DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Auto et Moto
L'auto-JournalL'auto-Journal

L'auto-Journal No. 1034

Apprécié pour l’expertise et la précision de ses tests et comparatifs, l’Auto Journal fait référence en matière d’essais. Il s’adresse aux amateurs de technologies et de belles mécaniques.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Societe EMAS
Lire pluskeyboard_arrow_down
JE M'ABONNE
42.97 CHF
26 Numéros

DANS CE NUMÉRO

access_time2 min.
quand la chine s'endormira

Depuis quelques mois, après une décennie explosive, la croissance du marché automobile chinois est en berne. Pire, certaines marques occidentales, et notamment les françaises, y sont à la peine. Euphémisme poli. Pour fixer les idées, sans même parler de courbes de croissance désespérément plongeantes, regardons les volumes: 262000 ventes pour tout le groupe PSA en 2018, sur un marché à 22,4 millions de voitures. Environ 1% du marché donc, soit un acteur aussi marginal là-bas que, au hasard, Infiniti en France. Pour le groupe Renault, on en était à 217000 véhicules, en comptant les utilitaires légers d’une coentreprise locale. Encore pire. Bien sûr, à l’échelle de nos deux champions français, ces chiffres restent conséquents. Mais clairement, l’idée d’un eldorado magique, qui absorbe chaque année toujours plus de voitures et fait…

access_time2 min.
ça vous a fait réagir…

Je suis régulièrement surpris par vos jugements sur les Toyota hybrides. C’est comme si les millions de propriétaires de ces voitures étaient masos ou dénués de sensibilité automobile. Ou que les ingénieurs du troisième constructeur mondial étaient incompétents en maintenant cette boîte CVT. Vos essais se limitent-ils à faire du slalom ou des 1 000 m d.a. ? Quand pouvons-nous vraiment exploiter un châssis sportif sur la route? En revanche, je profite tous les jours du bonheur de mon hybride, de sa douceur, de son silence et de son confort. Laurent Delmas L’hybride Toyota représente un monde à part. Ces voitures proposent des qualités fortes qui leur sont propres : consommations records, fiabilité absolue, silence dans la plupart des situations, douceur. Et des défauts rédhibitoires pour certains, comme ces fameux emballements de…

access_time1 min.
le musée des ferveurs

Certes, le musée Enzo Ferrari de Modène justifie à lui seul un pèlerinage transalpin. Mais la nouvelle exposition Timeless masterpieces (“chefs-d’oeuvre intemporels”) accentue l’envie de rallier la Mecque italienne de l’automobile sportive. Axée sur les sportives et les modèles de grand tourisme, cette sélection a pioché dans les mythes du Cheval cabré: 166 Inter, 750 Monza, 500 TRC (photo), , 250 GTO, 250 California… Des merveilles modernes et la rarissime Monza SP1 complètent ce désirable étalage.…

access_time5 min.
le 2008 ii muscle son jeu

Dans un peu moins d’un mois, Peugeot devrait lever le voile sur sa deuxième nouveauté de l’année: le 2008. Troisième meilleure vente de la marque en France (66284 immatriculations) et en Europe (181692 unités) en 2018, derrière les 208 et 3008, le SUV urbain a su faire oublier feu la 207 SW. Toutefois, pour aller chercher la première place de son marché, détenue par son meilleur ennemi, le Renault Captur (dont la nouvelle génération sera présentée en juillet), le futur 2008 devra se montrer plus agressif que ne le fut son prédécesseur. Ainsi, sur le plan esthétique, il suivra la voie tracée par le 3008 II avec son style incisif, ses lignes saillantes, son look baroudeur. Fini la silhouette de break surélevé, le 2008 s’affirme notamment au travers de sa…

access_time3 min.
la 308 iii force le trait

On ne change pas une formule qui gagne. Et pour gagner, la 308 gagne, y compris dans nos colonnes quand nous l’opposons à ses concurrentes. Dernier épisode en date dans notre précédente édition, où la vieillissante 308 (6 ans au compteur) tance une rivale “jeune et jolie”, la Mazda3 pour la nommer. Partant de ce constat, pourquoi tout casser pour tout recommencer au moment de renouveler ladite formule ? Une nouvelle robe sans travestir une silhouette reconnaissable entre toutes, une planche de bord remaniée en gardant le petit volant positionné sous le combiné d’instrumentation, des grigris “techno” fournis à la louche histoire de ne pas être en retard de plusieurs trains, et voilà, le tour est joué. Pas besoin de plus. Raté. Peugeot change bel et bien la formule qui gagne.…

access_time7 min.
208 ii évolution ou révolution ?

En osant redessiner le poste de conduite, opter pour un volant de petit diamètre et une lecture de l’instrumentation par-dessus celui-ci, la première 208 a joué sa peau. D’ailleurs, les premiers essais ont fait douter plus d’une tête pensante chez Peugeot. Mais, très vite, la clientèle a adopté le principe et, avec lui, la 208. Avec sa remplaçante, Peugeot aurait pu se contenter de capitaliser, revoir la lisibilité de l’instrumentation, effacer les défauts les plus importants et continuer sur les mêmes rails. Mais l’histoire montre qu’à chaque fois que le constructeur a osé renverser la table, il ne l’a pas regretté. Style Effet waouh assuré Peugeot n’est pas tout à fait reparti d’une feuille blanche. Malgré une nouvelle plate-forme CMP, les designers n’ont pas jeté aux orties les éléments fondateurs de la première…

help