EXPLOREMY LIBRARY
Business & Finance
Les Affaires

Les Affaires

Mai 2020 - 1re edition

Les Affaires est le leader incontesté des publications d'affaires. Votre source hebdomadaire d’information pour prendre les meilleures décisions.

Country:
Canada
Language:
French
Publisher:
Transcontinental Media G.P.
Read More
BUY ISSUE
$4.19(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$62.99(Incl. tax)
46 Issues

in this issue

2 min.
l’avenir appartient à ceux qui osent voir loin

Dans mes moments de rêverie, j’aime imaginer le moment où je pourrai redécouvrir ces petits plaisirs tenus jusque-là pour acquis. Ma vague d’émotion en serrant ma famille dans mes bras après cette longue séparation. Mon frisson légèrement coupable lors de ma première poignée de main. Mon sentiment de liberté totale en me déplaçant dans un quartier autre que le mien. Mon émerveillement devant la vie qui reprend, les pique-niques entre amis dans les parcs, une foule compacte qui chante d’une seule voix dans un concert. Cela semble encore loin. Si certains aspects reviendront éventuellement à la normale, beaucoup d’autres ne seront plus jamais comme avant. Toute crise est catalyseur de changements, et celle-ci a pour effet d’accélérer l’adoption de tendances, comme le commerce en ligne, le télétravail, l’automatisation ou l’achat local.…

4 min.
« le vieillissement de la population n’arrête pas parce que l’économie est en crise »

Le monde des affaires réclame depuis des années que Québec relève ses cibles annuelles d’immigration à 60 000 personnes pour combler les besoins en maind’oeuvre partout dans la province. Or, la pandémie de COVID-19 a changé la donne, et le 10 avril, alors que Statistique Canada venait d’annoncer la perte de 264 000 emplois au Québec en mars, divers organismes économiques ont demandé au gouvernement Legault de réduire ses cibles d’immigration, établies pour cette année à un maximum de 44 500 personnes. Pourquoi un tel changement de discours? Le président du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval, explique. Les Affaires – Le gouvernement est une grosse machine à faire bouger. Dans un contexte où la reprise économique pourrait survenir d’ici 12 à 24 mois, est-on en train de manquer…

2 min.
merci infiniment, claude beauchamp

Lorsque Rémi Marcoux acheta certains actifs des Publications Les Affaires, en 1979, c’est vers Claude Beauchamp qu’il se tourna pour relancer le journal éponyme. Le tirage de celui-ci était d’environ 25 000 exemplaires, tous livrés par la poste. C’était un produit terne, non rentable et qui ne s’intéressait pas à la Bourse ni aux finances personnelles. Claude acheta 49 % de la nouvelle entreprise et en devint le président et éditeur. Il s’entoura rapidement de quelques collaborateurs, dont moi à titre de rédacteur en chef. Claude arrivait du Soleil, où il avait été éditeur adjoint et rédacteur en chef et où j’étais responsable des sections politique et économique. Sans tarder, Claude ajouta de la couleur à la une de Les Affaires, introduisit des colonnes de titres boursiers, modernisa sa présentation et le…

5 min.
pour la création d’une commission sur les soins aux personnes âgées

J’aime Plusieurs CHSLD bénéficient du dévouement inestimable d’un grand nombre d’immigrants et de membres des minorités culturelles. Une plus grande ouverture à l’immigration profiterait à notre société en plus d’offrir un meilleur avenir à des personnes qui veulent un meilleur futur pour eux et leur famille. Qu’attend-on pour cesser les expulsions des immigrants irréguliers et régulariser leur statut? Je n’aime pas La récession qui s’annonce provoquera des faillites d’entreprises dont le régime de retraite pourrait être déficitaire. Il se peut alors que leurs retraités deviennent des victimes collatérales de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, qui traite les régimes de retraite comme des créanciers ordinaires. Ottawa pourrait donner un rang supérieur aux rentes promises, mais les banques s’y opposent. Ce n’est pas le temps de chercher des coupables, a dit François Legault, mais…

5 min.
nos meilleures recettes de limonade

Cuisinez avec la nouvelle donne: cinq règles pour y arriver Du jour au lendemain, la donne a changé du tout au tout. Des entreprises ont dû mettre la clé sous la porte sans savoir si elles pourraient jamais la rouvrir. Des employeurs se sont « temporairement » séparés de certains de leurs employés sans savoir s’ils seraient jamais en mesure de les réembaucher. Des employés ont mordu la poussière, en réalisant que leur travail n’était pas si « utile » que ça. Résultat? L’avenir de tous ceux-ci est brutalement devenu incertain, pour ne pas dire compromis. D’autres, en revanche, ont vu la catastrophe de la COVID-19 comme une occasion en or d’innover comme jamais, et donc de faire des affaires autrement. Ces entreprises-là ont réussi, en général, à tirer leur épingle du…

4 min.
improvisez, même si vous n’avez pas tous les ingrédients en main

La nécessité est mère de l’invention, dit l’adage. Celui-ci s’applique bien à des dizaines d’entreprises du Québec qui se sont littéralement « virées sur un 10 cents » pour diversifier leurs sources de revenus afin de limiter leurs pertes, voire de survivre. C’est le cas de GLM Conseil, qui aide les PME manufacturières du Québec à exécuter leur virage numérique. La fermeture des entreprises jugées non essentielles, en mars et en avril, a bouleversé ses activités qui reposaient avant tout sur des visites dans les usines. « Non seulement on offre des formations en ligne et on fait des « pitch de vente » à distance, mais notre plateforme abrite aussi la formation en ligne d’autres organisations », explique Benoit Cormier, associé de la firme de Longueuil. Au début de la crise, GLM…