DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Art et Architecture
L'Officiel Art

L'Officiel Art Decembre 2015 - Janvier-Fevrier 2016

Un voyage contemporain à travers une série de rencontres exceptionnelles se nourrissant d’autres pratiques culturelles (mode, design, architecture, lifestyle, cinéma, musique). L’Officiel Art ouvre ses pages en grand écran aux peintres, sculpteurs, photographes, architectes, designers, vidéastes, performers et à tous ceux qui les accompagnent dans cet élan. L’Art comme un style de vie et la vie comme art de vivre à fond son époque.

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Les Editions Jalou
Fréquence:
Quarterly
Lire plus
JE M'ABONNE
24.24 CHF
4 Numéros

dans ce numéro

1 min.
cap à l’est

Beyrouth Aishti Foundation, www.aishti.com Inaugurée fin octobre aux abords de Beyrouth, la Fondation Aishti, créée par Tony Salamé, accueille dans un édifice de 4 000 m signé David Adjaye, une première exposition (“New Skin”) sous le commissariat de Massimiliano Gioni, rassemblant une centaine d’œuvres (Etel Adnan, Akram Zaatari, Daniel Buren, Pamela Rosenkranz, Michelangelo Pistoletto...) parmi les quelque 2 000 qu’abrite ce qui constitue une nouvelle force vive artistique et d’art de vivre, de cette région du monde. En effet, elle s’inscrit dans un vaste ensemble de 35 000 m comprenant librairie, restaurants, cafés, boutiques de mode.…

2 min.
édito

Lundi 16 novembre, lundi de bouclage. L’Officiel Art opus n° 16 et une certaine page blanche qui s’impatiente de son édito. Drôle de page que celle de l’édito ! Page vitrine, page ballerine qui s’agite souvent à jouer à la plus maligne. Sauf que, cette fois, pas ! Cette fois, moins ! Lundi 16 novembre, lundi de bouclage. Quarante-huit heures plus tôt, Paris sous les balles, sous les rafales. Un stade, des bars, une ville, des vies martyrisés par l’instinct de mort, le manichéisme, une certaine idée de l’apocalypse. Deux nuits qui soudain se confrontent. L’une noire de haine, obtuse, violente à imposer ses interdits. L’autre encore ivre de ses étoiles, ouverte, libre à partager ce que l’on appelle culture. Lundi 16 novembre, lundi de bouclage. Se dire, désormais, que les beaux…

9 min.
art & language

“Ce qui nous intéressait dans les miroirs est le fait qu’un miroir produit l’image parfaitement ‘transparente.’” I L’idée d’“image” ou d’“icône” en tant qu’entité culturelle connotée n’a quasiment jamais été examinée à l’âge d’or (fabuleux) de l’art conceptuel. II Il était donc nécessaire de confronter cette culture à une impossibilité ontologique – quelque chose d’inconsommable et par conséquent d’impossible à cartographier dans le discours. Le projet était de déplacer l’ensemble – à la fois les peintures et le discours. III La première considération était l’idée qu’“un texte” (une série de symboles intrinsèquement incapables de véhiculer les prédicats qui attribuent des choses comme du pouvoir expressif à certains tableaux) pouvait coloniser un espace (un espace physique et culturel) précédemment occupé par du matériau non textuel. Nous discutons des textes de cette façon car il serait erroné de…

6 min.
parlez-vous “parley” ?

L’OFFICIEL ART : Il est surprenant d’apprendre que la star d’Alerte à Malibu, Pamela Anderson, est impliquée dans la naissance de Parley… CYRILL GUTSCH : J’ai rencontré Pamela Anderson dans une exposition Jeff Koons organisée à la Fondation Beyeler à l’occasion d’Art Basel 2012. Je l’ai interrogée sur le logo Sea Sherperd qui ornait son T-shirt et elle m’a expliqué qu’elle connaissait le fondateur et principal animateur de cette organisation écologiste, Paul Watson, qui venait d’être arrêté en Allemagne. Je l’ai rencontré, ce qui m’a convaincu à créer le mouvement Parley. Qu’est-ce qui vous a incité à considérer les artistes comme possibles agents du changement social ? Les artistes relient entre eux des données et constituent le seul groupe social capable de se mouvoir librement dans tous les milieux. Le public se…

4 min.
les invités

UGO RONDINONE Peintures, photographies, installations vidéo constituent la richesse de l’œuvre inclassable d’Ugo Rondinone (né en Suisse, 1964). Les expositions qu’il conçoit le sont toujours à la manière d’une œuvre d’art totale qu’il évoque comme “un paysage onirique destiné à entraîner le spectateur dans une autre réalité” C’est ainsi qu’il a imaginé son “Ugo Rondinone loves John Giorno”, présentée au Palais de Tokyo. L’Officiel Art a rencontré les deux artistes. JOHN GIORNO Figure majeure de l’underground new-yorkais et de la Beat Generation, John Giorno (né en 1936) a nourri son travail poétique de la méthode du cut up et a composé ses premiers poèmes sonores dès le début des années 1960. Poète parmi les plus influents de sa génération, Giorno n’a cessé d’explorer les moyens d’extraire son œuvre du livre. Une exposition-déclaration lui…

1 min.
une griffe au palais

Rome “Una Nuova Roma. L’Eur e il Palazzo della Civiltà Italiana”, Quadrato della Concordia, Roma, Italie, jusqu’au 7 mars 2016. La griffe Fendi a décidé d’unifier et de rassembler toutes ses équipes (plus de 400 personnes) : elle investit les quelque 15 000 m du Palazzo della Civiltà Italiana, à Rome, emblème de l’architecture italienne moderne. Le premier étage a été transformé en galerie, qui accueille des expositions sur le thème de la créativité, du design, des arts et de l’artisanat Made in Italy. L’exposition inaugurale montre la “confrontation” créative de plusieurs artistes avec l’EUR, quartier avant-gardiste dans lequel s’inscrit le Palazzo.…