DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUEMAGAZINES
CATÉGORIES
SÉLECTION DU JOUR
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Mode
Marie Claire - France

Marie Claire - France

811

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Lire plus
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement!
JE M'ABONNE
19.87 CHF11.92 CHF
12 Numéros

Dans ce numéro

1 min.
édito

Découvrir le monde qui nous entoure, raconter le vêtement autrement, l’associer à des univers différents. C’est aussi ça, l’esprit d’un Spécial mode. Un point de vue singulier sur une saison qui s‘anime et s’emporte, un voyage dans le temps. L’idée de l’Inde est celle d’une rencontre. Celle avec un homme né dans un petit village au pied des montagnes. Sans eau, sans électricité, sans bus. Depuis, cet homme a transgressé le déterminisme qui pouvait l’entraver. Pour ce numéro, Ramesh Nair, directeur de création de Moynat, nous a guidées dans l’État du Kerala, où naissent les essences de bois de rose et de santal. Nous nous y sommes installées pour composer des silhouettes pures, gardiennes d’un minimalisme qui se réinvente. Des imprimés qui chahutent les formes. Des pastels qui ruissellent sur…

3 min.
contributeurs

Qu’elle dessine des tissus de la collection Prada, le packaging de bougies Diptyque, imagine pour nous une page «Marie et Claire» ou illustre ce mois-ci notre enquête sur l’amour-passion à l’heure du tout numérique, on aime son style aux airs de BD pop. D’où venez-vous ? J’ai grandi à Vincennes avec ma mère et ma soeur, dans la complicité. Ma mère est peintre et professeure de dessin, mon père est sculpteur et designer. La pratique artistique a toujours été une évidence, et encouragée. Dans ma famille, la création et la créativité sont naturelles, et la culture à la fois classique et pop. Pourquoi faites-vous ce métier ? Par besoin, et par chance. Votre moment préféré pendant la création des illustrations pour le sujet « Le numérique, tueur de l’amour-passion »…

1 min.
coulisses

OISÍN ORLANDI. MARIA BOJIKIAN. ELSA GUIOL. COLLECTION PERSONNELLE.…

3 min.
marie et claire par karine tuil

«Marie et Claire ne s’étaient pas toujours appelées Marie et Claire. Il y avait eu un temps où elles s’étaient appelées Djamila et Khadidja mais quand elles s’étaient présentées, ensemble, pour des postes d’esthéticiennes dans un salon de beauté du 17e arrondissement de Paris, le directeur avait dit que ce serait plus simple si elles changeaient de prénoms “pour le travail”, avait-il précisé, parce que “pour les clients, ce serait plus facile à retenir”. Elles avaient demandé si elles ne pouvaient pas plutôt réduire leurs prénoms: Mila et Kadi, mais l’employeur avait été ferme, c’était ça ou rien, et elles avaient accepté de porter les badges qui arboraient cette nouvelle identité imposée: Marie et Claire. Au bout de quelques mois, Marie avait démissionné. Son amie avait fni par s'habituer à…

4 min.
la forêt

« Je n’ai jamais été très forêt. J’ai dû y aller pour la première fois à 13 ans pour constituer mon herbier mais j’avoue que la connexion entre les arbres et tout ce qu’on raconte là-dessus est sûrement passionnante mais me laisse indifférent. Le conte pour enfants que je viens d’écrire* ne comporte aucune forêt. J’ai préféré imaginer un cirque avec des animaux lumineux. Mon aversion pour la forêt remonte à l’enfance avec la découverte de Blanche Neige qui m’a terrorisé. Je veux parler de cette dame méchante qui fabriquait au fond de sa forêt sinistre des pommes d’amour empoisonnées. Ce sont mes premiers cauchemars. Je suis un urbain absolu. Le seul truc qui me rattache à la forêt, ce sont les champignons que j’adore. Bien sûr, je tiens aux…

13 min.
“montre-toi, on doit te ramener à ta mère”

Ça pue. Ça pue la mort, même sans cadavre. Les rues, les campagnes, les discours à la télévision, la peur sur les visages, la tristesse. La violence s’est faufilée dans les interstices du pays tout entier. Les morts se comptent par dizaines de milliers, les disparus s’effacent comme si de rien n’était. Ils seraient même plus de 40 000 au Mexique. À l’échelle de la France, il faut imaginer la une de nos quotidiens annonçant la disparition de 20 000 citoyens sans que personne ne fasse quoi que ce soit pour les retrouver. Un scandale d’État. C’est aussi cela la réalité mexicaine : dans un pays ravagé par les cartels, les gens disparaissent et la police, soupçonnée de corruption au plus haut stade, ne mène aucune enquête. Mais c’est oublier…