ENTDECKENBIBLIOTHEK
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Nachrichten & Politik
Le Journal du dimancheLe Journal du dimanche

Le Journal du dimanche

No 3801

Retrouvez tous les dimanches l'actualité nationale et internationale, politique, économique, sportive et culturelle...Le JDD vous permet de revenir sur les événements forts de la semaine, et de découvrir aussi les rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Land:
France
Sprache:
French
Verlag:
Lagardere Media News
Mehr lesenkeyboard_arrow_down
AUSGABE KAUFEN
1,30 €(Inkl. MwSt.)
ABONNIEREN
52,43 €(Inkl. MwSt.)
50 Ausgaben

IN DIESER AUSGABE

access_time7 Min.
le rapport qui dénonce

C’est une étude inédite et très attendue. L’Inspection générale de la justice (IGJ), chargée en juin dernier de mener une mission sur les homicides conjugaux, y pointe les failles du système. Le document, dont le JDD révèle le contenu, devrait nourrir les débats juste avant la marche organisée samedi par le collectif féministe Nous toutes !. Et avant que le Grenelle des violences conjugales ne touche à sa fin, le 25 novembre prochain. Après trois mois de concertation, le gouvernement annoncera ce jour-là de nouvelles mesures pour endiguer un fléau qui, depuis le début de l’année, a déjà tué 136 femmes. Pour l’IGJ, l’objectif était clair : dresser un état des lieux à partir des homicides conjugaux commis en 2015 et 2016 (respectivement 144 et 157), repérer les dysfonctionnements et proposer…

access_time6 Min.
« la chaîne pénale n’est pas satisfaisante »

Le rapport révèle que dans 41 % des 88 homicides conjugaux et tentatives étudiés la victime s’était déjà signalée. Qu’en concluez-vous ? Très clairement, ça ne va pas. La chaîne pénale n’est pas satisfaisante. Ce rapport met le doigt sur les difficultés et les dysfonctionnements. Il n’y avait eu aucune plainte dans 35 % des cas avant le féminicide. Je suis consciente de la difficulté pour les personnes qui recueillent les plaintes de mesurer la réalité et l’ampleur du danger. C’est pour ça qu’elles doivent être formées. Il faut des formations à l’accueil des victimes, à leur suivi, dans les commissariats, dans les gendarmeries et dans les tribunaux. Depuis octobre, une formation obligatoire aux violences conjugales est d’ailleurs dispensée aux magistrats qui changent de poste, soit tous les deux ans en…

access_time2 Min.
l’alcool, facteur de risque tabou

Dimanche dernier, vers 23 heures, Sylvia Walter a perdu la vie sous les coups de couteau de son compagnon, à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin). La plainte qu’elle avait déposée en octobre faisait état de « disputes et de violences légères sans ITT [incapacité temporaire de travail] établie sur fond d’alcool depuis plusieurs mois », a dévoilé le parquet. Le lendemain matin, le corps d’une femme de 48 ans, tuée à l’arme blanche, a été retrouvé à La Plaine-sur-Mer (Loire-Atlantique). Dans un communiqué, la procureure de la République de Saint-Nazaire établit que l’ex-concubin de la victime, principal suspect, « présentait une forte addiction à l’alcool ». Un point commun qui ne doit rien au hasard : dans 55 % des 121 féminicides commis en 2018, l’addiction à l’alcool ou à la drogue du meurtrier,…

access_time3 Min.
à montfermeil, un féminicide sous les yeux de deux fillettes

L’air soucieux, deux enfants rentrent à pied de l’école Paul-Éluard, à Montfermeil (Seine-Saint-Denis). Une discussion trop grave pour leur âge les anime, ce jeudi après-midi. « Elles vont aller en famille d’accueil, assure l’un. – Pas forcément, si ?, hésite l’autre. – Si, c’est obligé. Leur père et leur mère sont morts. Il l’a tuée et après il est mort. » À ces mots, les gamins hochent la tête en silence et poussent les grilles de la résidence du Château des Perriers. « Elles », ce sont les filles d’Aminata T., deux de leurs copines, scolarisées en CP et en CE2 qui, ici même, dans la nuit de mardi à mercredi, sont tragiquement devenues orphelines. Ce soir-là, dans la résidence, les fillettes ont donné l’alerte en se réfugiant chez des voisins. Sous leurs yeux,…

access_time4 Min.
comment l’exécutif a pris conscience de l’urgence

Le 3 mars dernier, Julie Douib, 34 ans et mère de deux enfants, est tuée en Corse par son ex-conjoint. Elle avait porté plainte six fois contre lui dans les mois précédents. Quelques jours plus tard, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, convie les proches de la victime à Paris et annonce travailler à des « mesures d’urgence ». Après le mouvement MeToo de 2017 contre les agressions et le harcèlement sexuels, le sujet des violences conjugales, « grande cause du quinquennat » selon Emmanuel Macron, va s’imposer dans le débat public. Depuis la première loi de 1994 reconnaissant la spécificité des violences au sein du couple, le sujet a fait l’objet de plusieurs textes, dont celui créant l’ordonnance de protection en 2010.…

access_time4 Min.
de dax à marseille, à l’écoute des victimes

Vendredi, en une seule journée, trois femmes sont arrivées aux urgences de Dax (Landes). Trois victimes de violences conjugales. « L’une venait chercher un certificat de coups et blessures, une autre n’a pas voulu porter plainte, la dernière était envoyée par la police pour qu’un médecin constate ses blessures », raconte le Dr Bertrand Lhez, interrogé au téléphone entre deux soins. Une chance pour ces femmes : elles sont tombées, sans le savoir, entre les meilleures mains qui soient. L’urgentiste, également médecin légiste, est à l’origine de la création, voilà cinq ans, d’une unité médico-légale (UML) hors norme, spécialisée dans la prise en charge des victimes de violences conjugales. « Celles-ci viennent plus facilement aux urgences qu’au commissariat, souvent la nuit ou le week-end, parfois avec leurs enfants, explique-t-il. Nous avons…

help