Le « Weekender » parfait
Avec sa ligne élégante et sa belle habitabilité, ce timonier du chantier polonais Parker, premier modèle d’une nouvelle génération d’unités, incarne le parfait Weekender familial …

VITESSE MAXI (à 5 700 tr/mn)

44 nœuds

AU RÉGIME DE CROISIÈRE (4 000 tr/mn)

VITESSE (en nœud) 20,4

CONSO (ess. en l/h) nc

79 550 € AVEC 300 CH MERCURY VERADO V8

En 2018 déjà, le chantier polonais Parker avait étonné le monde du nautisme avec son Monaco, une vedette de 11,20 mètres propulsée par deux hors-bord; au dernier Salon de Paris, il avait une fois encore créé la surprise avec son 790 Explorer, un timonier au pare-brise inversé, premier modèle d’une nouvelle génération. À première vue, ce bateau paraît beaucoup plus grand qu’il n’est en réalité. Certes, sa longueur hors tout est tout de même de 8,44 mètres, mais sa longueur de coque n’est que de 6,99 mètres, ce qui lui permet d’échapper aux droits de francisation, tout du moins à ceux imputés à la coque.

Une vitesse maxi de près de 45 nœuds

Pour les droits sur le moteur, lorsqu’il est équipé, comme lors de nos essais de sa motorisation maximale de 300 chevaux, il est soumis à la taxe sur les moteurs, les 300 chevaux du marché, quelle que soit la marque, ayant tous une puissance fiscale supérieure à 22 CV; celle du Mercury Verado 300 de nos tests s’élevant même à 26 CV.

Avec cette motorisation, il affiche de belles performances, puisque sa vitesse de pointe, avec trois personnes à bord, flirte avec les 45 nœuds, une allure assez inédite sur ce type de bateau. Il vire assez court avec une bonne accroche en virage, mais la gîte en courbe limite considérablement la visibilité sur les côtés. Il est également bien équilibré et montre un cabrage modéré au moment du déjaugeage. Son passage dans le clapot s’accompagne parfois de quelques résonances et de retombées un peu brutales. De même, la présence en standard d’un unique petit essuieglace est insuffisante pour nettoyer de manière efficace le grand parebrise, le second essuie-glace disponible en option s’avère donc indispensable. Néanmoins, le pilote profite d’une bonne position de conduite, qu’il soit assis sur le siège à l’extrémité relevable, ou debout. Les personnes de taille moyenne bénéficient d’une planche qu’elles peuvent rabattre pour être surélevées et profiter ainsi d’une bonne visibilité sur l’avant. La manette de gaz est placée à bonne distance et l’écran Simrad bien lisible derrière le volant. À défaut d’une porte latérale coulissante qui permettrait de déboucher directement dans le passavant de tribord, le pilote dispose sur sa droite d’une vitre laté rale coulissante. La même est installée sur bâbord. La timonerie de ce 790 Explorer est particulièrement spacieuse. La hauteur sous barrots est de 2,06 mètres et la grande surface vitrée participe pour beaucoup à cette sensation d’espace. Sur bâbord, un carré est constitué de deux banquettes en face-à-face séparées par une table. Le dossier de celle à l’avant bascule vers l’arrière pour créer une double assise face à la route.

La timonerie dispose de nombreuses baies vitrées, sources de lumière, et sa hauteur sous barrots est de 2,06 mètres.
Le cockpit, de 2,22 sur 1,27 mètre, affiche une hauteur de franc-bord de 90 centimètres et reçoit une banquette.
En plus de la soute centrale, le cockpit comprend un coffre pas très large dissimulé sous la banquette.
Le dossier de la banquette de cockpit bascule, créant une assise orientée vers l’arrière.
Derrière le poste de barre, sur tribord, le meuble-cuisine accueille en standard un évier.
Le dossier de la banquette du carré de bâbord se décale vers l’arrière pour former une double assise dans le sens de la route.
Un moteur de 300 chevaux représente la puissance maximale que le Parker 790 Explorer peut accueillir sur son tableau arrière.

Espace et lumière dans la timonerie

Dans cette position, très conviviale en navigation, les passagers profitent d’une solide main courante placée devant eux et d’un videpoche. Sur l’autre bord, derrière le poste de barre et installé dans le sens de la longueur, un meuble de cuisine reçoit en standard un évier et un emplacement pour un réchaud. Le réfrigérateur, en revanche, est proposé en option.

L’avant du bateau, occupé par la partie couchage, peut être séparé de la timonerie par une porte coulissante, comprise dans le pack de Luxe. La hauteur sous barrots au bas de la descente est de 1,59 mètre. La pointe accueille un couchage installé en biais et un peu étroit pour deux personnes, ainsi qu’une couchette de type cercueil de 1,94 mètre de long pour 0,76 mètre de large qui se dissimule sur l’arrière à bâbord. Avec sa hauteur sous barrots de 38 centimètres, les personnes claustrophobes auront du mal à s’y glisser…

La pointe est occupée par une couchette de 2,27 sur 1,55 mètre. La hauteur sous barrots dans la cabine est de 1,59 mètre.
Le cabinet de toilette affiche une hauteur sous barrots de 1,44 mètre.
Sous le carré de la timonerie se cache une couchette cercueil qui porte bien son nom!
Le pare-brise inversé donne un air de baroudeur à ce timonier.

En face, une porte s’ouvre sur un cabinet de toilette doté de WC marins, de rangements et d’un lavabo avec un robinet de douche; l’absence d’un hublot ouvrant qui permettrait une bonne aération est cependant regrettable. D’une manière générale, d’ailleurs, le système d’aération de cette partie avant est perfectible. Même si les hublots de coque longs et latéraux apportent de la lumière, ils sont fixes, et seul un unique capot de pont rond, proposé dans le pack de Luxe, assure la ventilation de cet espace.

