EXPLOREMY LIBRARY
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Movies, TV & Music
PremièrePremière

Première No. 482

Chaque mois le meilleur du cinéma est dans PREMIERE. Retrouvez dans PREMIERE toute l'actualité du cinéma : les sorties, les tournages, les reportages exclusifs, les box-office, les sorties DVD...Et toujours des affiches et des avant-premières à gagner !

Country:
France
Language:
French
Publisher:
PREMIERE MEDIA
Read Morekeyboard_arrow_down
BUY ISSUE
$4.61(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$26.20(Incl. tax)
6 Issues

IN THIS ISSUE

access_time1 min.
fini de rire ?

Mal-aimée, la comédie populaire ? Maltraitée par la critique ? On connaît le mot qu’avait écrit François Truffaut à Gérard Oury : « Il y a dans tout succès absolu un anéantissement de la fonction critique – il devient idiot, presque dérisoire, d’en dire du mal. » Une phrase d’autant plus savoureuse qu’elle provient d’un homme qui, quelque vingt ans plus tard, parviendrait à dépasser les trois millions d’entrées avec Le Dernier Métro, récompensé par dix César et des hourras critiques généralisés…Dans un récent reportage télévisé, Léa Salamé posait la question qui fâche : « Pourquoi les films comiques sont-ils les vilains petits canards du 7 art ? » C’est vrai ça, pourquoi ? Dans ce Première de février, alors que le Festival de l’Alpe d’Huez vient de s’achever,…

access_time6 min.
rayon x

Joel Kinnaman L’acteur Joel Kinnaman et le réalisateur Miguel Sapochnik (© NETFLIX) « ON EST ARRIVÉ À UN POINT OÙ LA PRODUCTION POUR LE PETIT ÉCRAN A LA MÊME AMPLEUR QUE POUR LE CINÉMA. »JOEL KINNAMAN Comme un signe de l’évolution des temps, c’est dans un gigantesque entrepôt d’imprimerie de Vancouver, autrefois destiné à sortir les journaux d’un groupe de presse canadien, qu’Altered Carbon, la toute première grosse production SF de Netflix, a posé ses valises. Là où l’on trouvait des rotatives à perte de vue, se dresse aujourd’hui une ville futuriste. Des rues entières de Bay City (anciennement San Francisco) y ont été construites, avec ses magasins délabrés, ses voitures volantes (qui restent clouées au sol, il ne faut pas rêver non plus), et toute une population de…

access_time2 min.
l’île aux chiens

(© TWENTIETH CENTURY FOX) La traversée du bateau dans La Vie aquatique, l’hôtel en miniature de The Grand Budapest Hotel... Il y a toujours chez Wes Anderson la tentation de partir dans l’animation, dans le contrôle pur de son univers unique. Comme un démiurge de cinéma, miniaturiste et naïf, quelque part entre Méliès et le Tim Burton des débuts. D’où la joie de voir Anderson se remettre au cinéma d’animation stricto sensu, neuf ans après le réjouissant Fantastic Mr. Fox. Le casting est plus qu’excitant : Roman Coppola (déjà coscénariste sur Moonrise Kingdom) est au script, Felicie Haymoz au design – comme sur Fantastic Mr. Fox – et Alexandre Desplat à la musique... Côté voix, tout le monde est là : Jeff Goldblum, Edward Norton, Tilda Swinton, Bill Murray…

access_time2 min.
dilili à paris

Dans le cinéma de Michel Ocelot, tout est affaire de dépaysement. De changement d’espace et d’univers : l’Afrique fantasmée de Kirikou, le livre de contes des Contes de la nuit, d’Azur et Asmar ou de Princes et Princesses... Ivan Tsarévitch et la princesse changeante, son dernier film (2016), nous embarquait dans une Russie de contes de fée. Toujours ailleurs. Du coup, rien que par son titre, son nouveau film, Dilili à Paris, est un événement : l’animateur saisit la capitale avec ses pinceaux et se rapproche doucement du réel. Cette fois-ci, c’est l’étranger qui vient dans notre décor familier – ou presque : nous sommes au début du XX siècle. Dilili, une enfant kanake, débarque à Paris, se lie d’amitié avec un jeune livreur en triporteur. Tous deux vont…

access_time2 min.
loro

Loro signifie « eux » en italien. « Eux », les politiciens, les enfants terribles de l’Italie, ses monstres de foire qui fascinent tant Paolo Sorrentino, chroniqueur pince-sans-rire d’un pays livré à l’obscénité télévisuelle et aux puissances de l’argent sale. D’ailleurs, Loro, sonne aussi comme une allusion à l’oro : « l’or ». L’or qui corrompt et achète tout, y compris la place de président du Conseil ? Avec ce portrait de Silvio Berlusconi, dix ans pile après celui de Giulio Andreotti dans le fantastique Il Divo, Paolo Sorrentino s’attaque à la figure sans doute la plus controversée de la politique italienne mais aussi internationale. Avec ses dents plus blanches que blanches, ses implants capillaires, ses saillies « trumpiennes » avant l’heure, ses frasques sexuelles (les fameuses orgies…

access_time3 min.
ma scène culte

Une connerie « Pendant l’écriture du scénario, on commençait par imaginer des gags qui pourraient se dérouler dans une boîte à bac, avant d’ajouter par-dessus des personnages et une trame. Cette idée d’une machine à apprendre nous est subitement venue au cours de nos échanges. On avait envie d’aller un peu loin dans la farce et comme ce sont des cancres et que l’informatique commençait à décoller à l’époque [1980], c’était assez logique d’imaginer que les élèves allaient y être confrontés. » Les hommes de l’ombre « La machine n’était pas du tout autonome, c’était juste une petite boîte en bois reliée à un ordinateur. Des machinistes étaient cachés derrière la cloison pour animer les différentes actions : alors qu’un type était chargé de tendre la sucette…

SPECIAL ISSUES

help