UDFORSKBIBLIOTEK
Jagt & Fiskeri
Armes de chasse

Armes de chasse Octobre - Novembre - Decembre 2015

L’équipe d’Armes de Chasse pousse armes, munitions et équipement dans leurs derniers retranchements, lors de ses bancs d’essai, comparatifs et tests grandeur réelle. Vous avez ainsi des réponses originales, techniquement sûres et toujours pratiques, des explications claires, servies par des illustrations et un texte très pédagogique. Mais Armes de Chasse, c’est aussi une belle revue, une présentation soignée pour vous faire découvrir et apprécier les meilleurs artisans armuriers du monde, les plus belles gravures, les lunettes de tir les plus révolutionnaires et les plus modernes, les dernières carabines, fusils ou express, ou encore les chefs-d’oeuvre du passé.

Land:
France
Sprog:
French
Udgiver:
Editions Lariviere SAS
Læs mere
KØB UDGIVELSE
64,20 kr.(Inkl. moms)
ABONNER
205,26 kr.(Inkl. moms)
4 Udgivelser

i denne udgave

14 min.
winchester xpr economique, mais pas «cheap» !

Depuis une décennie, les fabricants de carabines américains, entraînés par Savage et Marlin (malheureusement aujourd’hui avalé par Remington), se sont lancés dans la fabrication de carabines efficaces, fiables, précises mais peu onéreuses. Tous en fabriquaient, sauf le plus européen des américains, la célèbre maison Winchester. En 2015, la marque au W rouge répond à ses concurrents avec la XPR, présentée au mois de janvier au Shot Show de Las Vegas et en mars à l’Iwa de Nuremberg. Un coup d’œil sur l’histoire La première carabine à porter le nom de Winchester fut celle à levier modèle 66, chambrée pour la petite .44 Henry à percussion annulaire. Elle fut suivie des modèles 73, 76, 86, 92, puis par la célèbre 94 et, un an plus tard, par la 95. Aujourd’hui, ironie de l’histoire,…

1 min.
les vignes

Thomas Bruchon, parce qu’il est bourguignon et habite un de ces villages au nom qui tinte si agréablement à nos oreilles, se devait de choisir la vigne comme thème pour sa carabine. Une Mauser chambrée en .410 Mag. Pourquoi un tel calibre ? Parce que la vigne est synonyme de grives et qu’en Bourgogne on chasse cette dernière entre les rangées de ceps. Les références à la vigne étaient bien sûr présentes sur l’arme elle-même, avec la fine gravure réalisée par le candidat, mais aussi sur la boule du levier d’armement qui, par ajout de matière, était devenue une belle grappe de pinot ou de chardonnay. L’innovation technique se situait sur la crosse. Thomas a conçu un système de crosse démontable par quart de tour, à la façon d’un montage EAW, et…

9 min.
la .308 winchester presque une .30-06 longue distance

En 1945, les Américains sont victorieux de l’Allemagne. Mais ce succès ne saurait leur faire oublier tous les problèmes rencontrés au cours de ces quatre années de guerre. Tirant les leçons des combats et de leurs découvertes, ils comprennent que leur .30-06 est trop lourde, trop longue, trop puissante pour être chambrée dans ce qui est l’avenir de l’arme du fantassin : le Sturmgewehr, le fusil d’assaut. Les Allemands, suivis des Soviétiques, ont ouvert la voie pour l’emploi d’une cartouche de puissance intermédiaire avec les 7,92 x 33 et 7,62 x 39 M43. Fabricants et arsenaux américains se penchent sur divers projets et retiennent finalement une munition conçue par Winchester, sur base .300 Savage modifiée, dotée d’un collet plus long. Au même moment, on planche sur le remplaçant du fusil…

1 min.
le séisme de 29

Les années qui ont précédé et suivi la grande crise de 29 ont vu une douzaine de grands fabricants anglais devoir littéralement lutter pour survivre et se soldèrent par une fusion pour certains, une fermeture pure et simple pour d’autres. Stephen Grant & Sons rachète Joseph Lang & Sons en 1925. En 1939, une fusion regroupe Harrison Hussey, Charles Lancaster, Watson Bros et Frederick Beesley – en 1976, Henry Atkin, Charles Hellis, E.J. Churchill et Webley & Scott intègreront également ce groupe. En tout, une poignée de fabricants d’armes, qui étaient jadis des entreprises viables et indépendantes, ont fini par fusionner dans une tentative désespérée de survie. Seuls les trois plus célèbres armuriers londoniens sont parvenus à traverser le cyclone sans y laisser leur indépendance. Mais à quel prix… Ils…

4 min.
on rase gratis

J ’aime l’express ! J’aime l’express lorsqu’il est bon, agile, percutant, qu’il détonne. J’aime l’express pour son style, sa finesse et son élégance. J’aime l’express lorsqu’il s’avère précis. Seulement voilà, il arrive parfois qu’il diverge. Que sa précision s’étiole et, dans de rares cas – qui nous font alors douter de lui –, qu’il se trompe de cible. C’est ce qui est arrivé à Christophe Barbier et à son Express, dans l’éditorial du 26 août dernier. Quelle mouche a en effet piqué le directeur de l’un des magazines papier les plus lus de France en rédigeant un billet vidéo intitulé « La maladie des armes à feu » où il dégaine poncifs, amalgames et désinformation qu’il expédie ensuite en rafales ? La page blanche à l’heure du bouclage, un retour de…

13 min.
le simplex le plus grand des petits ambassadeurs stéphanois

En 1873, Claude Martinier-Collin fonde la Manufacture française d’armes de chasse et de tir, aux Champs-Elysées à Saint-Etienne. En quelques années, cette société va connaître un essor de premier ordre, fabriquant des fusils de chasse de qualité à des prix très raisonnables. Quand, en 1885, elle est rachetée par deux armuriers stéphanois, Pierre Blachon et Etienne Mimard, sa production se distingue par une quantité de modèles de tout genre, mais où manque, parmi les fusils de chasse à un coup, un modèle à percussion centrale spécifique digne de faire bonne figure auprès des prestigieuses productions de la gamme des hammerless à deux coups tels l’Idéal et tant d’autres. Pierre Blachon s’attaque au problème et, en 1907, met au point un modèle inédit, sans platine extérieure, très simple, qu’il va baptiser…