CRASH Magazine

CRASH Magazine No.93

Ajouter aux favoris

VÉRITABLE PIONNIER DE LA PRESSE FRANÇAISE INDÉPENDANTE, CRASH EST UNE RÉFÉRENCE DEPUIS 18 ANS. EN 300 PAGES, CRASH SE VOUE À LA MODE, L’ART, LE CINÉMA ET LE DESIGN, AVEC DES SÉRIES PHOTOGRAPHIQUES MODE ET BEAUTÉ DES PLUS CRÉATIVES. SOURCE D’INFLUENCE ET PIERRE ANGULAIRE DE LA MODE, CRASH A ÉTÉ CRÉÉ PAR DEUX ANCIENS CRITIQUES D’ART, ARMELLE LETURCQ ET FRANK PERRIN. CHAQUE NUMÉRO, UN ARTISTE CONTEMPORAIN MAJEUR SIGNE UN PROJET DE COUVERTURE UNIQUE, PARMI LESQUELS LAWRENCE WEINER, JANNIS KOUNELLIS ET STERLING RUBY. LIEN ULTIME ENTRE ART ET MODE, CRASH EST SIMULTANÉMENT PUBLIÉ EN FRANÇAIS ET EN ANGLAIS POUR SES LECTEURS INTERNATIONAUX. CHAQUE NUMÉRO PRÉSENT LE MEILLEUR DE LA MODE ET DU MONDE CRÉATIF EN GÉNÉRAL.

Lire plus
Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
CRASH PRODUCTION
Fréquence:
Quarterly
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
7,58 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
30,32 $(TVA Incluse)
4 Numéros

dans ce numéro

2 min.
school work

Deux ans après le début d’une collaboration avec la mythique école de mode londonienne Central Saint Martins, Birkenstock présente enfin une collection capsule imaginée par les étudiants diplômés du Master. Ponctuée de voyages au cœur des archives de la marque, aux Etats-Unis, au Japon, en Italie et au siège en Allemagne, cette rencontre a permis aux élèves de s’immerger dans l’univers du chausseur et de proposer une vision nouvelle de certains modèles phares. Au terme d’un concours présidé par un jury de douze personnalités de l’industrie de la mode, les dix finalistes du projet ont été récompensés par une bourse d’études et quatre d’entre eux ont même pu voir leurs créations commercialisées. Venus d’horizons très différents, les créateurs en herbe ont eu la volonté d’innover et de profondément bousculer les…

2 min.
egonlab

Si le nom de la maison de mode EGONlab. vous rappelle les silhouettes androgynes d’un certain peintre autrichien, ce n’est pas un hasard puisque le duo de créateurs français Florentin Glémarec et Kevin Nompeix y font directement référence. Epris d’art et de mode, ils allient depuis 2019 références culturelles riches et conception futuriste du vêtement. Au sein de leurs collections se retrouvent en vrac: toile de Jouy, esprit punk et élégance du tailleur parfaitement coupé. Nouvelle venue sur le calendrier de la Fashion Week, EGONlab n’en est qu’à sa troisième collection même si le duo derrière la griffe a déjà parcouru un bout de chemin dans la mode. Glémarec passe par l’Ecole du Louvre et l’Atelier Chardon Savard avant de créer la marque de menswear Icosae avec son frère. De…

2 min.
sevali

Avec Sevali, Sebastian A. de Ruffray offre à la méthode de l’upcycling toute la place qu’elle mérite puisqu’elle est au cœur de toutes ses collections, depuis la première en 2018. Repoussant les limites de sa propre créativité, il trouve dans la contrainte textile une porte vers d’infinies possibilités de formes, interprétations et histoires à raconter. Son “upcycled couture” a beau être faite de fripes et bouts de chiffons usés, elle n’a rien d’une pièce chinée chez Guerrisol. Sebastian grandit au Chili avant de partir pour Milan où il réalise que la mode est sa destinée. Il se forme à L’Institut Marangoni à Londres puis à la Central Saint Martins, effectuant un stage marquant chez Alexander Mcqueen en 2013. C’est à Paris qu’il lance sa marque avec un concept fort: proposer…

2 min.
hugo kreit

Artisan de bijoux gluants, sirupeux, dégoulinants, semblant tout droit sortis d’une autre planète, le jeune créateur Hugo Kreit vient de lancer une nouvelle marque d’accessoires. Avec ses boucles d’oreilles et colliers sculpturaux, il parvient à mêler esthétique trash et grotesque et savoir-faire du luxe. Ses délicieuses monstruosités convoquent aussi bien le cinéma camp de John Waters que la série Cremaster de Matthew Barney. Diplômé en 2014 d’une formation de créateur industriel, c’est vers l’événementiel que Kreit se tourne ensuite, menant sa barque de la maison Hermès au Bureau Betak où il imagine des scénographies de défilés, dîners et expositions. C’est finalement en 2019 qu’il décide de se lancer dans la création de sa marque avec l’envie de proposer des “sculptures por-tables”, au croisement de l’art et de la mode. Passionné…

2 min.
burc akyol

Les pieds foulant le sol parisien et la tête pleine de rêves venus d’Orient, le franco-turque Burc Akyol a toujours aimé placer sa double culture au centre de ses créations. Aussi bien inspiré par l’histoire ottomane et ses princes fastueux que les sculptures en marbre de Palerme, il convoque, pour sa collection 01 part 02, une sensualité nouvelle. Comme nombre de ses jeunes collègues créateurs, Akyol prône une mode sans genre, où la conception d’un vêtement ne passe pas par des stéréotypes, s’adaptant à des corps pluriels. Le tailoring, classique, est unisexe. Un blazer noir en satin coupé à la taille se porte à même la peau, les jambes nues et l’entrejambe recouvert seulement d’un bout de tissu relié à une ceinture. Les jeux de transparence, sur des pantalons, robes…

2 min.
peet dullaert

Les robes sculpturales de Peet Dullaert se découvrent comme on tomberait sur d’élégants coquillages lors d’une ballade en bord de mer. Leurs formes sinusoïdales ondulent sur le corps, se posant de manière parfaite ment asymétrique , comme des pétales de fleurs fanées. Délicatement déchirés, ajourés, rapiécés, froissés, les tissus du créateur hollandais sont travaillés à la main et donnent à chacune de ses pièces une singularité proche d’éléments organ iques transfor més par les mouvements de la mer. “Ocean , mist, sand, lava...” les robes se parent de noms évoquant la nature , que Dullaert aime rappeler dans chacune de ses collectio ns. Versatiles, s’adaptant à de nouveaux modes de vies et envies , les pièces sont transfor mables à l’infini, à l’image de la “Techno -Smock dress” et sa…