ONTDEKKENBIBLIOTHEEK
Auto's & Motoren
Enduro Magazine

Enduro Magazine No. 98

Enduro Magazine est un bimestriel dédié à la plus belle des disciplines moto fait dans la bonne humeur par une équipe de spécialistes. Il éclaire avec recul l'actualité du sport par le biais d'interviews et de reportages pour répondre à l'attente des passionnés. Mais s'adresse avant tout aux amateurs, enduristes et randonneurs, en leur donnant les clés pour faire les bons choix en matière de machines et de produits, en les guidant pour une pratique joyeuse et responsable, en les informant sur leurs droits et leurs devoirs.

Land:
France
Taal:
French
Uitgever:
CP PRESSE
Verschijningsfrequentie:
Bimonthly
Meer lezen
EDITIE KOPEN
€ 4,76(Incl. btw)
ABONNEREN
€ 24,91(Incl. btw)
6 Edities

in deze editie

1 min.
on pète la santé!

« Les professionnels vont me trouver un peu optimiste de dire que l’enduro affiche une santé de fer. Leurs tableaux ne présentent en effet certainement pas des courbes qui foncent au plafond. Pourtant, à la lecture de ce numéro et à l’approche des Enduromag Days 3 fin septembre, le message des constructeurs et des pratiquants est unanime: l’enduro continue de respirer à pleins poumons. Jugez plutôt. Sherco, après avoir sorti une 125 atomique l’an passé, livre en magasin ses versions Factory dès cet été (la nouvelle usine de Nîmes, on veut la visiter, Monsieur Teissier!), avec des Kayaba, SVP. Beta, qui avait aussi fini par produire une 125, refait le coup de la 200, sa nouveauté 2019. GasGas, qui logiquement devait souffler après le coup de collier sur les 2018, répond…

1 min.
salvini, solide malgré holcombe

On en a fait notre Héros dans le dernier numéro et il est resté en haut des classements. Alex Salvini, le plus expérimenté des top pilotes (avec Remes, on va dire), poursuit sa quête du titre EnduroGP en affichant une constance remarquable, mais surtout une vitesse de pointe qui lui permet de gagner sur tous les terrains, que ce soit en Estonie dans le sable, au Portugal ou encore à domicile (littéralement, il habite quasi sur place) lors du joyeux fourre-tout italien appelé The Wall, où nos enduristes ont enchaîné trois manches de MX, une spéciale en ligne et une extrême nocturne pour déterminer le vainqueur. Ne manquait plus que le Toro-piscine! Malgré un début de saison en demiteinte et des soucis mécaniques, Steve Holcombe n’est qu’à 8 points derrière.…

1 min.
erzbergrodeo: une quatrième pour jarvis

Graham Jarvis a remporté son quatrième Erzbergrodeo, malgré un mauvais départ et une erreur dans une des premières montées qui lui a fait perdre beaucoup de temps et de places, pendant que devant, les cadors habituels (sans Cody Webb, blessé au prologue) menaient un train d’enfer. Blazusiak, Walker, puis Lettenbichler et Bolt se sont succédés au commandement de la course, avec Wade Young jamais bien loin, en embuscade. Les choses ont commencé à se décanter dans le pierrier infernal de Carl’s Diner, où Jarvis a produit un de ces efforts dont il a le secret, faisant littéralement fondre le retard qu’il avait sur la tête de la course. Mais c’est bien la nouvelle section Green Hell qui a décidé de la victoire. Arrivés quasi ensemble, Lettenbichler et Bolt, tous les deux…

1 min.
jérémy tarroux va mieux

Rencontré à la présentation presse des Sherco 2019, Jérémy Tarroux est en phase de reconstruction suite à un gros crash en début de saison sur un saut qui aurait pu être lourd de conséquences puisqu’il lui a valu une fracture des vertèbres lombaires. «.Ça va mieux.! Déjà, je tiens sur mes jambes, ce qui n’était pas évident au départ après être resté allongé un moment. Je peux commencer à faire des marches, on verra plus tard pour le reste. La bonne nouvelle, c’est que je vais récupérer 100.% de mes moyens.!.» J-Tar ne se met par contre aucune échéance et même si l’on espère évidemment le revoir en course l’an prochain, ce retour ne se fera que s’il s’estime totalement prêt physiquement mais aussi mentalement.…

1 min.
la rand’au pour johnny au’

Johnny Aubert n’a certes jamais fait beaucoup de Classiques, mais il apprécie l’exercice et s’y révèle très à l’aise… Ainsi, pour sa première participation à la mythique Rand’Auvergne 28 du nom, l’officiel GasGas n’a pas fait de détails, en dominant des adversaires pourtant aguerris sur l’herbe bien verte des vallons du Livradois. Il devance au final le leader du championnat de France E1 et quasi local, Julien Gauthier, et un autre produit du cru, Jérémy Miroir. On notera la très belle 4 place de Vincent Gautié. Au rayon surprise qui n’en est pas vraiment une, toujours ce diable de Marco Germain, 7 scratch à deux secondes du top 5 sans avoir repéré… Il gagne même son duel de vétérans avec Manu Albepart, deux fois vainqueur de l’épreuve (dont la première…

1 min.
les boss font le boulot

Peu de surprises en championnat de France d’enduro dans les catégories Elite où les plus expérimentés mènent la danse. En E1, Julien Gauthier n’avait jusqu’ici laissé que l’ouverture à Tarroux avant que celui-ci ne se blesse et enchaîne désormais les victoires. La belle série s’est terminée lors de la dernière manche à Moirans-en-Montagne avec une blessure à l’épaule. Avec 9 points d’avance avant la finale à Brioude mi-septembre, il peut voir venir. Derrière, Thomas Dubost et Jérémy Miroir, les deux protégés de Nanar, se livrent un beau duel qui a tourné à l’avantage du premier. En parlant de duel, la catégorie E2 ressemble à un match de tennis entre Loïc Larrieu et Mathias Bellino, chacun gagnant une journée. Jusqu’à la dernière à Moirans où le pilote Yamaha a réussi à breaker…