EXPLORARBIBLIOTECA
Notícies i Política
Afrique Magazine

Afrique Magazine

October 2020

Afrique Magazine, le mensuel francophone international.

País:
France
Idioma:
French
Editor:
AM International SAS
Periodicitat:
Monthly
Llegir Més
COMPRAR NÚMERO
4,07 €(IVA inc.)
SUBSCRIURE
39,72 €(IVA inc.)
10 Números

en aquest número

4 min.
une question de confiance

C’est une crise économique majeure, de proportion historique, quelque chose qui ressemble à un ouragan à l’échelle de la planète. Le Covid-19, maladie du déplacement, met à genoux l’économie globalisée sans que l’on sache combien de temps encore va durer ce carnage… Les États-Unis, l’Europe vont dépenser des milliers de milliards pour soutenir leur économie face à la pandémie. Ils engagent de l’argent qu’ils n’ont pas, qu’ils empruntent, et qu’au fond, ils ne rembourseront jamais vraiment. À chaque fois qu’un prêt arrivera à maturité, les États réémettront une nouvelle dette pour payer l’ancienne… C’est un mécanisme parfait qui fonctionne sur la confiance des marchés et sur une certaine hypocrisie générale. Et parce que les liquidités à l’échelle de la planète sont immenses. C’est là où commence une forme d’injustice. L’Afrique n’a…

2 min.
en cinq couleurs

ÉDIFIER UNE GALERIE-MONDE ouverte à la planète art aux quatre coins du globe, tel est le défi de la 193 Gallery. Née en 2018, sous l’impulsion de César Lévy qui sillonne les continents en quête d’œuvres représentatives de leur pays, cette galerie parisienne met en lumière la création contemporaine au fil d’un world tour incessant. «Colors of Africa », exposition photographique qui se tiendra du 22 octobre au 13 décembre prochain, témoigne d’une volonté de prendre le pouls battant du continent en réunissant cinq artistes de talent : Hassan Hajjaj (Maroc), Thandiwe Muriu (Kenya), Derrick Boateng (Ghana), Ebuka Michael (Nigéria), ainsi que Nyaba Ouedraogo (Burkina Faso). On y découvre des thématiques et des regards variés au fil de compositions et de portraits colorés, pêchus, pop, emplis de vitalité: l’univers singulier et les…

1 min.
abou tall street crédibilité

AVANT DE LE DÉCOUVRIR en solo, on l’avait remarqué dans le duo formé avec Dadju (le frère de Gims), The Shin Sekaï. Beau brin de voix, écriture chiadée… voilà ce que l’on retrouve dans ce premier album, Ghetto Chic, dans lequel il se raconte avec fierté, pour donner envie aux jeunes d’en découdre avec leur destin. Fils d’immigrés sénégalais, il grandit dans les rues du 9e arrondissement de Paris, captivé par les tentations et les richesses de la capitale, comme il l’expose dans «Rats des villes». Que les cœurs d’artichaut se rassurent, il évoque aussi l’amour dans «Mona Moore» et une reprise de «J’aime les filles», de Jacques Dutronc. Autour de lui, les beatmakers MKL et Raphaël Nadjiko – qui veillent à mêler sonorités anglo-saxonnes et africaines –, Lefa, S.…

1 min.
sounds

❶ Badi & Boddhi Satva Trouble-fête, Naff Né en Belgique de parents congolais, Badi a toujours chanté son amour des mélanges, tant humains que sonores. Pour ce second album afro-pop bien nommé Trouble-fête (car il ne s’agit pas de se censurer !), il a fait appel au producteur Boddhi Satva. On danse, on s’amuse, on réfléchit. Et on apprécie particulièrement l’hommage à Virgil Abloh dans le morceau du même nom ! ❷ Sabrina Bellaouel We Don’t Need to Be Enemies, InFiné Depuis la sortie de ses premiers singles en 2016, on suit avec attention cette musicienne qui manie l’électronique, le R’n’B et, entre autres, la techno. Ce qui s’entend dans cet EP très abouti, aussi bien inspiré par ses voyages en Europe qu’au Maghreb. Les titres sont brefs, intenses, expérimentaux, se jouent du répétitif et…

2 min.
christiane taubira parle à la jeunesse

ON L’ATTENDAIT. Son premier roman. Sa première fiction. Qui débute avec un procès. Celui d’un jeune Guyanais, Kerma, accusé de complicité de meurtre. Pris dans la tourmente de la justice. Ballotté entre les incohérences, les errances, la vie comme elle est. Dans un pays où l’histoire récente et l’histoire lointaine s’entremêlent, inévitablement. Entre les lignes. Question amérindienne, colonisation, esclavage, marronnage, crise sociale de 2017. «C’est grave. C’est très grave. Et quoi qu’il advienne, c’est tourment pour toujours. - De quoi vivez-vous? Vous travaillez? - J’ai un emploi. Je gagne mille cent trente-six euros. - Vous n’aviez donc pas besoin de ces quinze euros pour conduire vos amis malfaiteurs sur le lieu du crime?» Dès les premières lignes, tout est dit. Les petits arrangements avec le quotidien. Une jeunesse en quête…

1 min.
les arabofolies se soulèvent

CET AUTOMNE, le festival musical, des arts et des idées a pour thème « Soulèvements ». Pendant dix jours, c’est la force des artistes, la puissance poétique, la liberté des imaginaires et la richesse des identités qui sont mises à l’honneur. Au programme, des concerts de musique (électro, hip-hop, jazz, chanson, musiques du monde), des spectacles, des rencontres littéraires, notamment avec les écrivains Magyd Cherfi et Rachid Benzine autour de leurs ouvrages respectifs La Part du Sarrasin (Actes Sud) et Dans les yeux du ciel (Seuil). À ne pas rater, les concerts des Temenik Electric et du binôme de DuOud à l’occasion de la sortie de leurs albums. Ni les chorégraphies des danseuses palestiniennes Hala Salem et Rand Ziad Taha ou encore le récital de la Tunisienne Dorsaf Hamdani, qui…