EXPLORARBIBLIOTECA
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Moda
JalouseJalouse

Jalouse No. 199

Magazine de mode pointu pour la trentenaire active, urbaine et branchée, Jalouse offre un panorama complet des must-haves de la saison. Retrouvez sur cette version numérique, des bonus vidéos, des photos supplémentaires inédites ou encore les meilleurs sons du moments.

País:
France
Língua:
French
Editora:
Les Editions Jalou
Ler Maiskeyboard_arrow_down
ASSINATURA
US$19,03
10 Edições

NESTA EDIÇÃO

access_time1 minutos
spoiler

Fanzines de luxe/12 by Willy Vanderperre, Let’s Panic, Candy ou Buffalo Zine, les fanzines mode excellent dans la créativité décalée et le no limit. Ida ImmendorffFille unique des peintres Oda Jaune et Jörg Immendorff, l’artiste de 15 ans livre à la jeune doctorante de Harvard Jacobé Huet souvenirs d’enfance et volontés artistiques, entre Central Saint Martins et défilés. Filles de…La mode voue un véritable culte aux enfants stars des rois de la pop Paris Jackson et Lourdes Leon. La première commence à se montrer entre front rows et couvertures de magazines alors que la seconde vit sa vie d’adolescente à l’abri des médias. Battle sur leurs débuts fracassants. SériesPlus qu’une obsession, la série télé est en passe de devenir le premier hobby planétaire, toutes générations confondues. Plutôt…

access_time3 minutos
contributeurs

1. Laureen Parslow (voir p. 114) Âge ? 32 ans.Nationalité ? Française.Background ? Première stagiaire de Vice France en 2006, après des études de com’, puis assistante du rédac-chef à Playboy en 2008-2009. Je m’installe à Londres et deviens pigiste tendance-société pour Grazia, Glamour, Madame Figaro et Jalouse, avant de revenir en France pour être chef de rubrique magazine chez Stylist.Rêviez-vous d’être journaliste lorsque vous étiez enfant ? Je rêvais surtout d’une chose et son contraire : vivre le plus d’expériences possible, rencontrer des gens créatifs, voyager et, à côté de ça, je me voyais aussi illustratrice chez moi, à m’occuper de mes enfants. Aujourd’hui, je fais à peu près les deux (l’illustration en moins).Pour qui travaillez-vous ? Actuellement, je continue de piger pour les magazines cités ci-dessus quand j’ai…

access_time1 minutos
futur

What’s next ? Mieux qu’une touche avance rapide – fréquemment poussée par les nouveaux adeptes du visionnage de programmes en fast-forward – et surtout mieux que la peur de demain qui nous entoure, ce numéro de printemps propulse dans le futur, et le célèbre. Des accessoires bientôt cultes ; une pilule qui nous transporterait dans un ailleurs, prophétisée par l’un des géants de la série télé ; des icônes – Jane Forth ou les mannequins du livre Models Matter – qui n’en finissent pas d’infuser l’avenir ; une chanteuse – Kacy Hill – star à venir ; des journaux de mode – Let’s Panic, Buffalo Zine et Candy – bien décidés à écrire le “jour d’après” ; et Jalouse, premier coffee-table book à sortir tous les mois : le futur…

access_time1 minutos
rétro chez dsquared 2

Sandales à plates-formes, minisac en cuir et coton imprimé brodé de perles et métal, et lunettes en métal et acétate, Dsquared , prix sur demande.Boutique : 249, rue Saint-Honoré, Paris 1 . www.dsquared2.com. Pour les lunettes : fr.marcolin.com ■…

access_time1 minutos
marie-antoinette revisitée chez fendi

Sac Kan I en cuir rebrodé et cabochons en métal émaillé, et bottines en micromaille rebrodée, Fendi, 3800 € et 890 €.Boutique : 51, avenue Montaigne, Paris 8 . www.fendi.com ■…

access_time1 minutos
les lunettes seventies font (encore) mouche

Collection Gucci printemps-été 2017. (Photo Marcio Madeira)1969, Woodstock. La nouvelle vague beatnik – Janis Joplin, Jimi Hendrix et Bob Dylan – s’affiche en lunettes rondes à verres flashy. Un demi-siècle plus tard, sur les podiums du printemps-été 2017, les nouveaux hippies rejouent la scène : Alessandro Michele chez Gucci, Peter Dundas chez Roberto Cavalli, Elie Saab, Giorgio Armani… Tous s’amourachent d’une néo-Joan Baez en pantalon pattes d’eph’ et monture maximaliste, forme mouche, carrée ou aviateur. Mais pourquoi cet énième retour en grâce du baba-cool et de ses binocles fétiches ? Lassés du brutalisme, les créateurs se raccrochent à une époque où le “bon goût/mauvais goût” n’existait pas. Car, dans les années 1970, plus les solaires sont bling, plus l’allure est peace. Moins hippie que la mouche, les lunettes aviateur…

help