DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Culture et Littérature
Guerres & HistoiresGuerres & Histoires

Guerres & Histoires

No. 47

Guerres & Histoires, le nouveau trimestriel de la gamme Science & Vie, met l’accent sur les principaux conflits qui ont marqué notre histoire. Il s’attache ainsi à livrer une explication claire sur les protagonistes des grandes guerres, leurs stratégies et leurs technologies d’armement.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe Mondadori Magazines France
Lire pluskeyboard_arrow_down
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: BDAY40
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
8,34 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
38,44 $(TVA Incluse)
6 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time3 min.
edito

En pages 86 et 87 de ce 47 numéro de Guerres & Histoire, vous trouverez une interview de Jacques Semelin, directeur de recherches émérite au CNRS et professeur à Sciences Po, à propos de son dernier livre, La Survie des juifs en France, 1940-1944. Chacun devrait le lire parce qu’il traite d’une blessure profonde, qui ne peut laisser indifférent un Français ou ceux qui s’intéressent à la France. En 1973, l’ouvrage de l’Américain Robert Paxton, La France de Vichy, avait mis le feu, suivi, en 1981, d’une seconde flambée, Vichy et les Juifs, du même, rejoint par le Canadien Michael Marrus. Les masques tombaient, la prétention du couple Pétain-Laval à avoir été le bouclier du pays était montrée pour ce qu’elle était, un mensonge et une escroquerie. Néanmoins, ces deux…

access_time17 min.
une «femme de réconfort » dans l’enfer de l’armée nippone

On ignore exactement dans quelles circonstances a été prise cette photo, une des rares présentant des ianfu (« femmes de réconfort » en japonais) manifestement habillées et maquillées pour l’occasion mais dont l’expression trahit la détresse. À droite, des soldats s’apprêtent à entrer dans une ianjo (« maison de réconfort ») ouverte en Chine par l’armée impériale. (BRIDGEMAN – XINHUA/AFP – RAFAËLE BRILLAUD) G&H : Quelle a été votre enfance? Kim Bok-dong: Dans ma famille, nous étions six filles, j’étais la cinquième. Mes parents étaient assez riches, puis mon père a loué ses terres cultivées contre un fermage et il a presque tout perdu en se portant garant d’un prêt que la personne n’a pu…

access_time2 min.
« la dictature avait imposé le silence »

G&H : Pourquoi le dossier a-t-il mis tant de temps à émerger ? Mi-hyang Yoon : Dans les années 1980, j’étais étudiante. Je ne comprenais pas pourquoi le dossier des femmes de réconfort n’était pas encore réglé. C’était impossible d’en parler ! Il y avait trop d’inégalités hommes-femmes. La dictature avait imposé le silence. Et, après trente-six ans de colonisation, nous étions encore sous influence japonaise. Personne ne soutenait les victimes. Quel a été votre parcours dans cette lutte ? J’ai d’abord été bénévole au Conseil coréen des femmes de réconfort puis embauchée en 1992. Ma vie a changé. J’ai parcouru le pays à la recherche de ces femmes pour les convaincre de témoigner. Elles n’étaient pas très chaleureuses. Elles avaient peur, elles étaient restées…

access_time3 min.
les femmes de réconfort: des dizaines de milliers de victimes ignorées

Le mot ianfu, « femme de réconfort », n’apparaît dans les documents officiels de l’armée ou de l’administration japonaises qu’à partir de 1938. Mais la première occurrence de ianjo, « maison de réconfort », date de 1932, dans un document de la marine impériale. Ces deux euphémismes désignent la même réalité: des jeunes filles raflées par les militaires japonais pour servir d’esclaves sexuelles, plutôt que de prostituées puisqu’il semble que les victimes, souvent brutalisées, ont rarement été payées.Celles-ci — sans doute 200000, le chiffre exact reste inconnu — viennent en majorité des colonies nippones de l’époque, la Corée (protectorat en 1905, annexée en 1910) et Formose (actuel Taïwan, cédée par la Chine en 1895), mais aussi de Chine puis d’Asie du Sud-Est, y compris des Philippines (les «…

access_time1 min.
l’avis de la rédaction

Il a été difficile de l’approcher. Pendant des mois, il m’a fallu convaincre son entourage de l’intérêt d’une interview quand tant d’autres avaient été accordées sans régler pour autant l’affaire, loin de là. Puis, sans relâche, j’ai dû rassurer cette femme aux traits fins et à l’élégance naturelle pour qu’elle accepte de revivre une énième fois l’ignominie de sa guerre. Lors de notre première rencontre, au cours d’une manifestation hebdomadaire au pied de l’ambassade du Japon à Séoul, elle m’a jeté un regard aussi glacial que le vent qui s’engouffrait dans la ville. Puis, assise à même le sol dans sa petite chambre, elle s’est interrompue à maintes reprises : « Écrirez-vous vraiment ce que je vous dis ? » Pour comprendre ses réticences…

access_time1 min.
une nouvelle armée miniature surgit du sol chinois

Découvert en 2007 près de la ville de Zibo, au nord-est de la Chine, un puits funéraire cachait 300 statuettes de fantassins mais aussi des cavaliers, des chariots, des miradors et même des musiciens… Cette armée de terre cuite, dont l’existence vient d’être révélée par les archéologues de l’Agence des reliques culturelles du disctrict de Linzi et l’Institut des reliques culturelles et d’archéologie de la province de Shandong, aurait été fabriquée pour protéger outre-tombe un illustre personnage: Liu Hong, prince de la province de Qi décédé en 110 avant notre ère, fils de l’empereur Wu, de la dynastie des Hans (-206 - 220). À la différence des célèbres statues grandeur nature enterrées avec le « premier empereur » Qui Shi Huang (fondateur de la dynastie précédente des Qin), les…

help