DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUEMAGAZINES
CATÉGORIES
SÉLECTION DU JOUR
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
 / Auto et Moto
Auto Plus Classique

Auto Plus Classique HS No. 14

Le plaisir de la voiture ancienne à la portée de tous !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe EMAS
Lire plus
JE M'ABONNE
23.95 CHF
6 Numéros

DANS CE NUMÉRO

1 min.
la chouchoute des français

Mamie 2CV a 70 ans! Née dans le plus grand secret en 1939, mise en sommeil pendant la Seconde Guerre mondiale, puis dévoilée pour la première fois au public au Salon de l’auto de Paris le 7 octobre 1948, la petite Citroën avait créé l’événement dans les allées du Grand Palais. Les visiteurs devaient patienter jusqu’à deux heures pour prendre place à bord ou s’amuser à faire tanguer sa caisse pour tester la souplesse des suspensions. Du délire! Le cahier des charges minimaliste imposé par le patron de Citroën n’incitait pourtant guère à la rigolade: “L’esthétique et la vitesse, je ne veux pas en entendre parler!” Même le président de la République Vincent Auriol se serait contenté d’un “pourquoi pas?” peu encourageant sur l’avenir de la 2CV, à l’issue de…

2 min.
la petite vieille que les jeunes aimaient

Voiture universelle? Peut-être pas, quand même. Mais bonne à tout faire, certai nement! Avec sa carrosserie dont l’esthétique continue de constituer un mystère inexplicable soixante-dix ans après sa création, elle a tout vu, tout vécu: forte de ses 9 ch SAE initiaux, elle a affronté la boue des chemins creux, serpenté sur les routes secondaires du haut de ses 65 km/h, acheminé presque partout dans le monde familles, bagages et chargements divers. Âpre aux tâches quotidiennes pour déplacer bûches, patates et gravats, elle a toujours offert ses services avec bonhomie, se pliant à toutes les attentes. C’est son intarissable générosité qui l’a ancrée dans nos souvenirs comme la voiture la plus serviable de sa génération. Mais elle a aussi été de toutes les aventures, des plus ingrates aux plus échevelées, mettant…

4 min.
quatre roues sous un parapluie

“Une voiture pouvant transporter deux cultivateurs en sabots, cinquante kilos de pommes de terre ou un tonnelet à une vitesse maximum de 60 km/h pour une consommation de trois litres d’essence aux cent. Ce véhicule doit pouvoir passer dans les plus mauvais chemins, il doit être suffisamment léger pour être manié sans problème par une conductrice débutante. Son confort doit être irréprochable: les paniers d’oeufs transportés à l’arrière doivent arriver intacts. Son prix devra être bien inférieur à celui de notre Traction Avant. Enfin, je vous précise que son esthétique m’importe peu.” Nous sommes à l’automne 1935. C’est Pierre Boulanger, futur patron de Citroën, qui parle. Il dresse le portrait-robot de la Deuche. Ses mots sont alors sacrément visionnaires. Car, imaginer une auto volontairement rustique, très peu chère et qui…

11 min.
tout sur les premières deux-pattes

Avec la 2CV, Citroën pousse les notions de rusticité et d’économie à leur paroxysme. La France rurale a besoin de se déplacer? On n’allait quand même pas la gratifier d’un luxe superflu qui n’aurait fait que grever un prix de vente déjà supérieur au tarif voulu par la direction. Et puis, l’auto est développée sous l’égide des Auvergnats de Michelin, chez qui règne un sens aigu de la parcimonie. La chasse au moindre coût est ouverte. On tire à bout portant. Sciemment, tous ceux qui se penchent sur le berceau de la 2CV vont s’acharner à la rendre la moins riche possible. Entorse à ce principe absolu: un second phare lui est octroyé; mais c’est in extremis, quelques mois avant sa présentation officielle. Pour le reste, la future chouchoute des…

1 min.
3 repères pour bien acheter

LE BUDGET Une fois qu’on a fait le pas de l’achat, qui peut s’avérer onéreux pour un premier modèle en bon état, l’entretien est facile et bon marché. LA COTE * Cote pour une AZLP avec porte de malle mais ancien capot nervuré (1956-1960). Comptez 15 % de plus si c’est une AZL à capote longue (1956-1963); 15 % de moins si c’est un modèle à nouveau capot (1960-1963). ** Cote pour une AZA “6 glaces” (1965-1970). Comptez 15 % de plus si c’est une “4 glaces” (1963-1965) Les points à surveiller ▶ Corrosion: elle attaque tout et avec d’autant plus de voracité que les tôles sont minces: longerons, au plancher et tubes encadrant les flancs sur l’avant, point de raccord avec le plancher, fond du coffre, baie de pare-brise, points de levage du cric et…

10 min.
la tentation du modernisme

Pas question de dénaturer l’original! La deux-pattes restera rustique, indifférente aux évolutions effrénées qui modifient alors l’automobile. Car, dans les années soixante, les autos se sont sacrément améliorées! Carrosseries modernisées, commandes de conduite plus douces, présentation intérieure plus soignée, bruit réduit… Et les performances ont fait sauter les chronos: en dix ans, les voitures françaises de grande série sont passées d’une vitesse maxi de 118 km/h en moyenne à 147 km/h. La Deuche? Elle est restée insensible à ces mutations. Avec une fière indifférence face à tout ce qui se fait alentour, elle cultive ce qu’elle est, sans se soucier de mode ni de modernisme. Et puis, du côté du quai de Javel, surtout depuis la sortie de la DS en 1955, il est d’usage de prendre pour certitude définitive que…