DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUEMAGAZINES
CATÉGORIES
    SÉLECTION DU JOUR
    DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
    Éclairer le contre-jour
    Pas de recette universelle, mais des solutions à appliquer au cas par cas

    Canon EOS 7D et 70-200 mm f/2,8 80 mm - f/2,81/2500 s - 320 ISO

    Marc Dutour Laura photographiée un soir d’été. Un réflecteur doré éclaire la partie droite de son visage et un léger coup de flash la partie gauche.

    À moins de chercher à créer un effet de silhouette, il peut être utile d’éclairer le sujet pour éviter qu’il soit plongé dans la pénombre.

    En pratique, éclaircir un sujet est possible en posant plus (exposition plus longue, diaphragme plus ouvert ou sensibilité plus élevée), mais ce mode opératoire a un effet secondaire sur l’arrière-plan qui lui aussi apparaîtra plus clair.

    En matière d’éclairage du contre-jour, tout est affaire d’équilibre entre la luminosité du fond et celle du premier plan. Parfois un fond blanc immaculé convient, parfois un fond sombre s’impose. Idem pour le premier plan qui, selon sa nature, se prêtera à différents types d’exposition.

    Alors, comment trouver le “bon équilibre” entre premier et arrière-plan ? Comme le montrent les images illustrant cette double page, plusieurs solutions existent…

    Éclaircir le sujet à l’aide d’un réflecteur

    C’est la meilleure solution et la plus simple pour obtenir un résultat “naturel”. Vous aurez peu de risque d’avoir un excès de lumière sur votre sujet puisque le réflecteur ne renverra qu’une portion de l’éclairage du fond. La lumière qui illuminera le premier plan sera diffuse, exactement comme quand un sujet à l’ombre est éclairé par la réflexion d’un mur blanc. Elle n’aura donc rien d’irréel. Enfin, un réflecteur est un accessoire léger et peu onéreux. Seul problème : même pliant, il est relativement encombrant.

    Nikon D800 et 35 mm f/1,8f/10 - 1/250 s 100 ISO

    André Léonard Le soleil était partiellement caché par les nuages, la lumière encore diffuse. J'ai activé le flash intégré du boîtier pour rendre visibles les détails du sujet.

    UN CONTRE-JOUR, CE N’EST PAS OBLIGATOIREMENT UNE SILHOUETTE NOIRE SUR FOND CLAIR !

    Déboucher le contre-jour en utilisant le flash de l’appareil photo

    C’est une solution pratique car intégrée : rien à prévoir d’autre que l’appareil photo. Le bon dosage de l’éclair n’est pas toujours simple. Souvent le flash produit une lumière dure et des ombres marquées qui enlèvent tout naturel à la scène photographiée. Il a au moins le mérite de donner une vision bien détaillée du sujet.

    Canon EOS 5D Mark IV et 500 mm f/4 + x1,4 f/10 - 1/200s 320 ISO

    Nicolas de Vaulx J’ai utilisé un flash pour éclairer l’œil du sujet tout en conservant les effets du contre-jour. Sans cela, la photo serait bien moins intéressante.

    ÉCLAIRER UN CONTRE-JOUR PERMET DE CONSERVER DU DéTAIL DANS LE SUJET, SANS CHANGER LA DENSITé DU FOND.

    Utiliser un flash annexe

    Fixer un flash cobra sur la griffe de l’appareil revient, peu ou prou, à utiliser le flash intégré, mais avec un supplément de puissance et souvent plus de souplesse dans l’ajustement de l’éclairage. Le flash de studio autonome est l’outil idéal. Pour peu qu’on dispose du matériel adapté (façonneurs de lumière et flash de puissance suffisante), on peut faire ce que l’on veut et contrôler la lumière comme on l’entend… mais un tel flash réclame une bonne maîtrise technique. Sans expérience préalable, mieux vaut s’en tenir au réflecteur.

    Intervenir sur l’image a posteriori

    À l’aide d’un logiciel de traitement d’image, on modifie localement la densité du premier plan ou du fond. Cette opération est parfaitement adaptée tant que les corrections restent légères. Plus les modifications à apporter sont importantes, plus les résultats sont aléatoires.

    Combiner plusieurs solutions

    Réflecteur, flash ou post-production… il est parfois judicieux de ne pas se limiter à une seule méthode de travail. Un léger coup de flash peut ainsi accompagner la lumière renvoyée par un réflecteur et le résultat obtenu peut ensuite être ajusté sur l’ordinateur. Face à certaines situations lumineuses complexes, combiner différentes solutions est parfois le seul moyen de se sortir d’un mauvais pas.

    Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès en multipliant les outils et les interventions : les chemins les plus courts sont souvent les meilleurs !