ZINIO Logo
ENTDECKENBIBLIOTHEK
La Revue du Vin de France

La Revue du Vin de France No. 648

Zu den Favoriten hinzufügen

Grâce à son savoir-faire et ses experts, La Revue du Vin de France vous apporte une information riche pour connaître, choisir et déguster les bons vins, constituer votre cave et multiplier les plaisirs de la découverte.

Mehr lesen
Land:
France
Sprache:
French
Verlag:
Revue du Vin de France
Erscheinungsweise:
Monthly
ABONNIEREN
CHF 64.59
10 Ausgaben

in dieser ausgabe

4 Min.
le vin et la liberté

La joie de retrouver le caviste Bruno Quenioux en plein couvre-feu ! Dans Paris anesthésiée, la simple perspective de partager un verre de vin à table avec un ami vaut un ticket pour la liberté. Petite silhouette joviale, visage souriant, ce quatrième d’une fratrie de six enfants nous attend devant ces anciennes écuries où, en sourcier patenté, Bruno a installé sa cave. « Quatre-vingt-dix mètres carrés dans les entrailles de Paris, voilà mon trésor ! », lance-t-il avec enthousiasme. Réaménagé, l’endroit sert d’écrin à une collection spectaculaire de prestigieuses allocations. Les allocations, voilà le vrai patrimoine des bons cavistes, constitué au fil des ans et des amitiés nouées dans le vignoble. Alors, on prend le temps d’admirer: à côté des Giboulot, Jobard, Paul Barre, Tempier, Montirius, du domaine de Souch, voici…

13 Min.
david bolzan et jean-jacques dubourdieu «il est temps de boire le sauternes différemment ! »

Vous venez de prendre la coprésidence de l’ODG Sauternes et Barsac avec la volonté de mettre en avant une autre façon de boire le sauternes. Pouvez-vous nous expliquer ? Jean-Jacques Dubourdieu. Nous n’avons pas réinventé la roue, on souhaite juste remettre le vin de Sauternes là où était sa place, à l’apéritif. Au fil du temps, en effet, notre vin s’est fait chasser de l’avant-repas… Dans bien des pays du monde, on nous range dans les “dessert wines”. Ensuite, c’est vrai, nous proposons de boire le sauternes autrement. David a beaucoup travaillé là-dessus, dans la définition de nouveaux cocktails. Mais attention, toujours en respectant le vin. David Bolzan. Le repas devient de plus en plus déstructuré. La seule partie qui gagne en importance, c’est l’apéritif. On parle d’ailleurs d’apéritif dînatoire. Voilà le…

4 Min.
lavinia madeleine : la fermeture qui secoue le monde du vin

Comment le magasin Lavinia, emblématique caviste du boulevard de la Madeleine, à Paris, a-t-il pu aussi brutalement fermer ses portes le 9 janvier ? Vingt ans après l’ouverture de cette vitrine, le monde du vin reste pantois, d’autant que 19 des 40 salariés du magasin ont été licenciés. Les grèves de décembre 2019, les gilets jaunes puis le Covid-19 ont fait du mal, c’est certain. Les étrangers friands de flacons iconiques ont déserté la capitale. Et le loyer de la Madeleine, plus de 1,2 million d’euros par an, était trop lourd pour le groupe, qui compte trois autres magasins en Espagne et en Suisse. Mais la conjoncture n’explique pas tout. « La filiale française n’a jamais atteint la rentabilité depuis sa création », a assuré Charlotte Servant, fille du fondateur et présidente…

2 Min.
angers : des salons reportés, mais réunifiés !

Cela faisait des années que la ville d’Angers se cassait les dents sur ce projet. C’est finalement le Covid-19 qui aura permis de réaliser l’impossible : réunir ses salons du vin. Les 11 et 12 avril prochains si tout va bien, quatre salons, Les Vins de Loire, la Levée de la Loire (bio), Demeter (biodynamie) et Madavin-Greniers-Saint-Jean (organisé par Mark Angeli, vigneron en Anjou, et Virginie Joly, vigneronne à Savennières), auront lieu sur un seul et même site : le Parc des Expositions. Le seul espace de la ville capable d’accueillir un grand nombre de visiteurs dans le strict respect des consignes sanitaires. Mais en quoi réunir tous ces salons est-il un si haut fait d’armes ? Parce que les salons “off” sont d’ordinaire éparpillés entre le Parc des Expositions et divers…

3 Min.
côte de beaune : les éoliennes de la discorde

«Ces éoliennes vont avoir un effet visuel massif qui va détériorer les lignes du paysage de la Côte de Beaune. » Gilles de Larouzière, président de l’Association des Climats du Vignoble de Bourgogne, ne mâche pas ses mots à propos du projet d’agrandissement de deux parcs éoliens au-dessus de la Côte de Beaune. « Cela impactera aussi la future Cité des vins et des Climats de Bourgogne. » Le bâtiment doit en effet être surmonté d’une terrasse culminant à 21 mètres. Et à Beaune, on imagine mal les visiteurs conclure leur parcours avec vue panoramique sur… un champ d’éoliennes. Plus grave, les Bourguignons craignent que le Comité du patrimoine mondial ne voie d’un mauvais œil cette atteinte à l’authenticité d’un paysage majeur. « Le comité nous avait déjà alertés sur ce…

4 Min.
ces mini-bouteilles marchent à plein tube

Du vin dans des tubes de 2 à 10 cl, cela ne fait pas rêver. Et pourtant, c’est tellement pratique que même de grandes étiquettes, tel Château Beychevelle (Saint-Julien), sont disponibles dans ces contenants. L’idée n’est pas nouvelle, elle a été lancée en 2007 par Laurent de Crasto, fondateur de WIT France (pour wine in tube), leader historique du format 10 cl. Mais avec la pandémie, le business des vins reconditionnés en petite portion a explosé : dégustations en ligne, coffrets cadeaux… Expédiés à peu de frais, ces formats miniatures séduisent car ils permettent de maintenir les liens commerciaux après fermeture des frontières et annulation des salons professionnels. C’est en écumant les salons vignerons que le Lyonnais Grégoire Henry, cofondateur de Vinovae, imagine en 2015 les vinottes, des mini-bouteilles de 2 cl…