DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Art et Architecture
CRASH MagazineCRASH Magazine

CRASH Magazine

No.89

VÉRITABLE PIONNIER DE LA PRESSE FRANÇAISE INDÉPENDANTE, CRASH EST UNE RÉFÉRENCE DEPUIS 18 ANS. EN 300 PAGES, CRASH SE VOUE À LA MODE, L’ART, LE CINÉMA ET LE DESIGN, AVEC DES SÉRIES PHOTOGRAPHIQUES MODE ET BEAUTÉ DES PLUS CRÉATIVES. SOURCE D’INFLUENCE ET PIERRE ANGULAIRE DE LA MODE, CRASH A ÉTÉ CRÉÉ PAR DEUX ANCIENS CRITIQUES D’ART, ARMELLE LETURCQ ET FRANK PERRIN. CHAQUE NUMÉRO, UN ARTISTE CONTEMPORAIN MAJEUR SIGNE UN PROJET DE COUVERTURE UNIQUE, PARMI LESQUELS LAWRENCE WEINER, JANNIS KOUNELLIS ET STERLING RUBY. LIEN ULTIME ENTRE ART ET MODE, CRASH EST SIMULTANÉMENT PUBLIÉ EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS POUR SES LECTEURS INTERNATIONAUX. CHAQUE NUMÉRO PRÉSENT LE MEILLEUR DE LA MODE ET DU MONDE CRÉATIF EN GÉNÉRAL.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
CRASH PRODUCTION
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
7,41 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
29,64 $(TVA Incluse)
4 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time1 min.
crash magazine

PUBLISHER & CREATIVE DIRECTOR FRANK PERRIN EDITOR IN CHIEF ARMELLE LETURCQ ASSOCIATE PUBLISHER GERALDINE POSTEL CONTRIBUTING EDITOR ANNABEL FERNANDES EDITOR AT LARGE ALICE BUTTERLIN FASHION EDITORS ALICE LEFONS CAMILLE-JOSEPHINE TEISSEIRE EDEM DOSSOU LOUISE BORCHERS CASTING DIRECTOR DAVID CHEN MARKET EDITOR PAULINE GROSJEAN GRAPHIC DESIGNERS SUSANNA SHANNON QUENTIN HOURIE ENGLISH VERSION BRIAN MEYER COMMUNITY MANAGER DYLAN MOTTEY CRASH N°89 FALL 2019 LA VIE RÊVÉE TEXTES ANAÏD DEMIR LISE GUÉHENNEUX IMAGES AUDE LE BARBEY BERTRAND JEANNOT BORIS CAMACA CHARLES NÈGRE CHRIS LENSZ DANIEL KING DAVID RICHARDSON DORA DIAMANT ELISE TOÏDÉ GARETH MCCONNELL GUILLAUME BARRAU HUGO COMTE JAMES MOUNTFORD JÉRÔME SESSINI JESSE LAITINEN JOHN AKEHURST JP BONINO JULIEN D’YS KAREN PAULINA BISWELL LAURA MARIE CIEPLIK MARC PRITCHARD MARIJO ZUPANOV MARTIN SCHŒLLER NAGUEL RIVERO ROBERTO GRECO TASSILI CALATRONI TORBJØRN RØDLAND…

access_time1 min.
la vie rêvée

All the facesAll the voices blurChange to one faceChange to one voicePrepare yourself for bedThe light seems brightAnd glares on white wallsAll the sounds ofCharlotte sometimesInto the night withCharlotte sometimes Night after night she lay alone in bedHer eyes so open to the darkThe streets all looked so strangeThey seemed so far awayBut Charlotte did not cry The people seemed so closePlaying expressionless gamesThe people seemedSo closeSo manyOther names Sometimes I’m dreamingWhere all the other people danceSometimes I’m dreamingCharlotte sometimesSometimes I’m dreamingExpressionless the tranceSometimes I’m dreamingSo many different namesSometimes I’m dreamingThe sounds all stay the sameSometimes I’m dreamingShe hopes to open shadowed eyesOn a different worldCome to meScared princessCharlotte sometimes On that bleak track(See the sun is gone again)The tears were pouring down her faceShe was crying and crying for a girlWho died so…

access_time2 min.
area

A la croisée de l’esthétique tapageuse des starlettes des années 2000 et de l’univers débridé des soirées club dans le New York des années 1980, Area semble synthétiser parfaitement le goût de la nouvelle génération pour une nostalgie factice. Paris Hilton en mini jupe en jean dans The Simple Life, une jeune Kate Moss en robe tube transparente ou Debbie Harry en dos nus à sequins : autant d’images qui ont traversé les époques pour trouver une seconde vie sur Instagram où elles sont élevées au rang d’icônes et se mixent pour ne devenir qu’un puit d’inspiration sans fond. Area reflète parfaitement ce travail de digestion d’information tout en créant des collections qui s’ancrent dans les envies du présent. Ses deux designers Beckett Fogg et Piotrek Panszczyk se sont rencontrés…

access_time2 min.
facetasm

Fondée en 2007 à Tokyo, Facetasm a commencé à se faire connaître récemment hors des frontières du pays du soleil levant. Son créateur, le Japonais Hiromichi Ochiai, étudie à l’école de mode Bunka, il en sort diplômé en 1999, puis travaille pendant huit ans pour la compagnie de tissus Guildwork et comme assistant pour la marque NGAP. Il se lance ensuite sous le nom de Facetasm, un titre mystérieux qui fait référence à de multiples facettes, signe d’un renouvellement constant et de brouillage des codes. Inévitablement il s’inspire de sa ville natale, mélange détonant de paysages naturels à perte de vue et d’architecture moderne. Temple du street style déjanté, Tokyo fourmille de looks uniques où associations de couleurs inattendues se mêlent à des vestiaires d’époques confondues. Cette folie nippone issue…

access_time2 min.
louis gabriel nouchi

La dernière fashion week homme de Paris a vu défiler la troisième collection de Louis Gabriel Nouchi, jeune créateur français à suivre. Depuis 2017, il trace tranquillement sa route avec sa marque éponyme qui réunit des pièces masculines mêlant tailoring classique et sportswear. Le point de départ de chacune de ses collections se trouve souvent dans la littérature et pour l’été 2020, il a choisi de se pencher sur Curzio Malaparte dont l’œuvre La peau raconte l’histoire d’un soldat italien pendant la libération de Naples par l’armée américaine en 1943. Même si cette référence n’est pas visible de manière évidente dans les silhouettes, on retrouve le côté militaire des années 1940 dans les coupes de tailleurs et l’âme de Naples dans la gamme de couleurs, du vert kaki au beige…

access_time2 min.
phipps

Quelque part entre le baroudeur tout terrain et l’amoureux du développement textile se trouve Spencer Phipps, jeune Américain qui entend bien faire rimer mode et éco-responsabilité. Loin de l’image que l’on se fait du créateur tapi dans sa tour d’ivoire, imperméable aux conséquences de son travail sur le monde, Phipps préfère mettre en avant son attachement tout particulier à la Terre – voire à la boue. Son style est indissociable du grand air, là où il puise son inspiration et son énergie, qu’il grimpe au sommet d’un rocher ou parte en excursion dans la forêt amazonienne. Il appréhende le monde de la mode avec du recul, conscient qu’il doit être dépoussiéré, débarrassé des clichés relatifs à son exclusivité et son cynisme social et écologique. Spencer rêve d’une industrie plus juste,…

help