探索我的图书馆
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / 新闻与政治
Le Journal du dimancheLe Journal du dimanche

Le Journal du dimanche No 3793

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

国家:
France
语言:
French
出版商:
Lagardere Media News
阅读更多keyboard_arrow_down
订阅
¥342.13
50 期号

本期

access_time10
valérie pécresse « il faut un choc d’autorité »

Valérie Pécresse réplique à Emmanuel Macron. Après que le chef de l’État a affirmé, cette semaine devant les parlementaires de la majorité, sa volonté de faire de l’immigration un dossier prioritaire, et en attendant le débat sur ce sujet à l’Assemblée nationale, lundi 30 septembre, la présidente de la Région Île-de-France, confrontée au premier chef à cette problématique, défie l’exécutif. « Nous n’avons plus besoin de débatteurs, mais d’acteurs », attaque-t-elle, avant de dévoiler ses propositions en la matière. Elles sont musclées. Du resserrement des prestations sociales — tarifs réduits dans les transports ou aide médicale de l’État (AME) —, aux restrictions de notre politique d’asile, en passant par les quotas ou l’instauration d’une taxe sur les visas des ressortissants extracommunautaires, Valérie Pécresse se positionne à droite toute. Une manière…

access_time3
pourquoi elle mise sur la fermeté

Seuls ceux qui la connaissent mal et ceux qui doutent qu’une femme puisse comme un homme se montrer d’une fermeté d’airain – ces deux catégories ont du reste tendance à se confondre – vont être surpris en lisant l’entretien accordé par Valérie Pécresse au JDD. Disons-le tout net : la présidente de la Région Île-de-France n’a pas pris un virage droitier. Elle est loin de donner aujourd’hui son premier coup de menton. En février 2018, elle déclarait au Point : « Je suis une femme d’ordre. » Un an après, elle mettait fermement en garde, dans une interview au Figaro, contre la « situation explosive » des banlieues. En avril, elle créait des brigades régionales de sécurité dans les lycées. Sans compter qu’elle avait déjà fait de la dénonciation de…

access_time4
ministres et députés dans l’embarras

Un coup de barre à gauche avec l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, un coup de barre à droite avec le débat, le 30 septembre à l’Assemblée nationale, sur l’immigration : la rentrée devait incarner le « en même temps » macroniste. L’équilibre n’a pas tenu la semaine : les premiers mots d’Emmanuel Macron sur l’immigration, lundi devant les députés, invitant ceux-ci à « regarder le sujet en face », ont déstabilisé ministres et parlementaires. « C’est peut-être la première fois que le Président veut absolument quelque chose et que le gouvernement et la majorité n’en veulent pas », note un influent député de La République en marche (LREM). Un conseiller ministériel ironise : « Je ne sais pas encore qui va avoir le privilège d’assumer…

access_time3
macron, les raisons d’un changement de ton

Où est passé le candidat humaniste qui, en pleine campagne présidentielle, rendait hommage à Angela Merkel et sa politique d’accueil des migrants ? Et pourquoi diable Emmanuel Macron a-t-il décidé de faire de l’immigration le sujet prioritaire de sa rentrée ? Réponse d’un de ses visiteurs réguliers : « Ce qui s’est passé, c’est qu’il y a eu trois ans de vague migratoire, que les demandeurs d’asile ont triplé et que les populismes et les discours de haine n’ont cessé de monter en Europe et en France. » Le premier signe extérieur d’infléchissement était apparu au plus fort de la crise des Gilets jaunes, lors de l’intervention télévisée du 10 décembre, quand il avait brandi l’« identité profonde » et « la question de l’immigration ». « Il nous faut l’affronter…

access_time3
la couverture santé des migrants dans le collimateur

C’est un dispositif qui symbolise les intenses crispations autour de la question de l’immigration. D’un côté, ceux qui estiment que les Français n’ont pas à cotiser pour des prestations offertes à d’autres, d’autant plus quand ils sont clandestins. De l’autre, ceux qui pointent les risques à ne pas le faire, au nom de la solidarité et des impératifs de santé publique. Depuis sa mise en place en 2000, l’aide médicale de l’État (AME), qui permet aux étrangers en situation irrégulière d’être soignés gratuitement, s’attire les foudres de la droite, de l’extrême droite et d’une partie de l’opinion. Emmanuel Macron avait promis de ne pas y toucher durant la campagne. Et même si un de ses conseillers concède qu’il s’agit d’un « marqueur », ce sera le cas. « Il n’y a…

access_time3
les indiscrets

Macron débat Le Président n’en finit plus de rejouer le grand débat de l’hiver. Il se rendra à Rodez (Aveyron) jeudi pour discuter de la réforme des retraites avec 500 citoyens sélectionnés par La Dépêche. L’Élysée répond à Versini Emmanuel Macron n’a que peu apprécié l’apostrophe de Dominique Versini, adjointe d’Anne Hidalgo à la solidarité et à la lutte contre l’exclusion. « Il est évident que ni le Président ni ses ministres ne sont allés voir ce qui se passe porte de la Chapelle », accuse-t-elle dans Le Point, en référence à ce quartier du nord de Paris où s’installent souvent des campements sauvages de migrants. Réplique de l’Élysée: « C’est une situation qu’il connaît bien, pour s’y être déplacé à plusieurs reprises déjà, sans caméras. Voilà plusieurs mois qu’il a demandé de…

help