DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Actualité et politiques
Valeurs ActuellesValeurs Actuelles

Valeurs Actuelles HS No. 10

Retrouvez chaque semaine, dans Valeurs Actuelles, l'essentiel de l'information politique et financière.Sous le double signe de la réflexion et du sérieux de l'information, Valeurs Actuelles vous donne un point de vue unique, sans conformisme, sur l'actualité.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Valmonde et Cie
Lire pluskeyboard_arrow_down
J'ACHÈTE CE NUMÉRO
5,97 $(TVA Incluse)
JE M'ABONNE
134,79 $(TVA Incluse)
52 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time2 min.
les ors discrets de la république

Au soir de sa vie, le gigantesque acteur qu’était Michel Simon fut invité à déjeuner à l’Élysée par Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République. Sortant du palais présidentiel, l’acteur fétiche des films de Jean Renoir fut harcelé par la presse, qui voulait avoir ses impressions. N’ayant rien perdu de son espièglerie, le comédien déclara : « Cet établissement est très pratique, il est bien situé, c’est central. » Cette boutade fit le tour du monde et participa un peu plus encore à cette légende incroyable qui entoure la résidence et le bureau de nos chefs de l’État. L’Élysée a ceci de particulier que l’on en parle tous les jours, notamment en période de campagne présidentielle, que chacun croit le connaître et que, paradoxalement, c’est sans doute le monument français…

access_time15 min.
quand l’élysée est devenu le château…

“Soleil sur les drapeaux ! multitudes grisées ! / Ô retour, retour triomphal ! / Parfum des marronniers de ces Champs-Élysées / Que je vais descendre à cheval !”(Edmond Rostand, “L’Aiglon”) Cette histoire-là n’a pas de fin. Celle de Versailles s’est achevée en 1789 ; les Tuileries ont été réduites en cendres en 1871. Depuis trois siècles, l’Élysée a résisté à tout : à la Révolution, aux insurrections, aux incendies, aux pillages, aux bombardements, aux changements de régime, aux occupations étrangères. Sur son bureau Louis XV, le président de la République en a, et souvent sans le savoir, le témoignage : la lampe flambeau à six lumières qui l’éclaire. Cette lampe fut commandée par Napoléon à son orfèvre préféré, Martin-Guillaume Biennais, qui avait déjà réalisé pour lui un nécessaire de voyage, avant…

access_time7 min.
derrière les murs

La salle des fêtes Typiquement III République, éclairée par des lustres imposants, elle fut inaugurée par Sadi Carnot en 1889, à l’occasion de l’Exposition universelle. On y donne les dîners d’État les plus prestigieux. Elle peut accueillir plus de 200 couverts, soit selon le protocole de la table en U, soit en multiples tables rondes. Elle s’ouvrait par des fenêtres sur le jardin. En 1984, François Mitterrand y fit ajouter d’autres portes-fenêtres respectant l’architecture d’origine. Le jardin d’hiver Ce fut une orangerie sous la duchesse de Berry. Sa verrière a été restaurée par Valéry Giscard d’Estaing puis par François Mitterrand. Salon abritant des conférences sociales, des conférences de presse, parfois des déjeuners de travail, il abrite aussi certaines fêtes et notamment celles de l’arbre de Noël ou de la galette des Rois. Le salon…

access_time10 min.
d’évreux à la pompadour

Si nous étions capables de remonter quatre cents ans en arrière à Paris, et que nous nous promenions au-delà du palais des Tuileries, vers l’ouest, il faudrait vraisemblablement nous munir d’une paire de bottes pour traverser au sec le marais des Gourdes qui s’étendait au-delà du palais des Tuileries, entre l’actuelle place de la Concorde et l’avenue George-V. C’est Marie de Médicis qui décida, en 1618, l’assèchement d’une première partie située le long de la Seine pour en faire un lieu de promenade qui fut baptisé “cours la Reine”. Près de cinquante ans plus tard, en 1664, Colbert, attristé de voir Louis XIV dépenser autant d’argent pour construire le château de Versailles, chargea André Le Nôtre d’aménager ce qui restait de cette zone marécageuse ; il voulait magnifier cette partie…

access_time9 min.
fête galante aux champs-élysées

Stupre et prostitution hantent les contre-allées des Champs-Élysées. À la mort de Louis XIV, en 1715, Paris redevient, avec l’installation du roi aux Tuileries, la capitale du royaume, jusqu’en 1723. La ville n’est pas encore telle que nous la connaissons. Elle s’étend, d’ouest en est, des Tuileries à la Bastille, et, du nord au sud, de la porte Saint-Martin au palais du Luxembourg. Le faubourg Saint-Honoré, en marge duquel on prévoit la construction de l’hôtel d’Évreux, est séparé du centre par le bourg de la Ville l’Évêque, adjacent aux barrières du nordouest, ainsi que par un vaste terrain champêtre, s’étendant dans le prolongement de la place Vendôme et l’actuelle rue Saint-Honoré. Cet espace vallonné, qui servait de terrain de chasse à Louis XIII, est aménagé depuis plus d’un siècle en “entrée de…

access_time7 min.
et les murat rendirent à l’élysée son éclat…

Elle désire organiser de grandes réceptions, réunissant jusqu’à 200 personnes. Caroline, née Marie-Annonciade Bonaparte, épouse donc, le 20 janvier 1800, à Mortefontaine, Joachim Murat. Celui-ci a été premier aide de camp de Napoléon et sera nommé dès 1804 maréchal d’Empire. Début 1805, après avoir résidé successivement à Paris, Florence et Milan, les époux cherchent à acquérir un hôtel particulier parisien. Joachim Murat charge le préfet de police de Paris de lui préparer une note sur la résidence de l’Élysée. Les propriétaires de l’époque, des négociants belges, les Hovyn, qui l’avaient acquise lorsque la duchesse de Bourbon l’avait mise aux enchères, souhaitent s’en séparer et fixent un premier prix plancher à 800 000 francs. C’est bien trop pour Joachim Murat, qui formule une offre à 570 000 francs. La fille Hovyn, criblée…

help