UDFORSKBIBLIOTEK
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Celebrity & Gossip
Images du mondeImages du monde

Images du monde No.63

Tout le luxe, le meilleur de l’art de vivre, les secrets des demeures et jardins exceptionnels, IDM est LE magazine qui vous invite à voyager dans un monde de rêve mêlant passion, héritage et histoire. IDM est votre rendez-vous privilégié. Un moment de bonheur, à chaque fois unique et surprenant.

Land:
France
Sprog:
French
Udgiver:
Groupe Express Roularta
Læs merekeyboard_arrow_down
KØB UDGIVELSE
41,08 kr.

I DENNE UDGAVE

access_time2 min.
édito

L’art est l’inverse de la nature Ce qui est passionnant dans le monde de l’art – indépendamment du sujet lui-même –, c’est tout ce qu’il y a autour. Les débats d’experts, les guerres de clocher, l’éternelle querelle des Anciens et des Modernes – êtes-vous art contemporain ou XVIII ? –, les prix qui s’emballent ou qui retombent, les comportements délirants de certains collectionneurs… Le plus fou d’entre eux était M. Saito, un fan japonais des impressionnistes qui, en 1990, s’était offert deux toiles, un Van Gogh et un Renoir, pour 160 millions de dollars. Pour régler ses achats, il avait emprunté en proposant sa compagnie en garantie. Quelques mois plus tard, il avait annoncé qu’il souhaitait, après son décès, se faire incinérer avec les deux chefsd’œuvre. La compagnie ayant eu des…

access_time3 min.
ana chiclana les secrets du siècle d’or

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches et puis voici un cœur qui, quatre siècles plus tard, ne bat plus que pour nous. Il faut au moins en appeler à Verlaine pour traduire l’émotion ressentie face à un chef-d’œuvre total, fleuron de la galerie espagnole de la très inspirée Ana Chiclana. Dans un français parfait, la ravissante Madrilène évoque la toile de Balthasar van Arp, peintre hollandais. Chose rare, le format en est très grand. Perroquets, coquillages, fleurs, corbeille, fruits, tout ici est symbole. Les contemporains de l’artiste raffolent des tulipes dont le cours dépasse à l’époque celui de l’or. Les coquilles renvoient à l’exotisme, les porcelaines à la Chine lointaine et ses fabuleux voyages. Formée à Paris, tant à la Sorbonne qu’à l’École du Louvre, Ana a…

access_time2 min.
victor gastou l’enfance de l’art

Avec sa barbe de patriarche et sa minceur arachnéenne, il ne ressemble pas du tout à Obélix, et pourtant, comme le copain d’Astérix, il est tombé dedans quand il était petit ! Le fils travaille donc avec papa, Yves Gastou, depuis maintenant plus de dix ans. Sa spécificité, les années 1960 et 1970, le design qui fleure bon l’Italie, meubles griffés des plus grands, Ettore Sottsass, Alessandro Mendini, Gio Ponti, Carlo Mollino, Gaetano Pesce et on en passe et pas des moindres ! Ambiances dans lesquelles baigne le très jeune Victor. Après s’être abondamment ennuyé dans son école de commerce, à la suite d’un stage en Chine où il ne faisait que rentrer des données dans un ordinateur, il décide de renouer avec ses premières amours. Sans tuer le père, bien…

access_time2 min.
antoine barrère le sourire du bouddha

Il baisse les yeux. Regarde ailleurs, fixe un point connu de lui seul. Depuis une éternité. Hiératique. Sans dévier de cette douceur réservée, née au royaume du Siam il y a tant et tant de siècles. Antoine Barrière est comme ce bouddha du Gandhara, évanescent dans ses draperies et qui semble voguer sur les nuages. L’un des objets phares proposés par sa galerie. Vingt ans passés au service des arts thaï ou khmer, birman, de la porcelaine ou de la sculpture japonaise, de l’Inde ou du sud-est asiatique, assurent un œil prodigieux « J’ai eu la chance, s’enthousiasme Antoine, d’apprendre mon métier auprès d’un homme remarquable et j’ai toujours fonctionné sur un axe immuable de prudence et d’expertise très attentive. La galerie fêtera ainsi l’année prochaine son cinquantième anniversaire !…

access_time2 min.
hélène bailly marcilhac éloge de la couleur

C’est une jolie fille, surdouée infatigable, à la voix fraîche comme une fontaine. Brûlante de passion. Immergée totalement dans ce qu’elle appelle « le plus beau métier du monde ». Avant une licence en droit, obtenue sans grand enthousiasme, Hélène part à New York accomplit un stage chez Sotheby’s. Là, absolu coup de foudre pour Van Dongen, « toujours aujourd’hui un de mes chouchous ». Et puis impossible de résister à un puissant ADN familial avec un grand-père et un oncle commissaires-priseurs et un beau-père qui n’est autre que Félix Marcilhac, un des grands spécialistes de l’Art déco. Hélène Bailly embrasse la profession, avec une force et une exigence stupéfiantes. « Je voyage, je cours les salons, j’expose. Beaucoup. Le marché a énormément changé ; il existe des modes, un peu…

access_time3 min.
philippe perrin l’état de grâce

On n’entre pas chez lui par hasard. L’esprit de Philippe Perrin s’apprivoise avec lenteur. Avant tout, une émotion, légère, furtive, le sentiment pourtant bien réel d’être face à une manière de miracle. « À mes yeux, j’oserais dire que peu importe le meuble, sa qualité suprême, son absence totale de défauts. Certes, tout ceci compte mais, plus encore, je recherche ce qui me touche, moi, Philippe. Les véritables collectionneurs, les grands amateurs connaissent cet état de grâce. C’est cela qui me fait lever le matin. Cette émotion que je dois pouvoir transmettre. » Secondé par Jean de Piepape, le décorateur avec qui il travaille depuis une dizaine d’années, Philippe Perrin va à l’essentiel de l’esprit. Rien d’ostentatoire. Pour cette Biennale, les deux hommes ont privilégié l’ivoire, le gris pâle. Et…

help