ZINIO logo
EXPLOREMY LIBRARY
News & Politics
L'Express

L'Express Thema Oct 2016

Chaque semaine, vous retrouvez les grands thèmes de l’ACTUALITE politique, économique, sociale et culturelle DECRYPTES en toute indépendance par de grands EDITORIALISTES reconnus dans leur domaine d'expertise. Des grands dossiers, des enquêtes exclusives et des reportages inédits redonnent du SENS à l'actualité et vous permettent de mieux COMPRENDRE le monde actuel.

Read More
Country:
France
Language:
French
Publisher:
Groupe Express Roularta
Frequency:
Weekly
BUY ISSUE
$7.82(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$63.82(Incl. tax)
26 Issues

in this issue

2 min.
le devoir de mémoire s’impose

Sachons reconnaître ce que la présence française a pu apporter. Le nier est aussi stupide que d’affirmer qu’un bonheur partagé régnait au « bon temps des colonies » Ils parlent français comme vous et moi. Ils auraient pu être nos amis. Quelle tristesse ! » C’est un Pierre Mendès France bouleversé qui rend compte aux journalistes, le 10 juillet 1954, de sa première entrevue avec la délégation du Vietminh venue à Genève négocier la fin des hostilités avec la France. Son propos, un peu naïf, résume bien le drame du colonialisme à la française. De l’opportunisme politique et économique sous l’Ancien régime – disputer aux autres monarchies européennes les richesses du Nouveau monde, notamment aux Anglais et aux Espagnols, nos grands concurrents en razzias et sanglants pillages –, la France a évolué…

6 min.
la colonisation une histoire qui reste engluée dans ses mythes

Cinquante années ont passé… Quand Jacques Chirac s’est rendu en Algérie [en 2003], les jeunes ne criaient pas « Repentance! » mais « Des visas! » Pourquoi l’histoire coloniale est-elle engluée dans les mythes ? La colonisation, en France, c’est d’abord une aventure individuelle et un rêve. On le voit avec l’Exposition coloniale de 1931. 8 millions de billets d’entrée vendus mais le constat à sa clôture est clair : on a échoué à créer un esprit colonialiste. Les Français sont allés voyager à l’Expo. C’est tout. Pour vendre la colonisation à un peuple plutôt réticent, on a donc forgé des mythes… Oui. Le premier, c’est que les colonies enrichissent la métropole. Après la conquête de l’Algérie, on réactive le souvenir de Saint-Domingue (perdue sous le Consulat) en promettant de faire pousser de l’autre…

2 min.
fugace rêve d’amérique…

Lorsque, en 1534, Jacques Cartier s’embarque vers l’Amérique du Nord (lire p. 16), c’est pour rechercher un passage vers l’Asie, menant aux pays des épices, mais aussi parce que François I lui a ordonné de «des-couvrir certaines isles et pays où l’on dit qu’il se doit trouver grant quantité d’or et autres riches choses ». Il croira avoir atteint son but lors du troisième voyage, de 1541 à 1542. Pourtant, cette expédition sera celle des déconvenues – un proverbe dira bientôt « faux comme diamants de Canada » en souvenir d’un des nombreux épisodes tournant à la désillusion. L’avenir montrera néanmoins que les vraies richesses étaient dans les informations rapportées par Jacques Cartier qui, en découvrant le Saint-Laurent et en le remontant jusqu’à Hochelaga (Montréal), avait indiqué la route des…

1 min.
colbert, le créateur de l’empire

Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), le grand ministre de Louis XIV a déployé des efforts considérables pour doter la France d’un empire colonial digne de son rang parmi le concert de nations. Il entreprend la construction d’une magnifique marine de guerre et d’une flotte de commerce capables de rivaliser avec celles des rivaux ibérique et anglais. Sa doctrine économique, le mercantilisme ou colbertisme, repose sur un principe élémentaire : vendre la plus grande quantité possible de marchandises à l’étranger et en acheter le moins possible afin d’accroître les ressources du royaume et de l’Etat. Dès lors, ce dernier apporte son concours aux capitaines et aux négociants aventureux, prêts à se lancer dans de fructueuses entreprises outre-mer.…

3 min.
mission royale pour jacques cartier

Pour sa première expédition, Jacques Cartier arme deux navires, le Triton et le Goéland, et part du port de Saint-Malo le 20 avril 1534. Après vingt jours de navigation, les deux navires s’engagent dans la baie du Saint-Laurent qu’ils sont les premiers à explorer. Le 24 juillet, Cartier et ses matelots débarquent dans la péninsule de Gaspésie sous les regards intrigués et suspicieux des Amérindiens. Pour marquer la prise de possession de la baie au nom du roi de France, un crucifix de neuf mètres est érigé. Au chef indien, Donnacona, le navigateur propose d’emmener avec lui deux de ses fils jusqu’en France. De retour au pays, Cartier n’a trouvé ni le fameux passage du Nord-Ouest ni les richesses espérées, mais dès le mois de mai 1535, le marin part pour…

7 min.
samuel de champlain fonde québec

La plupart des femmes envoyées au Canada sont des orphelines. Elles échappent à la misère en choisissant d’émigrer, nanties d’une dot versée par la France Des expériences passées de Jacques Cartier, des morutiers et des chercheurs de fourrures, il ressort qu’une expansion coloniale est impossible sans de bonnes relations avec les Amérindiens. C’est dans ces conditions que, en 1603, une expédition dirigée par François Gravé du Pont – accompagné de Samuel de Champlain, un marin originaire de Brouage, alors port de la Saintonge – scelle une alliance durable avec le peuple Montagnais, festoyant avec leurs hôtes en mangeant des viandes d’orignal, d’ours et de castor. En 1609, Samuel de Champlain s’allie également avec les Algonquins et les Hurons contre les Iroquois, l’ennemi commun. Les Hurons deviennent, pour Champlain, les amis des…