ENTDECKENBIBLIOTHEK
Promis & Gesellschaft
Paris Match

Paris Match No. 3722

Depuis plus de 60 ans, Match raconte le monde tel qu’il est. Entre les joies et les peines, les larmes et les sourires, l’Histoire s’écrit à travers les destins du quotidien, sur la scène internationale, et trouve chaque semaine un écho émouvant dans le magazine.

Land:
France
Sprache:
French
Verlag:
Lagardere Media News
Erscheinungsweise:
Weekly
Mehr lesen
Angebot: Économisez 40% sur votre abonnement!
ABONNIEREN
CHF 68.58CHF 41.15
52 Ausgaben

in dieser ausgabe

7 Min.
baroud d’honneur pour « engrenages »

Huit saisons qu’elle s’applique, sur une trame hyperréaliste, à démonter les rouages de l’appareil judiciaire. Polar enraciné dans le réel, « Engrenages » s’est aussi astreint à prendre le pouls de la société française durant ses quinze années de vie commune avec son public, toujours plus nombreux. Coup de poing dans la face d’une époque amère, ces dix nouveaux épisodes sont l’occasion de renouer, pour une ultime valse bancale, avec ses personnages anguleux et furieusement attachants. Rencontre avec trois des piliers de la 2e DPJ : Caroline Proust, Thierry Godard et Tewfik Jallab. « LA SÉRIE A OUVERT LA VOIE À DE NOUVELLES FIGURES FÉMININES, DES HÉROÏNES QUI N’ÉTAIENT PAS FAITES POUR LA MATERNITÉ »Caroline Proust Paris Match. “Engrenages” est-elle avant tout une fiction politique ? Caroline Proust. Pour moi, elle est emblématique…

3 Min.
« engrenages » tout ce que vous devez savoir sur la saison 8

Hyperréalisme d’actualité Point de départ de cette nouvelle enquête : la mort d’un mineur marocain dans une laverie de Barbès. Un fil rouge inspiré à Marine Francou (showrunneuse depuis la saison 7) par un cliché d’ados migrants dormant dans des sèche-linge paru dans un grand quotidien français. Prédation, misère, néo-esclavagisme : des sujets a priori casse-gueule disséqués sans pathos ni condescendance dans un Paris en état de déliquescence absolue – Anne Hidalgo saura apprécier. « Engrenages » renvoie au paradoxe extrême que sont ces gamins, enfants broyés et délinquants ultra violents. Critique politique Constat migratoire et sociétal, la fiction se frotte plus que jamais au réel en s’emparant de deux autres thématiques brûlantes : l’état de la justice en France et le statut des forces de l’ordre. Des tribunaux submergés au quotidien des…

3 Min.
faut-il faire du yoga avec emmanuel carrère ?

Au départ, il ambitionnait de raconter le pourquoi du comment. Pourquoi Emmanuel Carrère s’est jeté le 7 janvier 2015 dans l’écriture d’un texte court sur le yoga. Comment, pour mieux mettre son projet sur les rails, il s’est inscrit à un stage spécialisé, en forme de retraite spirituelle. L’exercice va se révéler singulier. L’auteur décrit avec moult détails mordants la découverte de la confrérie zen sans internet, sans téléphone portable. Avec une ironie toute singulière, Carrère raconte l’homme désabusé qu’il est alors. Comblé de succès et de gloire littéraire, mais au début d’une déliquescence intime. Le yoga lui semble être la bonne échappatoire, d’autant que cette retraite n’est que l’arbre qui masque une vraie ambition littéraire. Car, oui, Carrère est un écrivain brillant. S’il utilise 150 pages de son récit pour…

1 Min.
pour l’honneur d’un père

Le 3 février 1993, Paul des Tures est retrouvé mort dans la rue, à Orléans. Un accident bête, un fusil mal nettoyé, une dernière cartouche qui part. Et voilà une famille déjà en lambeaux totalement brisée. Car, non, Paul des Tures n’a pas été un père parfait pour ses trois enfants, encore moins un mari digne de ce nom pour son épouse. Mais Louise, son aînée, qui le raconte ici, dresse le portrait d’un homme qui aurait aimé être flamboyant et qui a été fracassé par la médiocrité de l’existence. Caroline de Bodinat utilise le roman pour faire revivre son propre père, effectivement mort par accident, tué par sa propre carabine. Il lui a fallu beaucoup de temps pour redécouvrir cet homme qu’elle connaissait finalement si mal. Et qui lui…

3 Min.
aude lancelin avale des couleurs

En s’emparant de la Bastille puis, trois ans plus tard, des Tuileries, les Français ont pris goût aux révolutions. Chez nous, elles avaient l’air de marcher. Les Trois Glorieuses de 1830, puis février 1848 n’ont pas changé ce préjugé favorable. A l’arrivée, on se retrouvait avec des régimes exactement semblables à ceux qu’on venait de renverser, mais au moins, avait-on chassé de vieilles têtes devenues exaspérantes. Depuis, la révolution est donc une sorte de spécialité nationale, un peu comme les œufs à la neige, les crêpes Suzette ou le foie gras. On essaye d’en faire une par génération. Au pire, on l’invente après coup. Ayant lu ce que la presse racontait sur la Libération de Paris en août 1944, Paul Morand, qui y assistait, a ensuite déclaré qu’il ne croyait plus…

1 Min.
la petite avocate

Marseille, été 1953. Eblouie par un père flamboyant, Josette Dubois, 7 ans, ne voit pas pourquoi sa maman, Odette, le dépeint désormais comme un zéro, doublé d’un poivrot. Et chante les louanges de l’insipide François Maxime, son tonton parti combattre en Indochine… Céline Debayle nous offre un récit tendre, à hauteur d’enfance, à travers le regard d’une fillette fidèle jusqu’au bout des ongles à son papa rigolo, qui la couvre de compliments et l’invite dans des lieux drôlement louches. Le conte de fées finit évidemment en eau de boudin. Leçon cruelle d’un monde d’adultes désenchanté.…