Un cockpit très profond

Le cockpit est un modèle du genre en matière de sécurité avec sa hauteur de franc-bord de 90 centimètres. Il reçoit une banquette arrière, sous laquelle se trouve un coffre, ainsi qu’une belle soute. Le dossier de la banquette bascule vers l’avant permettant, au mouillage, de surveiller les baigneurs tout en étant confortablement installé. Les déplacements vers l’avant se font uniquement par le passavant de tribord auquel on accède par de hautes marches; celui de bâbord, moins large de quatre centimètres, est inaccessible depuis le cockpit. De solides mains courantes bien placées ainsi qu’un balcon protecteur sécurisent les déplacements vers le pont avant, qui peut en option être recouvert d’un grand bain de soleil. La baille dispose d’un emplacement pour recevoir un guindeau, mais sans vérin pour maintenir le capot ouvert.

Le passavant de bâbord est inaccessible depuis le cockpit, faute de marches…
Le capot de la baille à mouillage n’est pourvu d’aucun vérin, mais la baille reçoit un support pour le guindeau optionnel.
… Il faudra donc emprunter celui de tribord, plus large de quatre centimètres, pour se rendre sur le pont avant.
Le panneau de toit coulissant fait partie de l’équipement de série et permet une bonne aération de la timonerie.

LA FICHE TECHNIQUE DE L’ESSAI

LES CARACTÉRISTIQUES

COQUE

Longueur hors tout 8,44 m

Longueur de coque 6,99 m

Largeur 2,87 m

Tirant d’eau 0,40 m

Tirant d’air 2,45 m

Poids 2 450 kg

Puiss. conseillée 250 ch

Puissance maxi 300 ch

Capacité en eau 100 l

Capacité en carbu 230 l

Homologation cat. B/8 pers.

Transmission hors-bord

Constructeur Parker (Pologne)

Distributeur réseau

Garantie 5 ans

MOTORISATION DE L’ESSAI

Nbre de moteurs 1

Marque Mercury

Modèle Verado V8 300

Type 4T

Puissance réelle 186 kW (300 ch)

Puiss. admin. 26,2 CV

Régime maxi 5 200-6 000 tr/mn

Cylindres 8 en V

Cylindrée 4 600 cm3

Alésage/course 92 x 86 mm

Rap. de réduction 1,75:1

Poids 272 kg

Garantie 3 + 2 ans

ÉQUIPEMENT STANDARD

Cockpit autovideur, évier et robinet dans la cabine, porte arrière coulissante à 3 battants, siège pilote, cuisinière portable, mât de drapeau, extincteur, feu de travail, panneau de cabine, panneau de toit coulissant, essuieglace, davier d’étrave, table dans la timonerie, coussins de cabine, coussins de cockpit, WC séparés, lavabo et robinet dans les toilettes, aérations de la cabine, rideaux, réservoir d’eaux noires de 40 l, ouverture latérale des vitres, feux de navigation, échelle de bain, direction hydraulique, pompe de cale automatique et manuelle…

OPTIONS

Pack de Luxe (2 950 €): del, porte de la cabine, rangement cuisine, douche eau salée.

Pack Simrard Standard (765 €): Simard GO7.

Pack Simrad Standard Plus (1 817 €): Simrad GO9 et Fusion RA70.

Pack Simrad Premium 9’’ (3 285 €): NSS9 Evo3, RS20, Fusion RA70 et 2 haut-parleurs.

Pack Simrad Premium 12’’: NSS12 Evo3, RS35, Fusion RA70 et 2 hautparleurs.

Autres: batterie supplémentaire (750 €), antifouling (1 020 €), ballon d’eau chaude (848 €), 2° essuie-glace (280 €), Klaxon (150 €), réfrigérateur (1 990 €), taud de camping (1 800 €), chauffage Webasto (3 075 €), réchaud Wallas 85Dt et réservoir diesel (2 090 €), propulseur d’étrave (2 565 €), bain de soleil avant (1 035 €), douche de pont, réservoir 40 l (225 €), laveglaces (278 €), guindeau Maxwell (2 700 €), banquette en L dans cockpit (1 200 €), installation prise de quai (2 700 €), réflecteur (1 035 €), Zipwake (2 400 €), paire de flaps (1 380 €)…

PRIX

79 550 € avec Mercury 300 Verado V8

77 750 € avec Mercury 250 Verado V8

CONDITIONS DE L’ESSAI

Bateau: 3 personnes, matériel de sécurité, 3/4 de carburant

Météo: mer belle, vent force 2

LES PERFORMANCES

avec 300 ch Mercury V8

BUDGET

FRANCISATION

DROITS SUR LA COQUE 0 €

DROITS SUR LE MOTEUR 924 €

TOTAL 924 €

ASSURANCE

LA PRIME ANNUELLE 673 €

FRANCHISE 700 €

NOS APPRÉCIATIONS

▲ Belle qualité perçue

▲ Timonerie spacieuse

▲ Cockpit profond et bien sécurisant

▼ Visibilité sur bâbord en virage

▼ Couchettes un peu étroites

▼ Pas d’aération dans les toilettes

EN CONCLUSION

Ce bateau est doté d’une ligne élégante et d’une belle qualité perçue. Ses grands volumes et son cockpit profond sont tout à fait en phase avec son programme de petite croisière familiale. Certes, son prix de presque 80 000 € avec sa motorisation maximale de 300 chevaux le place parmi les plus chers de sa catégorie, mais son équipement de série, plus fourni que celui de certains concurrents, pourrait expliquer cet écart de prix…