L'Officiel Hommes Paris No. 70

L'Officiel Hommes est un magazine sincèrement différent. Moderne, il traite de toutes les nouvelles tendances, tout en confirmant les essentiels et incontournables de la mode masculine par-delà les saisons. Elégant, sélectif, différent…

País:
France
Língua:
French
Editora:
Les Editions Jalou
Periodicidade:
Biannually
US$ 5,19
US$ 8,09
2 Edições

nesta edição

1 minutos
édito

“Nous ne sommes pas provocateurs. Nous voulons simplement provoquer la reflexion.” Cette phrase, tirée de la conversation entre le duo artistique Gilbert & George et le créateur de mode Jonathan Anderson, a été le point de départ de ce numéro spécial de L’Officiel Hommes. Ici se côtoient des stars montantes comme Rafferty Law, des sportifs comme Stan Wawrinka, des icônes comme Nick Cave, des musiciens comme Woodkid, des visionnaires comme Virgil Abloh et des artistes comme Luke Edward Hall. Une agora prête à entamer une conversation autour de la mode, animée par des photographes appelés à interpréter les tendances de la saison ou choisis pour expliciter la mode masculine contemporaine. Mais ce numéro est aussi le premier dans lequel paraît un dossier global, destiné à créer un langage esthétique commun…

2 minutos
beau travail

La curiosité sans œillères, le goût de l’inédit, l’appétit pour de nouvelles saveurs : autant de paramètres pour que l’équation de la longévité aboutisse à un résultat excitant. Assurément, Mathias Augustyniak et Michael Amzalag la connaissent sur le bout des doigts. Établi en 1992, leur studio de graphisme M/M (Paris) s’est imposé dans un rôle dépassant le simple cadre de l’accompagnement de projet : plus détonateur qu’illustrateur, plutôt narrateur libre qu’interprète littéral, leur travail évoquait les immenses Cassandre, pour l’intuition de la juste typographie, ou Roman Cieslewicz, par son imaginaire poétique, sa grâce allusive, les espaces ménagés pour que notre regard s’y glisse, s’installe, le fasse sien. Conceptions de pochette de disques, d’affiches pour le théâtre, de décors d’opéras, mise au point d’identité visuelle, ponts jetés entre leur activité et…

loffhompar201101_article_014_01_01
2 minutos
éternel féminin

On s’en doutait dès l’annonce de l’implantation au cœur du Triangle d’or d’une antenne parisienne de la galaxie Gagosian : on y retrouverait la création contemporaine en majesté. De Cy Twombly à Sarah Sze, en passant par William Eggleston, Ed Ruscha, Jean Prouvé et Rodin, de la peinture à la sculpture, la photographie et les installations, sans oublier le mobilier, chaque exposition était un évènement. Bien sûr, il y avait la splendeur des pièces exposées, mais surtout un sens aigu de la mise en scène qui offrait aux œuvres une profondeur insoupçonnée. On garde ainsi un souvenir fort de l’exposition consacrée à Georges Bataille en 2018 ou de celle organisant la rencontre entre les travaux de Duane Hanson et d’Olivier Mosset. En écho à l’édition 2010 de la FIAC, pour…

loffhompar201101_article_015_01_01
5 minutos
true colors

Pour y parvenir, il faut prendre la rue d’Alsace, sur le côté de la gare de l’Est, monter un drôle d’escalier double, puis longer une vue époustouflante faite des toits gris et vert pâle des quais de la gare qui ondulent en vagues immobiles pour arriver enfin à un petit coin de rue, tranquille et lumineux, hors du temps. Là se trouvent l’Hôtel Les Deux Gares et son alter ego, un café-restaurant, situé juste en face. Pour recréer cet ancien petit hôtel de gare désuet, Adrien Gloaguen, fondateur du groupe Touriste, avait envie d’une ambiance cinématographique des seventies, celle des plus beaux films de Rohmer ou de Sautet, une “time capsule” avec un style singulier. Il confie cette réinvention totale au prodige du maximalisme à l’anglaise : Luke Edward Hall,…

loffhompar201101_article_016_01_01
3 minutos
belle équipe

À l’époque où il fut nommé directeur artistique des collections hommes Louis Vuitton, d’aucuns se doutaient bien que l’Américain Virgil Abloh ne ferait pas dans la dentelle. C’était fin mars 2018, le phénomène streetwear battait son plein et le kid de Chicago était l’un des porte-drapeaux les plus prolixes de sa génération. Celui qui disait récemment (lors de sa collaboration avec Nigo) que le streetwear ne se met pas dans une boîte mais qu’il se régénère, pratique cet art depuis un bon moment déjà, comme en attestent ses nombreuses collaborations avec Nike, ou la ligne directrice d’Off-White, sa marque personnelle. Rien d’étonnant donc à ce que Virgil Abloh entame dès son arrivée chez Louis Vuitton une ère de collaborations placées sous le signe du sport qu’il porte aujourd’hui au pinacle…

loffhompar201101_article_020_01_01
4 minutos
le goût de marseille

Aux commandes, le chef étoilé Gérald Passedat, enfant du rock et de l’opéra, amoureux de jolis bolides et du Marseille noctambule des 70s. Il nous explique sa “cuisine du peu” et les projets qu’il entreprend pour sa ville natale qu’il chérit, entouré de ses amis artistes. L’Officiel Hommes : Comment décrivez-vous la cuisine Passedat, y a-t-il un fil conducteur ? Gérald Passedat : Ça part de l’iode bien entendu, et on descend, par paliers successifs, dans les abysses afin de découvrir toutes sortes de poissons, mais c’est aussi une cuisine du peu. Notre végétation est aride, mais la souveraine Méditerranée, mon potager marin, comme j’aime à la décrire, inspire ma cuisine sans compromis, avec le fil conducteur du goût, de la pureté, de l’iode vif comme le mistral, mixé aux fruits et…

loffhompar201101_article_022_01_01