DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Chasse et Pêche
Le Chasseur FrançaisLe Chasseur Français

Le Chasseur Français HS No. 95

Chaque mois, retrouvez des reportages et des conseils pratiques concernant la chasse, la pêche, le jardin. Et en plus, des petites annonces classées au service de nos lecteurs.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe Mondadori Magazines France
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
4,03 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
34,44 $(TVA Incluse)
12 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time4 min.
truite aux poissons-nageurs en petite rivière

Le Steir est une petite rivière du massif armoricain, un affluent de l’Odet. Son nom en breton signifie rivière. Comme beaucoup de rivières bretonnes, ses eaux acides ne favorisent pas la croissance des truites, ici un poisson de 35 cm est un poisson exceptionnel. Dépenser le moins d’énergie possible Les eaux sont assez froides, il va falloir rechercher les poissons sur les bordures. Ce n’est pas la peine de pêcher les veines d’eau principales, peu de chance d’y trouver des poissons et ils ne se déplaceront pas. L’idéal est de rechercher des postes en léger retrait de la bordure, présentant moins de courant et une profondeur de 40 ou 50 cm. Il faut rechercher les obstacles, les sous-berges, tous les éléments offrant des caches aux truites. Elles vont se caler dans tous…

access_time4 min.
la truite aux leurres artificiels

Cuillers tournantes et ondulantes › Les tournantes papillonnantes type Aglia de Mepps sont incontournables et doivent être présentes en tailles n° 0, 1 et 2 dans la boîte à pêche de tout traqueur de farios. Coloris indispensables : palette argentée à points rouges pour la matinée et les eaux claires et froides, cuivrée à points rouges pour la soirée et, enfin, noire à points jaunes pour les eaux piquées. Montée en bout de ligne à l’aide d’un émerillon à agrafe qui jouera le rôle bien utile d’antivrilleur, la cuiller tournante sera propulsée trois quarts amont vers la rive opposée, un bon moyen de surprendre les truites postées. La tournante vous permettra aussi de prospecter le dessous du couvert végétal par des frappes très localisées, des courts lancers bien ciblés qui débusqueront…

access_time3 min.
le coup du soir

Dès le retour des beaux jours, le coup du soir reste un instant unique pour le moucheur. Comme pris d’une frénésie soudaine et tandis que le soleil décline sur l’horizon, les insectes aquatiques emplissent alors l’air du bruissement de milliers d’ailes. Vous pouvez alors espérer prendre de grosses, de très grosses truites. Le choix des bonnes mouches Pour en arriver là, il faut vous organiser. Concentrez-vous d’abord sur le choix de vos mouches. Pour ne pas perdre inutilement de précieuses minutes à rechercher le bon modèle, munissez-vous du strict nécessaire. Un coup du soir se négociant surtout en sèche, ne conservez que les indispensables sedges, les émergentes d’éphémères ou les culs de canards. Préférez plutôt les modèles étoffés, montés sur hameçons n° 10 à 16 et qui flottent haut et bien sûr…

access_time6 min.
la truite aux appâts naturels

La pêche aux appâts naturels, quoi de mieux pour découvrir et connaître la rivière et les truites ? Réaliser une coulée en négociant les courants, présenter son appât au ras du fond en évitant les obstacles, percer les courants en calculant sa plombée, c’est ainsi que se forment les grandes pointures de la pêche ! Le toc classique Le toc s’adapte à tous les profils de la rivière. Une canne passe-partout téléréglable de 4 m suffira à prospecter efficacement les postes. Complétez-la d’un moulinet tournant de bonne facture à multiplicateur type Ritma pourvu d’un guide-fil. La bobine sera garnie de Nylon 18/100 transparent. En fin de partie de pêche, veillez à éliminer les derniers mètres de fil qui souffrent énormément au contact des galets du fond. La plombée, quelques plombs sphériques groupés…

access_time1 min.
régime alimentaire de la truite

Les vieilles mains prétendent que les truites doublent de poids chaque année. Cette affirmation ne se vérifie que dans les rivières riches en proies diverses. Certains milieux pauvres en nutriments comme les ruisseaux de haute montagne ne peuvent alimenter de nombreuses truites au fil des saisons. Bien souvent elles ne dépassent pas la maille : les belles sont rares. La truite respecte quelques fenêtres d’activité qui varient en fonction des saisons. Au printemps, les eaux frisquettes la réveillent vers 11 heures, le coup de midi étant souvent fameux, comme la fin de journée lorsque la rivière aura accumulé un maximum de chaleur déclenchant de furtives éclosions. Au début de l’été, les jours s’allongent, les eaux se réchauffent, favorisant les éclosions massives. Les truites s’activent à toute heure, s’emplissant la panse…

access_time4 min.
pénétrez les en droits encombrés

Nous avons demandé son avis à Jean-Philippe Lasset, vice-président de la société de pêche de Jalignysur-Besbre (03), qui ne jure que par ces modèles qui lui donnent toute satisfaction, en rivière comme en lac ou en étang. Certes, Jean-Philippe utilise d’autres leurres en pareilles circonstances, mais ces deux-là ont sa préférence. Le jig dans le bois Simple tête plombée habillée d’une jupette de plastique, le jig conjugue fantaisie et rationalisme pour aboutir à un leurre considéré comme l’ultime recours des situations extrêmes. “Son dispositif antiaccroc ou balai contribue largement à son succès. Il explique aussi sa formidable souplesse d’emploi dans les endroits encombrés”, s’enthousiasme Jean-Philippe. Pourtant, le concept de ce système antiherbe est élémentaire : il s’agit d’une simple touffe de fibres plus ou moins raides, prévue pour s’écraser facilement au ferrage…

help