DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUEMAGAZINES
CATÉGORIES
SÉLECTION DU JOUR
DÉCOUVRIRBIBLIOTHÈQUE
Mode
Marie Claire - France

Marie Claire - France 810

Le Monde, la Mode, la Vie… Vous souhaitez…décoder toutes les facettes du monde sans tabou ni prisme déformant, découvrir les tendances mode et beauté les plus signifiantes, anticiper l’évolution de la vie des femmes. Alors chaque mois, profitez de Marie Claire !

Pays:
France
Langue:
French
Éditeur:
Marie Claire Album
Lire plus
Offre spéciale : Économisez 40% sur votre abonnement!
JE M'ABONNE
19.87 CHF11.92 CHF
12 Numéros

Dans ce numéro

2 min.
édito

La naissance Natalia est née à Nijni Novgorod. Constance est née à Paris. Dominique est née à Pontivy. Le ventre vide Natalia est née pauvre et vendait des légumes dans la rue pour vivre. Elle a protégé sa soeur autiste de l’agressivité et de la violence des autres. Quand Oksana se tapait la tête contre les murs, les voisins les insultaient. Et la mère? Natalia semble être celle qui a tout porté. Mais elle ne le dira pas. Constance est née grande bourgeoise dans une famille illustre et a tout quitté à 40 ans: maison, famille, amour, argent. Elle aimait les filles depuis ses 4 ans et voulait faire l’épreuve de sa propre condition. Elle a rompu avec son mari et été privée de son jeune fils. Mangé des kebabs et dormi chez…

4 min.
contributeurs

Une alchimie des volumes et des matières, un jeu des contrastes entre les vêtements et les étoffes murales, une ambiance décorative… Tess Yopp signe notre série « L'anniversaire de Claire ». D’où venez-vous ? Je suis née en Russie, j’ai étudié la mode à Moscou et au London College of Fashion. Pourquoi faites-vous ce métier ? La mode est la seule manière d’exprimer à fond ma sensibilité artistique. Votre moment préféré sur ce shooting ? Masha Mel, la photographe, sait comme personne capturer des moments uniques sur un shooting, en particulier la singularité brute d’un environnement. S’il fallait citer un moment en particulier, je dirais les liens de l’équipe en eux-mêmes et l’humour régnant sur le plateau. Votre femme préférée ? Audrey Hepburn. Elle a tout réussi dans la vie. J’aime le fait qu’elle…

1 min.
coulisses

ELSA GUIOL. MARIANNE MAIRESSE. MATHIEU DESPREZ. OISÍN ORLANDI.…

1 min.
marie et claire par jeanne detallante

«Afin d’illustrer la page Marie et Claire, j’ai choisi une sorte de confrontation à la fois physique et médicale, entre le soin et la torture, habitée d’une attirance trouble. C’est une rencontre d’une très forte proximité. Claire tente de percer à jour chez Marie quelque chose qui va au-delà du travail habituel d’une ophtalmologue. Comme si elle voyait clair dans son jeu. Elle semble dire : “Je t’ai à l’oeil!” J’adore l’idée que sainte Claire soit la patronne de la télévision et des aveugles, deux domaines si antinomiques. Ma Claire, qui est d’ailleurs le prénom de ma soeur, possède des dons de voyante extralucide qui va au-delà de l’analyse médicale. Cela me relie d’une certaine façon ma collaboration à Marie Claire, lorsque j’illustrais l’horoscope. » Jeanne Detallante Née en 1978, à Paris,…

4 min.
la tendresse

« La tendresse ? Ça m’évoque deux chansons, celle de Bourvil et celle de Daniel Guichard. Celle de Bourvil est ma préférée. En plus d’être drôle, il était d’une grande tendresse. Curieusement, la tendresse est un sentiment d’un degré supérieur à la sexualité dans le registre de l’intimité, alors que ça peut paraître moins engageant. Elle nous renvoie aussi à l’enfance. C’est un peu un abandon, un moment où l’on lâche sa carapace d’adulte. Il faut avoir une grande confiance en l’autre pour se laisser aller à la tendresse, en amitié ou en amour. J’ai été élevé dans une certaine tendresse, il nous arrivait de nous serrer ensemble pour se faire des câlins. Le contrepoint à une tendresse mièvre, c’est l’humour. C’est bien de se dire des saloperies quand la…

10 min.
le feu sacré des mères de rouen

Elle ne sait plus très bien ce qu’elle doit faire. Alors elle attend chez elle, à l’abri, protégeant son bébé comme elle le peut. Et comme tant d’autres à Rouen. Le 26 septembre, Raquel a été réveillée en pleine nuit par une explosion. « J’ai cru que c’était une manifestation de dockers. » Il faisait encore nuit, Jacques Chirac allait mourir dans quelques heures. Au petit matin, elle a aperçu cette fumée, ce monstre qui a englouti le ciel et recouvert la ville de son panache noir. Au loin derrière les immeubles, à 800 mètres, l’usine Lubrizol et ses produits chimiques prenaient feu. Des flammes gigantesques et un cocktail chimique nauséeux. Raquel, kinésithérapeute à l’hôpital, se souvient : elle respirait difficilement, sa gorge piquait. Les insectes tombaient sur le rebord de…