ENTDECKENBIBLIOTHEK
Nachrichten & Politik
Le français dans le monde

Le français dans le monde

No. 430

Tous les deux mois, l’actualité pédagogique, culturelle et sociale de la langue française et de la francophonie. À la fois magazine d’information et outil directement utilisable en classe de langue, en particulier grâce à ses fiches pédagogiques et à ses reportages audio. Depuis 50 ans, le lien entre les professeurs de français du monde entier.

Land:
France
Sprache:
French
Verlag:
SEJER
Erscheinungsweise:
Bimonthly
Mehr lesen
AUSGABE KAUFEN
10,40 €(Inkl. MwSt.)
ABONNIEREN
60,90 €(Inkl. MwSt.)
6 Ausgaben

in dieser ausgabe

1 Min.
que vous soyez abonné(e) à la version numérique ou papier+ numérique

Pour profiter de fiches pédagogiques, des documents sonores et de leur transcription ainsi que des suppléments en ligne, ne perdez pas une minute pour créer votre Espace abonné sur le site du Français dans le monde. Suppléments en ligne et PDF des numéros ▪ L’espace « Suppléments en ligne » offre des prolongements aux articles parus dans la revue: l’accès aux clips des artistes présentés dans la rubrique « À écouter » et aux bandes-annonces des films de la rubrique « À voir », des informations complémentaires aux articles parus dans la revue, des prolongements pédagogiques au dossier… Téléchargez le PDF complet des numéros de la revue depuis 2016. Fiches pédagogiques ▪ Les fiches pédagogiques en téléchargement: des démarches d’exploitation d’articles parus dans Le français dans le monde.▪ Cliquez sur le picto « fiche…

1 Min.
enseigner pendant la pandémie

Le monde entier va devoir cohabiter encore un bon moment avec le coronavirus apparu à la fin de l’année 2019. Après le confinement complet dans de nombreux pays, la vie doit continuer, avec précaution mais détermination. Les cours de français vont reprendre, alternant certainement de plus en plus présence physique en classe et dispositifs en ligne. Quelques articles de ce numéro du Français dans le monde reviennent sur cette nouvelle donne éducative liée à la pandémie, car elle fait partie intégrante des pratiques actuelles de notre métier. Mais pour l’essentiel, les professeurs de français retrouveront dans les pages qui suivent le magazine « classique » tel qu’ils le connaissent: l’actualité de la langue française, de son enseignement et de ses cultures. Ainsi, nous avons maintenu le dossier prévu de longue…

1 Min.
ligne

« C’est pareil pour tout. On tire des lignes droites et la vie fait des courbes. »Katherine Pancol, Encore une danse« Le cercle n’est qu’une ligne droite revenue à son point de départ. »Frédéric Dard« Chaque ligne d’écriture est un fil tendu entre la vie et la mort. »Jean-Marie Laclavetine, Première Ligne« Dessiner met une ligne autour d’une idée. »Henri Matisse« Il ne faut pas peindre ce qu’on voit, il faut peindre ce qu’on sent. La ligne du dessin doit toujours être un peu la ligne du coeur… prolongée. »Henri Jeanson, En verve« On est tous à la recherche d’une frontière, une ligne claire entre le rêve et la réalité. »Tahar Ben Jelloun« Nous nous aimions entre les mots et entre les lignes, dans les silences et les regards, dans…

7 Min.
dimitris dimitriadis la langue en cadeau

«Le français fut pour moi une suite de cadeaux. » La déclaration est claire. Les mots, prononcés depuis une Grèce lointaine trahissent le plaisir toujours intact de parler la langue de Molière. Sans elle, il nous l’avoue sans fard, Dimitris Dimitriadis ne serait pas le traducteur, dramaturge, poète et essayiste qu’il est aujourd’hui. Le premier des cadeaux, ce fut d’abord d’« être pris par une sorte de délice à aimer cette langue ». Dès l’âge de 12 ans, incité par sa mère et pour suivre ses camarades, il s’inscrit au Lycée français de Thessalonique, la ville qui l’a vu naître. En parallèle de l’école grecque, il apprend le français et surtout se plonge dans la lecture des auteurs classiques et modernes (en grec pour commencer). Il faut dire que la bibliothèque…

5 Min.
angoulême capitale (mondiale?) de la bande dessiné

Le Festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême est à la BD ce que le festival de Cannes et la cérémonie des Césars, à la fois, sont au cinéma. Quatre jours par an, le dernier week-end de janvier, la petite ville charentaise devient la capitale mondiale de la bande dessinée franco-belge et internationale. Pour le public, ce sont principalement les « bulles », d’immenses structures de toile édifiées dans divers endroits de la cité spécialement pour le festival, qui accueillent éditeurs, fanzines ou vendeurs de produits dérivés. Les plus grandes maisons d’édition ont parfois monté de véritables barnums dignes des meilleures boîtes de nuit pour accueillir leurs fidèles lecteurs… Les plannings des signatures sont affichés: chaque aficionado sait à quelle heure son auteur fétiche viendra dédicacer. D’où des files d’attente…

3 Min.
on répare et ça repart!

Obsolescence programmée… Il faut regarder le mot à deux fois avant de comprendre de quoi il s’agit et comment il s’écrit. Dans les faits, c’est pourtant tout simple: l’obsolescence programmée, c’est la durée de vie de nos objets telle que prévue par les industriels qui les ont conçus. Sachant que le consommateur n’ira pas chercher plus loin et s’en débarrassera dans une poubelle, sur le trottoir ou dans une déchetterie s’il est encombrant, voire l’oubliera au fond d’un tiroir ou d’une malle à jouet. Mais voilà, on observe depuis quelque temps que ce phénomène est en bout de course. L’heure écologique n’est plus à s’épuiser dans une course effrénée au renouvellement, une quête obsessionnelle du nouveau produit, ce qu’on a appelé la « néopathie ». L’heure n’est plus à jeter inconsidérément,…