EXPLOREMY LIBRARY
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Movies, TV & Music
Studio Ciné LiveStudio Ciné Live

Studio Ciné Live No.91

Les rédactions de Studio Ciné Live et Première ont décidé de fusionner leurs équipes sur un seul titre, Première, qui devient mensuel. Le magazine Studio Ciné Live arrête donc de paraître avec le numéro 95 daté décembre / janvier 2018. Vous pouvez retrouver dorénavant toute votre actualité cinématographique préférée dans Première.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
PREMIERE MEDIA
Read Morekeyboard_arrow_down
BUY ISSUE
$5.33(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$40.06(Incl. tax)
12 Issues

IN THIS ISSUE

access_time3 min.
été et avoir

AVANT, c’était pas forcément mieux. Demain, on ne sait pas et aujourd’hui, faut voir. Débrouillez-vous avec ça. Les ratiocinations conservatrices, les envolées idéalistes et les analyses fatalistes dépendent de l’humeur des temps et de chacun. Et c’est souvent différent d’un jour sur l’autre. Il n’y a qu’au cinéma que la fin est immuable ; Norman Bates se fait toujours arrêter, Jack Dawson se noie irrémédiablement, et Philippe et Driss sont désormais inséparables au-delà de tout. Cela dit, d’après certains travaux de psynéphiles, nous revoyons un film dans l’espoir secret et inconscient que la fin sera différente et, en même temps, pour revivre les sensations originelles. Va savoir Charles. « En même temps »… Je n’ai pas écrit cela dans un aveuglant élan macronien, mais parce que les amoureux de cinéma que…

access_time9 min.
fanny ardant le grand entretien

« Jouer, c’est danser avec un partenaire. Ce n’est pas une lutte de pouvoir. » On dit souvent de vous « elle ose », comme aujourd’hui avec ce rôle de transsexuel. Est-ce important de surprendre ? Fanny Ardant : Je n’ai pas ce sentiment d’audace. J’aime trouver l’itinéraire dans un personnage. Dans toutes les expériences, que ce soit au théâtre ou au cinéma, j’ai toujours appris quelque chose sur moi. J’ai gardé intact le plaisir de jouer. Il n’y a rien de pire que d’entendre quelqu’un être sûr de lui parce qu’il fait ce métier depuis vingt ans. Moi, je remets mes billes en jeu à chaque fois. Dernièrement, on vous a vue entonner une chanson aux Molières, à l’affiche d’un court métrage, jouer votre propre rôle dans Five, reprendre le rôle de…

access_time1 min.
chienne de vie !

POUR SON SIXIÈME LONG MÉTRAGE, Samuel Benchetrit a choisi de porter à l’écran son roman Chien, largement plébiscité par la critique lors de sa publication en 2015. Avec cette toute première image, on découvre Vincent Macaigne qui incarne son personnage principal. Un homme pris dans une spirale infernale qui, après avoir perdu sa femme, son logement et son boulot, devient peu à peu étranger au monde qui l’entoure. Avant d’être recueilli par le patron d’une animalerie qui, incapable de nouer des liens d’amitié, décide d’en faire son… chien. Vanessa Paradis et Bouli Lanners complètent la distribution de cette histoire intrigante à découvrir en salle entre mars et avril 2018 et… dès cet été, lors d’une projection sur la Piazza Grande pendant le Festival de Locarno.…

access_time2 min.
le chevalier des affiches maudites

⇢ COULEURS SIMILAIRES, typographie recyclée, posture des personnages sans originalité… La majorité des affiches de films se ressemblent. Le « stagiaire des affiches » dénonce ce manque d’inspiration avec un humour imparable sur son compte Twitter et son site, stagiairedesaffiches.fr. À l’aide de flèches rouges et de descriptions mordantes, il cible chaque détail des posters promotionnels pour mieux s’en moquer. Son décryptage fait preuve d’un génial second degré. Les comédies françaises passent ainsi un sale quart d’heure et ne peuvent nier l’évidence: la plupart reprennent presque toujours les mêmes codes couleur, du jaune « obligatoire, indice de grosse poilade » pour les lettres du titre, au fond bleu – un cahier des charges « non négociable ». Sans oublier le petit slogan typique de la « comédie cocasse » placé…

access_time3 min.
perturbations dans la force

On ne badine pas avec une franchise aussi juteuse que Star Wars. Les réalisateurs du spin-off consacré au jeune Han Solo, Phil Lord et Chris Miller, virés sans ménagement par Lucasfilm pour être remplacés par Ron Howard, l’ont appris à leurs dépens. Hollywood est sous le choc, et pourtant la situation est loin d’être inédite. Au sein même de l’univers Star Wars, le spin-off sur Boba Fet, qu’aurait dû réaliser Josh Trank, a été annulé in extremis du fait des problèmes qu’a rencontrés Trank sur le tournage des Quatre fantastiques. Pour Rogue One, son réalisateur Gareth Edwards a dû céder sa place en plein montage à Tony Gilroy, scénariste du film, sans faire de vagues… Or cette fois-ci, ça ne s’est pas passé de la même façon. Le communiqué officiel fait…

access_time2 min.
girl power

S’agit-il des premières retombées de la bronca féministe de 2015, quand les déclarations de Jennifer Lawrence sur les écarts de salaires entre hommes et femmes à Hollywood ont fait boule de neige ? D’une réaction au climat anti-femmes qui avait précédé la marche du 21 janvier ? Toujours est-il que les femmes montrent les dents, dans les films comme dans les séries. Prenez The Handsmaid’s Tale, sur Hulu : ce 1984 féministe imagine une Amérique de cauchemar où, pour faire face à une crise de la fertilité, les femmes se voient dépouillées de leurs droits, les plus fécondes devenant des pondeuses au service de l’élite. La série a été mise en chantier avant l’élection de Trump, mais, foi de correspondant à Hollywood, celle-ci lui donne une résonance qui fait froid…

help