Marie Claire - France 825

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Fréquence:
Monthly
2,97 $ CA(TVA Incluse)
28,38 $ CA(TVA Incluse)
12 Numéros

dans ce numéro

1 min
édito

Peut-être a-t-il fallu que tant d’autres de nos plaisirs s’effilochent pour que l’on mesure pleinement celui procuré par un bouquet de fleurs. Une brassée de jonquilles, une nuée de pivoines, une botte de renoncules, et c’est la fête ! Une joie légère, modeste mais « essentielle », aux pouvoirs insoupçonnés. Surtout quand le beau surgit là où on ne l’attend pas. D’une morne endive, par exemple, comme nous le révèle ce mois-ci notre facétieuse chroniqueuse jardin, Masami Charlotte Lavault : « Parole de floricultrice, ses fleurs ouvriront grand les coeurs. Un pied d’endive, Cichorium intybus, donnera de mai à septembre des tiges ramifiées, rigides, de près d’1,20 m de hauteur, aux feuilles aussi discrètes que poilues et ponctuées de lumineuses fleurs étoilées bleu azur, une nuance rare au jardin »…

marclarfr2106_article_023_01_01
3 min
contributeur · trices

SANDRA MEHL, PHOTOGRAPHE Pour nous, elle est partie dans le Tarn sur les lieux de la disparition de Delphine Jubillar, cette infirmière dont on n’a plus de nouvelles depuis décembre dernier. D’OÙ VENEZ-VOUS ? J’ai grandi à Sète, au bord de la Méditerranée, dans un milieu populaire, avec la curiosité et la valeur travail chevillées au corps. POURQUOI FAITES-VOUS CE MÉTIER ? Pour écouter, regarder, comprendre, donner à ressentir et à réfléchir. VOTRE MOMENT PRÉFÉRÉ PENDANT LE REPORTAGE “SUR LES TRACES DE DELPHINE JUBILLAR” ? À la fin du reportage, ce moment où nous avons aperçu le surnom de Delphine gravé sur le mur de l’école, au-dessus d’un cœur. C’était comme un message d’éternité pour dire que même les murs n’oublieront pas. Nous étions sur le point de quitter Cagnac-les-Mines, et sommes parties, nous aussi, avec l’histoire…

marclarfr2106_article_024_01_01
1 min
coulisses

marclarfr2106_article_026_01_01
2 min
anaïs boileau

DES COULEURS ÉCLATANTES, UNE CHALEUR CARESSANTE, ET UNE LUMIÈRE FOLLE... On dirait le Sud ! Le travail de la photographe Anaïs Boileau, 28 ans, respire tout entier la Méditerranée. Originaire de Nîmes, la jeune femme a d’abord été tentée par le photoreportage et l’architecture avant d’intégrer, une fois son bac en poche, l’École cantonale d’arts de Lausanne, option photographie. Un déclic pour cette fille de sage-femme et d’un technicien de maintenance chez Perrier: «Je me suis découverte lors du cursus très complet proposé par cette école », raconte-t-elle, avant d’évoquer un stage d’été prolifique avec Charles Fréger, puis une résidence de quatre mois au Design Institute de Hong Kong. Ensuite, tout s’est accéléré : la jeune artiste s’est vue rapidement confier des commandes pour la presse – portraits, reportages, paysages…

marclarfr2106_article_030_01_01
3 min
tocades

1 LA VAISSELLE D’OTTOLENGHI Colorée et inspirée, la première ligne de vaisselle signée du chef et auteur star israélobritannique Yotam Ottolenghi pour Serax est une merveille. C’est son grand ami, l’artiste italien Ivo Bisignano, qui en a conçu les dessins, avec une mission : essayer de raconter l’histoire d’Ottolenghi à travers des objets. Mission accomplie. 28 € l’assiette plate (diamètre 26 cm). En vente au mois de mai aux Galeries Lafayette Paris Haussmann, puis sur serax.com 2 UNE ODE À LA MER La Fondation Carmignac célèbre le monde aquatique avec une exposition exigeante réunissant des œuvres de Camille Henrot ou de Matisse, en passant par Alex Olson (Ether, 2017, photo). Et nous rappelle ainsi que la mer est une ressource précieuse autant qu’un monde menacé, à chérir. « La mer imaginaire » à la Fondation…

marclarfr2106_article_033_01_01
3 min
“le rire est une audace, une soupape qui nous libère”

« Je m’en souviens comme si c’était hier. J’avais tenté de me retenir, je m’étais mordu les lèvres, j’étais même allée jusqu’à convoquer des images tristes, mais aucune stratégie n’avait permis d’endiguer la vague. Le fou rire avait fini par éclater, éclaboussant tous les murs de son irrépressible joie. Sa puissance avait contaminé tout le monde autour de nous et la salle de classe était devenue une seule et même secousse, un gloussement continu qui chatouille le ventre et fait pleurer les yeux. Même le professeur avait baissé les armes et s’était laissé envahir par ce soulagement qui ne ressemble à aucun autre, celui qui fait onduler les résistances les plus figées. Ce souvenir est resté gravé dans mon cœur, comme le sont tous les moments de notre vie où…

marclarfr2106_article_038_01_01