EXPLOREMY LIBRARY
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Fashion
Vogue ParisVogue Paris

Vogue Paris 993

Le magazine des tendances de ce qui fait la mode des femmes. Le magazine qui réinvente de manière chic, élégante créative, passionnée, extraordinaire les tendances d'aujourd'hui et de demain.

Country:
France
Language:
French
Publisher:
Les Publications Conde Nast SA
Read Morekeyboard_arrow_down
SPECIAL: Économisez 50% sur votre abonnement!
BUY ISSUE
$4.49(Incl. tax)
SUBSCRIBE
$30.06$18.04(Incl. tax)
10 Issues

IN THIS ISSUE

access_time1 min.
le point de vue de vogue

Si c’est une tradition dans Vogue de confier la rédaction en chef de son numéro de Noël à une personnalité, c’est la première fois que le magazine invite trois artistes à l’orchestrer ensemble. Il faut préciser qu’elles sont intimement liées et qu’elles incarnent différemment mais avec la même force l’évidence du talent et un style perçu aux yeux du monde comme purement parisien. Elles sont aussi intimement liées à Vogue, qui n’a eu de cesse de les sublimer au fil des années. Jane Birkin et ses filles Charlotte Gainsbourg et Lou Doillon sont donc nos invitées de Noël. Un clan de femmes libres, championnes toutes catégories, musique, cinéma, allure. Trois incarnations du féminin moderne en jean, smoking, T-shirt et cheveux au vent. Trois «créatrices d’elles-mêmes», pour reprendre l’expression de Marie…

access_time3 min.
lou doillon

Quelle est la pièce la plus extravagante que vous ayez jamais achetée? Un costume de mariachi vert pelouse, à grelots dorés et ganse rouge trouvé dans une brocante à L.A. (Avalon Vintage). Mon dressing est plein de pièces improbables, notamment une collection de casquettes et de chapeaux de métiers anciens (aviateur, cheminot, infirmier, contrôleur…). Le fétiche de votre dressing? Mes boots, une collection qui s’agrandit depuis vingt ans. C’est quoi l’élégance? C’est l’ultime connaissance de soi, aller à l’essentiel de qui l’on est. Le vêtement que vous ne porterez jamais? Pantacourt, Crocs, doudoune… Je n’aime pas dire jamais, mais je ne me reconnaîtrais pas dans la glace. L’incarnation du style à vos yeux? Le style se doit d’être une version/vision de soi, c’est un langage, une prise de parole… J’aime porter des vêtements qui me font rêver, qui me…

access_time1 min.
vogue paris, mars 1972

éternelle jeunesse. Pop pour toujours. Modernité forever. Le sourire à tomber, le manteau Laroche comme une seconde peau, le poignard à la ceinture pour dire qu’elle en a. Et tellement plus qu’une icône de mode. Un anti-Brexit à elle toute seule. Notre Britannique à nous, notre croisière pour l’Angleterre, notre Europe sans frontière. Quand Gainsbourg est mort, elle a dit: «Je n’ai plus personne à épater.» Dix ans qu’ils étaient séparés, et elle disait ça, Birkin: plus personne à épater. L’élan à deux pour créer, qui n’est plus exactement l’amour mais une fidélité absolue, une dynamique pour la vie: évanoui. Elle a dit aussi: «J’ai perdu mon auteur.» Ça a la force d’un opéra, la même tristesse que «J’ai perdu mon Eurydice». Elle n’avait plus de mots, plus de musique…

access_time3 min.
la sensation: françoise

C’EST L’ARCHÉTYPE DE LA FRANÇAISE D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, émancipée, insolente, en mouvement, le rire facile, la repartie cinglante et un caractère à se foutre un peu de tout… Bref, c’est Françoise, la muse imaginaire qui donne son nom à la nouvelle marque fondée par Johanna Senyk (que l’on avait déjà adoubée pour l’irrévérence de sa griffe précédente, Wanda Nylon). Parce que la décennie seventies reste ce que l’on a fait de mieux question liberté de ton, ce label naissant y puise les bases de son vocabulaire stylistique, en mettant l’accent sur un esprit aristo encanaillé vraiment frenchy. L’histoire a commencé avec les sacs (paniers en osier arrondis comme des casques de scooter, seaux à bandoulière nouée ajustable, sacs du soir frangés jusqu’au plancher…) pour finalement aboutir à un vestiaire concis…

access_time1 min.
noir absolu

access_time3 min.
femme d’ influences

SES YEUX DE FAON AUX CILS-ÉVENTAIL, sa bouche exquise comme suspendue à une histoire qu’elle seule peut entendre, sa frange, ses longues jambes, ses seins minuscules: c’est Jane B. époque Swinging London. Depuis ses premiers pas au cinéma dans Le Knack… et comment l’avoir et Blow Up, la plus française des petites Anglaises n’aura eu de cesse d’imprimer sa légendaire allure dans l’imaginaire des femmes et des hommes du monde entier – sans préméditation, voilà la magie de l’histoire. Et ça commence par un érotisme pudique, une robe transparente longueur T-shirt, un panier en osier, des babies à talons carrés, les cheveux lâchés. Fille et garçon, déjà mère, amoureuse, bientôt muse, promise au mythe: dans les premiers pas en surexposition de la fille de 20 ans, il y a déjà tout…

help