Auto et Moto
Auto Plus Classique

Auto Plus Classique HS No.8

Le plaisir de la voiture ancienne à la portée de tous !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe EMAS
Fréquence:
Bimonthly
Lire plus
JE M'ABONNE
23.12 CHF 
6 Numéros

dans ce numéro

1 min.
découverts autorisés

De nombreux acheteurs de voitures de collection sont naturellement attirés par les sportives, les coupés et surtout les cabriolets. Un cabrio sportif est évidemment le must. Lorsque les beaux jours arrivent, quoi de plus agréable en effet que de prendre le volant d’une décapotable pour avaler des kilomètres le coude à la portière et les cheveux au vent ? Les journalistes d’Auto Plus Classiques sont des privilégiés. Ils ont la chance de conduire à longueur d’année ces modèles sans toit ni loi qui n’ont pas d’autre objectif que de vous faire vivre des sensations fortes, à des vitessestrès raisonnables, en ville comme sur les petites routes de campagne. Spécialistes des découverts autorisés – ceux qui ne font pas mal au compte en banque –, nos essayeurs vous font partager dans…

6 min.
joli découvert

Produit pendant plus de vingt-sept ans, de 1966 à 1993 (un record chez Alfa Romeo), le Spider a revêtu quatre carrosseries différentes. Toutes dessinées par Pininfarina, elles ont pourtant connu des fortunes diverses. Si la première série, dite Osso di sepia (“Os de seiche”) a conquis le coeur des puristes mais pas celui des foules, c’est en coupant sa poupe en 1969 (Coda tronca, soit “arrière tronqué”) que le dessinateur italien a redoré le blason du Spider avec la deuxième mouture. Le troisième opus (1983), Aerodinamica, a reçu un appendice discutable sur le coffre et de gros parechocs enveloppants. Heureusement, ces lourdeurs en plastique noir immédiatement décriées seront retirées sur la dernière série, aux lignes plus douces et plus modernes, en 1990. Coda tronca, on n’y coupe pas Me voici donc à…

5 min.
reine de la côte

Aujourd’hui, j’essaie ce qu’on appelle communément une voiture de plage. Et j’ai de la chance : comme souvent au printemps sur la côte d’Azur, il fait beau et chaud. Mais cela n’est pas toujours le cas dans le pays d’origine de ma monture. Le brouillard, la pluie, le crachin, les averses, les ondées… Les terres natales de la Mini Moke sont parfois hostiles aux décapotables. Alors ce fleuron de l’industrie britannique a pris son envol, loin, très loin de son lieu de naissance. De 1959 à 1964, la production outre-Manche était destinée à l’armée britannique, avant de s’ouvrir au marché civil. Elle fut ensuite délocalisée… en Australie, de 1968 à 1982. Puis les Portugais reprirent le flambeau de 1983 à 1989. Finalement, la firme italienne Cagiva racheta les droits en…

6 min.
adorable jouet

L’idée de posséder un jour un roadster anglais m’a toujours obsédé. Remplacer ma brave Mazda MX-5 par l’une de ces baignoires d’outre-Manche fut longtemps à l’ordre du jour, malgré le fossé qui les sépare question fiabilité. Et pour faire plaisir à Madame, qui trouve “cette voiture de Oui-Oui très rigolote”, c’est vers une Frogeye, que je me serais vraisemblablement tourné. Alors comment résister à la tentation de passer une journée en compagnie de cette magnifique représentante du genre. C’est par l’intermédiaire du club Healey France, spécialisé dans les GT de la marque (100-4, 100-6 et 3000), que nous avons déniché cette perle rare. Effectivement, si les Sprite Mk2 à Mk4 (1961- 1970) et leurs soeurs Midget foisonnent dans les annonces, la toute première version (Mk1 de 1958 à 1961), qui…

5 min.
cabrio nain

Le rachat par Fiat en 1957 redonne une seconde jeunesse à la Fabbrica Automobili e Velocipedi Edoardo Bianchi, devenue Autobianchi pour l’occasion. Sa mission sera de développer des variantes de la nouvelle Fiat 500, fraîchement sortie d’usine. C’est ainsi que naît la Bianchina. D’abord en berline, elle fut rapidement déclinée en break (Panoramica) puis en cabriolet (Eden Roc). Assez peu diffusées, les trois versions se font particulièrement rares sur les routes, principalement celle qui m’intéresse aujourd’hui. Il me faudra donc parcourir quelques centaines de kilomètres pour trouver la perle rare. Un petit coin de paradis Direction Deauville (quoi de mieux que le bord de mer pour rouler cheveux au vent) afin de rencontrer Séverine et son petit cabriolet blanc. Sorti de trois ans de restauration, ce dernier est dans un état proche…

5 min.
un drôle de dromadaire

Lorsque l’on parle de voiture de plage, on pense bien souvent à un véhicule certes sympathique, mais tout juste bon à vous déposer au bord de l’eau. À l’opposé, la Citroën Méhari, née Dyane 6 Méhari, s’impose comme référence en matière de polyvalence. Reprenant le nom d’une race de dromadaire, elle est d’abord pensée et présentée en tant qu’utilitaire. Mais, au fil des ans, elle devient la coqueluche des amateurs de loisirs en tout genre. En première ligne, les habitants des bords de mer, ravis de pouvoir laver leur monture au jet d’eau. Comme pour la 2CV, les pièces détachées se trouvent aisément. On a même droit à la refabrication d’éléments en neuf, ce qui permet de reconstruire une auto de A à Z. Aujourd’hui, un splendide modèle de fin 1977 restauré…