DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Science
Les Cahiers de Science & VieLes Cahiers de Science & Vie

Les Cahiers de Science & Vie No. 180

Tous les deux mois, Les Cahiers de Science & Vie vous proposent 100 pages d'histoire des civilisations anciennes.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe Mondadori Magazines France
Lire pluskeyboard_arrow_down
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement Zinio avec le code: YES40
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
8,05 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
54,06 $(TVA Incluse)
8 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time2 min.
« miracles face à la science »

Sous prétexte que la science a balayé des certitudes auxquelles s’accrochaient les hommes depuis des siècles, faut-il aujourd’hui mépriser, condamner ceux qui croient encore aux miracles d’un prophète qui vivait en Palestine, ou bien à cette ampoule d’hémoglobine qui depuis quinze siècles du côté de Naples se liquéfie trois fois par an, ou encore à ces apparitions de la « dame blanche » qui se sont multipliées en terre catholique ? Tel n’est pas notre propos. La foi éloigne la raison, mais conduit aussi des hommes à adopter une attitude exemplaire. Elle suscite aussi des vocations de bergers douteux, d’exploiteurs d’angoisse métaphysique, de misère spirituelle. Et qui condamner ? Un sondage publié dans Science & Vie en 2015 prouvait que deux tiers des Français admettaient croire à au moins une catégorie…

access_time4 min.
égyptologie des secrets funéraires se cachaient sous saqqarah

«C’est une découverte sans précédent, une mine d’or d’informations… », sourit Ramadan Hussein, de l’université de Tübingen (Allemagne). L’égyptologue n’en revient toujours pas de l’ensemble que son équipe a découvert, sous les sables de Saqqarah. Car l’endroit, non content d’abriter entre autres merveilles pharaoniques la plus vieille pyramide de pierre, celle de Djoser (III dynastie, 2600 av. J.-C.), recelait aussi un complexe unique de l’époque Saïte (XXVI et XXVII dynasties, VII s. av. J.-C.) avec atelier de momification en surface et puits funéraires en sous-sol. L’atelier a été découvert le premier, alors que le chercheur documentait la zone au sud de la pyramide du roi Ounas (V dynastie). Son équipe a dégagé les bases de murs en brique formant un édifice rectangulaire au fond duquel sont apparus deux larges bassins…

access_time1 min.
la sécheresse dévoile un site néolithique en irlande

Qui dit canicule dit aussi paradoxalement potentielles découvertes archéologiques. Cet été, la vague de chaleur qui a frappé l’Europe a notamment révélé, au Royaume-Uni et en Irlande, d’intrigantes marques sur des sols agricoles mis à nu par la sécheresse. Des vestiges dont certains remontent au Néolithique! Dans la vallée irlandaise de Boyne ont ainsi surgi les traces d’une structure circulaire de près de 200 mètres de diamètre, érigée il y a cinq mille ans. « J’ai d’abord cru au passage d’un tracteur ou d’un chapiteau de cirque », raconte Anthony Murphy, spécialiste des sites funéraires néolithiques irlandais, qui survole en juillet dernier le site avec un drone. Mais, analysées avec un archéologue, des images satellites du site révèlent les éléments typiques d’un henge, enclos rituel néolithique — celui de Stonehenge,…

access_time2 min.
la plus ancienne bibliothèque d’allemagne mise au jour à cologne

Destinées à préserver les savoirs du monde antique, la bibliothèque se répand dans tout le monde romain après y avoir été introduite par Alexandre le Grand. Rome érige ainsi en 39 avant J.-C. sa première institution publique, qui s’impose rapidement comme un élément majeur de la vie culturelle sur le forum, au côté du gymnasium et des temples. Si les textes anciens attestent par la suite de l’existence de bibliothèques similaires dans les grandes cités romaines au début de notre ère, leurs vestiges étaient jusque-là inexistants en Europe septentrionale. C’est bien ce qui rend si exceptionnelle la découverte des fondations d’une bibliothèque du II siècle, au cœur de la cité de Colonia Agrippinaaujourd’hui Cologne —, fondée en 49. « Nous nous doutions bien qu’en plein centre et dans un périmètre…

access_time2 min.
le plus vieux pain a 14 400 ans !

Ce ne sont que quelques fragments carbonisés, trouvés par hasard près d’un foyer du site Shubayqa 1, au cœur du désert jordanien. Le lieu est connu des archéologues, pour ses restes bien conservés — notamment alimentaires. Mais ces petits rogatons ne ressemblaient pas à des graines, ce qui décida l’archéobotaniste Amaia Arranz-Otaegui (université de Copenhague) à les faire analyser par microscopie électronique. Les spécialistes eurent alors la surprise de découvrir la structure poreuse caractéristique du pain. Seulement, Shubayqa appartient à la culture natoufienne : les miettes brûlées remontent à 14400 ans, soit quatre mille ans avant « l’invention » de l’agriculture en général et des céréales en particulier. Ce pain plat retrouvé dans le Croissant fertile est ainsi le plus vieux jamais découvert, et précède de cinq bons milliers d’années…

access_time2 min.
le son retrouvé de la grèce antique

Les annotations musicales retrouvées sur des fragments de textes grecs de l’époque classique le prouvent: les tragédies de Sophocle, les épopées d’Homère ou encore les poèmes de Sapho furent écrits pour être chantés. Or de ces grands poètes nous sont parvenues des œuvres silencieuses. Bien que déchiffrables, les morceaux de partitions sauvés font référence à des notions musicales complexes dont on a oublié le sens. Alors que la science avait déclaré la musique antique grecque à jamais inaccessible, Armand D’Angour, professeur de lettres classiques à Oxford et musicien, vient de réussir à faire parler ces notes si longtemps restées muettes. « Nous écrivons aujourd’hui la musique avec des tons et des demi-tons, or la musique grecque s’écrit, elle, avec des quarts de ton : ce qui nous la rend incompréhensible,…

help