ONTDEKKENBIBLIOTHEEK
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Wetenschap
Science & Vie JuniorScience & Vie Junior

Science & Vie Junior HS No. 132

Avides de découvrir, curieux d'explorer, soucieux de comprendre, les adolescents trouvent dans Science&Vie Junior la matière idéale pour répondre à toutes leurs envies. Chaque mois, ils abordent l'actualité scientifique et technique à travers plus de 100 pages mêlant brèves, reportages, dossiers richement illustrés, bandes dessinées, expériences...

Land:
France
Taal:
French
Uitgever:
Societe Mondadori Magazines France
Meer lezenkeyboard_arrow_down
SPECIAAL: Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: BIG40
EDITIE KOPEN
4,57 €(Incl. btw)
ABONNEREN
40,39 €(Incl. btw)
12 Edities

IN DEZE EDITIE

access_time1 min.
édito

Les « c’est fou ! », « waouh ! » et autre « hallucinant ! » n’ont cessé de fuser dans la rédaction lors de la préparation de ce Hors-Série. C’est plutôt bon signe, vu qu’on vous a promis de l’incroyable. Du stupéfiant, certes, mais du stupéfiant décrypté. Se contenter de vous montrer des peuples aux coutumes bizarres n’aurait en effet pas grand intérêt, car ces traditions ne sont étranges qu’à nos yeux. Pour ceux qui les perpétuent, qui ont grandi dans la culture où elles sont apparues, elles semblent couler de source. Même quand ils en ont oublié le sens premier. La preuve : savez-vous pourquoi l’on cache une fève dans la galette des rois ? Ou pourquoi on se fait des blagues le 1 avril ? Un Papou…

access_time7 min.
quand les traditions se fêtent!

VOL DE MORT « Les Dogons ont organisé une fête où tous les masques ont dansé pour moi pendant trois heures, c’était un cadeau formidable ! » se souvient le photographe français Michel Renaudeau. Il a passé trois semaines en pays dogon, une région du Mali, à la fin des années 1990. Sous leur cagoule et vêtus d’un bustier aux faux seins, ces trois hommes montés sur échasses incarnent des tourterelles, oiseaux dont le vol est associé à la mort. Traditionnellement, « elles » dansent pour des funérailles. Un rite purement masculin où, une fois masqués, les hommes parlent une langue secrète, incomprise des femmes, qui de toute façon sont exclues des cérémonies. Aux pieds des tourterelles, les antilopes, lièvres et autres masques attendent leur tour… Si certains villages organisent aujourd’hui…

access_time1 min.
zoom

Perses : peuple de l’actuel Iran qui a fondé plusieurs empires antiques. Au V siècle avant J.-C., l’empire perse s’étendait depuis l’Inde jusqu’à la Grèce et l’Égypte. Les citoyens de la République romaine étaient divisés entre patriciens (riches familles descendant des fondateurs de la cité) et plébéiens (membres de la plèbe, autrement dit du « peuple »). Tous votaient pour élire les dirigeants (consuls), mais seuls les patriciens étaient sénateurs : nommés à vie, ils contrôlaient les consuls et le vote des lois. Cousin issu de germain : petit-fils d’un grand-oncle ou d’une grand-tante (frère ou sœur d’un grand-parent). Le cousin germain est le fils d’un oncle ou d’une tante (frère ou sœur d’un parent).…

access_time7 min.
on se fait la bise bise ?

Pour les touristes étrangers en visite à Paris, comme dans le moindre patelin de l’Hexagone, la scène est toujours cocasse : un groupe est attablé à la terrasse d’un café, un ou une retardataire débarque… et c’est parti pour une tournée de bises ! Pour nous autres Français, rien de surprenant. On se fait la bise sans même y penser : avec les membres de notre famille, avec les amis – entre filles, entre garçons, entre filles et garçons –, avec la voisine qui nous a gardé quand on était petit, ou encore avec la nouvelle copine d’un pote… Pourtant, sachez-le, cette façon de se saluer n’a rien d’universel. Et devant cette déferlante de bisous, le touriste est souvent perplexe ou amusé, parfois choqué. Voire effrayé à l’idée qu’on puisse lui…

access_time1 min.
bonjour le check

À côté de lui, la poignée de main paraît carrément ringarde. Avec le check, on se sent l’âme d’un vrai rappeur new-yorkais ou, au moins, d’un gars cool. Les poings fermés se cognent ou se superposent, précédés ou suivis d’autres gestes divers et variés... Ce salut-là vient des États-Unis. À la fin du XIX siècle, lever un poing fermé était un symbole de liberté pour les esclaves, qui ne pouvaient bouger les bras lorsqu’ils étaient enchaînés. Plus tard, le geste a été repris par la communauté noire, médiatisé par des athlètes noirs aux Jeux olympiques de Mexico, en 1968, puis adopté par les chanteurs de hip-hop. Et même, dernièrement, par Barack Obama, l’ancien président des États-Unis (voir photo de gauche). Adapté, customisé, le check a débarqué dans la rue, puis…

access_time3 min.
savoir saluer

Ici on s’embrasse, là on s’incline, ailleurs on s’étreint . Ça y est, vous voilà au Japon ! Vous allez enfin rencontrer votre correspondante, Ayumi, en chair et en os. « Konichiwa, bonjour ! » Elle semble avancer sa tête, vous vous penchez pour lui faire la bise… et vous prenez un gros vent : elle recule, outrée. Qu’avez-vous donc fait ? Vous avez été extrêmement impoli. S’embrasser ? Quelle idée ! Au pays du Soleil-Levant, on ne se touche pas pour se saluer. Pas même une poignée de main. On s’en tient à une inclinaison, plus ou moins prononcée selon le rang social de son interlocuteur. Et les règles d’usage sont très précises (voir schéma à droite) : on ne se présente pas devant l’empereur comme on dit bonjour à…

help