffusion de la science, Science & Vie consacre en réalité plus de 120 pages chaque mois à analyser et à décrypter les principales avancées de la connaissance. Dans notre monde formidablement riche en mutations les progrès scientifiques jouent plus que jamais un rôle de premier plan. A l'écoute de tout ce qui se découvre, s'invente, se discute, se construit, nos journalistes scientifiques mettent tout leur talent de vulgarisateurs au service de nos 3 millions de lecteurs qui souhaitent mieux comprendre et anticiper les transformations de la vie par la science. Nos articles sont abondamment illustrés, clairs, nets et précis.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Reworld Media Magazines
Fréquence:
Monthly
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: BLACK2020
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
3,84 €(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
32,17 €(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

1 min.
plantes médicinales, pas si simples...

Au Moyen Âge, les plantes médicinales étaient appelées les "simples". On les supposait en effet constituées d’une seule substance, par opposition aux savants mélanges, potions et autres élixirs. On sait aujourd’hui que c’est l’exact inverse qui est vrai. Alors que la pharmacologie moderne s’est construite sur l’étude de molécules isolées, c’est au contraire de leur diversité chimique que les plantes tireraient leur pouvoir thérapeutique. Comment précisément? La science l’ignore encore. Et peine à décoder les mécanismes subtils déployés par les feuilles, les tiges, les graines, les racines… véritables cocktails complexes et variables, qui semblent tirer leur force –quand ils en ont une– d’une mystérieuse synergie. Pas si simple, décidément... Tels sont les défis que tente aujourd’hui de relever la science, qui s’intéresse de nouveau à cette discipline millénaire sur laquelle s’est construite…

2 min.
ils l’ont dit

“Aux gens tristes, malades et qui veulent s’étrangler, faites prendre le matin, en boisson, la racine de mandragore à une dose moindre qu’il ne faudrait pour causer le délire” Hippocrate MÉDECIN GREC, “PÈRE DE LA MÉDECINE” (DE LOCIS IN HOMINE, Ve -IVe S. AV. J.-C.) “Les salades rikazariennes reprennent les idées les plus éculées de la médecine magique, telle qu’on pouvait la concevoir au Moyen Âge” Jean-Pierre Thomas ASSOCIATION FRANÇAISE POUR L’INFORMATION SCIENTIFIQUE (PSEUDO-SCIENCES.ORG, 2004) “ Beaucoup de personnes très sensées m’ont souvent témoigné qu’elles étaient surprises qu’on foulât aux pieds, avec tant de négligence et de mépris, les plantes salutaires que la nature prodigue” Pierre-Jean-Baptiste Chomel, MÉDECIN DE LOUIS XIV ET DOYEN DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS (ABRÉGÉ DE L’HISTOIRE DES PLANTESUSUELLES, 1712) “La médecine traditionnelle chinoise s’est avérée efficace pour guérir les…

1 min.
les plus vieux médicaments du monde

La médecine par les plantes, la “phytothérapie”, fait aujourd’hui figure de médecine “parallèle”, “complémentaire”, ou encore “douce”, comparée aux médicaments de synthèse. Ce qui ferait presque oublier que depuis la nuit des temps, les humains se sont quasi exclusivement soignés avec des plantes. Et que cette thérapeutique, fondée sur des connaissances empiriques et un usage ancestral, s’est transmise au cours des millénaires, jusqu’à donner naissance à la pharmacopée moderne, qui ne s’en est éloignée que très récemment. “Toute l’histoire de la médecine vient des plantes, rappelle Jacques Fleurentin, président de la Société française d’ethnopharmacologie, et ancien professeur à l’université de Metz. Toutes les traditions médicales ont eu recours au monde végétal.” Qu’il s’agisse des traditions écrites, issues des grandes médecines savantes, qui ont su séparer science et religion, comme les…

4 min.
il y a 370000 ans, homo erectus se soignait déjà avec des plantes

À partir de quand les hommes préhistoriques ont-ils utilisé des plantes pour se soigner? “C’est une question difficile, car il subsiste peu de traces sur le sujet”, admet le président de la Société française d’ethnopharmacologie, Jacques Fleurentin. Sans apporter la preuve d’un homme préhistorique “médecin”, travaux et observations laissent néanmoins penser qu’il possède très tôt une connaissance instinctive des plantes médicinales. À l’instar de certains grands primates. “Nous savons, depuis les travaux de Michael Huffman, de l’université de Kyoto, que les chimpanzés adoptent des comportements d’automédication et consomment des végétaux dans un but thérapeutique, indique Bruno David, docteur en pharmacie et ex-directeur phytochimie à l’Institut de recherche Pierre-Fabre, à Toulouse. Ils utilisent notamment des espèces d’Asteraceae pour soigner certaines parasitoses intestinales.” Les populations préhistoriques comprenaient probablement la dualité du monde…

4 min.
les premiers traités de plantes médicinales et de galénique

L’Antiquité voit naître les grandes civilisations et l’écriture. Ce qui a permis de faire parvenir jusqu’à nous de nombreuses preuves écrites des usages thérapeutiques fondés sur les plantes. Le plus ancien document médical connu vient de Mésopotamie: datée de 2400 av. J.-C., cette tablette d’argile fait état de recettes médicinales à base de végétaux, sans faire mention de formules magiques ni d’incantations. “Deux médecines coexistent à la fin du IIIe millénaire av. J.-C. à Babylone, explique Bruno David, ex-directeur phytochimie à l’Institut de recherche Pierre-Fabre, à Toulouse. Une médecine magique, destinée à apaiser les dieux; et une médecine empirique, qui donne une place centrale aux plantes médicinales, à côté de remèdes issus des mondes végétal et animal. Elles sont administrées par des asû, des médecins-pharmaciens.” Si les plantes étaient probablement consommées…

3 min.
le savoir antique est recueilli dans les monastères

Au Moyen Âge, les conquêtes arabo-persanes vont permettre de protéger et de perpétuer le savoir médical des Grecs. “Au contact de civilisations organisées, les Arabes laissent les institutions en place et copient les traités scientifiques antiques, y compris, bien sûr, ceux de sciences médicales, qu’ils rapportent à Damas ou Bagdad”, explique Jacques Fleurentin, président de la Société française d’ethnopharmacologie. Cette civilisation est florissante au VIIIe siècle. Sa médecine reprend les théories humorales d’Hippocrate, en les enrichissant de plantes de l’Ayurveda, l’arsenal thérapeutique indo-persan. Les Arabes maîtrisent toutes sortes de formes galéniques: pilules, suppositoires, inhalations, élixirs, et utilisent sucre et épices pour masquer l’éventuel mauvais goût des préparations et les préserver, donnant naissance aux premiers sirops. L’époque est également marquée par des innovations techniques, comme l’invention de l’alambic et la distillation au…