ZINIO logo
EXPLOREMY LIBRARY
Boating & Aviation
Le fana de l'aviation

Le fana de l'aviation No. 609

Le Fana de l'Aviation fait partie du petit cercle des grandes revues d'histoire de l'aviation dans le monde. Née en 1969, c'est aujourd'hui une revue de référence à travers le monde, grâce à ses textes et à son iconographie. L'aviation est un sujet technique ? Le Fana de l'Aviation emploie un langage simple et clair pour s'adresser à un public très large, du passionné d’histoire au professionnel de l’aviation. Le Fana de l'Aviation publie chaque mois des monographies, des reportages sur les collections d'avions anciens, les musées, les restaurations. Il s’attache également à suivre l’actualité des avions de collection qui volent toujours, et bien sûr des meetings aériens à travers le monde. Les analyses historiques s’appuient sur la collaboration des meilleurs historiens spécialisés dans de nombreux pays, tant en France qu’à l’étranger.

Read More
Country:
France
Language:
French
Publisher:
Editions Lariviere SAS
Frequency:
Monthly
BUY ISSUE
$10.19(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$51.88(Incl. tax)
6 Issues

in this issue

1 min.
le “feu sacré” de saint-exupéry

Pour marquer les 80 ans de sa mission sur Arras qui sert de toile de fond dans Pilote de guerre, nous vous proposons un grand dossier sur la carrière militaire de Saint-Exupéry. Voici la période s’étalant de 1921, date de son brevet de pilote, à la campagne de 1940. Ne cherchez pas ici d’emphase ni de grandes envolées lyriques, mais simplement l’exploitation des archives. C’est l’occasion de revenir sur un aspect moins connu que ses vols pour l’Aéropostale à partir de 1926 ou les grands raids des années 1930. Un aspect mérite d’être souligné dans ce que disent les archives: Saint-Exupéry est toujours noté comme “très bon pilote”, ayant même le “feu sacré”, ce dès ses premiers vols en 1921, alors que c’est un pilote parfaitement anonyme. Il est temps…

9 min.
le flyhistorik museum de sola expose son messerschmitt 109g restauré 32 ans après qu’il a été repêché

Le Venneforeningen Flyhistorisk Museum, à Sola, en Norvège, expose depuis le milieu du mois de juin son Messerschmitt 109G-1 restauré. L’épave du chasseur avait été repêchée par hasard il y a 32 ans, par deux pêcheurs de Sirevåg qui l’ont prise dans leur chalut à crevettes. Malheureusement, le moteur est retombé à la mer alors que le chalut était ramené sur le navire. La section arrière était manquante et aucune pièce n’a pu être trouvée pour aider à identifier l’avion. L’étude comparative des archives et la consultation de l’expert de la Luftwaffe William Berge laissent néanmoins supposer qu’il s’agit du Me 109G-1 Werknummer 14141 codé “6 noir” du 2. Staffel de la Jagdgeschwader 5 (2./JG 5). Il était piloté par l’unteroffizier Wilhelm Gärtner le 11 octobre 1943, qui avait dû…

3 min.
en bref

Disparition de Robert Taylor L’Américain Robert L. Taylor est décédé le 20 juin dernier, alors qu’il s’apprêtait à fêter son 96e anniversaire. Peu connu en France, il était une référence aux États-Unis pour avoir fondé en 1953 l’Antique Airplane Association, qui fédère les restaurateurs et collectionneurs d’avions dits “antiques”, c’est-à-dire produits avant la Deuxième Guerre mondiale. Tous les ans, début septembre, l’AAA tient sur le petit aérodrome privé d’Antique Airfield, près de Blakesburg, dans l’Iowa, sur la propriété de la famille Taylor, son rassemblement annuel, qui réunit jusqu’à 350 avions. Le “Spitfire” Mk XIV RN201 vole à nouveau en Grande-Bretagne Le 9 juin, à Sywell en Grande-Bretagne, Richard Grace a procédé au premier vol d’essai du Supermarine “Spitfire” Mk XIV matricule RN201 depuis son arrivée des États-Unis l’année dernière, et après avoir été…

4 min.
à lire, a voir

Clostermann Georges-Éric Coisne est l’un des très nombreux lecteurs du Grand Cirque. Il a décidé de plonger au cœur des archives britanniques pour retrouver les traces des missions racontées par Clostermann entre 1943 et 1945. Que croyez-vous qu’il y trouva? Des traces oui, beaucoup, mais aussi parfois des incohérences entre les livres et les archives, des dates qui manquent. En fait beaucoup de questions, peu de réponses, finalement comme une sorte de brouillard. Ici comme avec bien d’autres sujets, faire de l’histoire c’est se heurter à une quête sans fin tant les bribes de réponses trouvées ici et là laissent souvent subsister de grandes zones d’ombre, de flou. Répétons-le: tout ceci n’est pas de nature à remettre en question l’indiscutable courage d’un pilote qui a su brillamment raconter l’atmosphère de la…

13 min.
des ailes pour une passion

Antoine de Saint-Exupéry fut d’abord un pilote militaire. Avant d’entrer dans la légende avec l’Aéropostale, il fut un pilote réserviste totalement anonyme. Antoine, Jean-Baptiste, Marie, Roger de Saint-Exupéry naquit le 29 juin 1900 à Lyon. Il venait d’une ancienne famille de la noblesse française originaire du Sud-Ouest. L’arbre généalogique qui plonge ses racines dans l’histoire de France compte plusieurs ancêtres militaires. Sursitaire, Antoine de Saint-Exupéry fut appelé sous les drapeaux en avril 1921 pour effectuer son service militaire de deux ans. Il fut affecté au sein du 2e régiment d’aviation de chasse (2e RAC) comme soldat de deuxième classe à la section des ouvriers d’aviation. L’unité était installé dans la caserne Guynemer, dans le camp de Neuhof (dit le “Polygone”), au sud de Strasbourg. Sa dotation se composait de chasseurs Spad…

9 min.
l’aéropostale et les grands raids

Le grand tournant dans la vie de Saint-Exupéry se produisit en octobre 1926 quand il fut embauché par Didier Daurat, directeur d’exploitation de la CGEA (Compagnie générale d’entreprise aéronautique), dirigée par Pierre-Georges Latécoère. Sans être abandonné d’un point de vue administratif, son rôle de pilote militaire de réserve passa très nettement au second plan. Comme tous les nouveaux arrivants à la CGEA, Saint-Exupéry commença par une période où il assura la maintenance au sol des avions avant de passer au pilotage au mois de décembre. Pilote de l’Aéropostale Il retrouva le Breguet XIV pour sa première liaison postale le 15 décembre – Henri Guillaumet l’accompagnait. En avril 1927, Pierre-Georges Latécoère céda sa compagnie à Marcel Bouilloux-Lafont. La CGEA fut rebaptisée Compagnie générale aéropostale. Fin 1927, Saint-Exupéry prit en main l’étape de cap…