ZINIO Logo
EXPLORARBIBLIOTECA
Famosos i Xafardeig
Échos Vedettes

Échos Vedettes Vol.58 no.30 - October 23, 2020

Après plus de 50 ans d'existence, l'hebdomadaire Échos Vedettes est toujours sur le devant de la scène, avec un contenu éditorial essentiellement axé sur les artistes du Québec. Rumeurs, déclarations, potins, primeurs: tout ce que vous voulez savoir sur les vedettes d'ici! Échos Vedettes vous offre aussi un téléhoraire ainsi que de nombreuses chroniques culturelles dans sa section Arts et spectacles.

Llegir Més
País:
Canada
Idioma:
French
Editor:
TVA Publications Inc.
Periodicitat:
Weekly
COMPRAR NÚMERO
2,53 €(IVA inc.)
SUBSCRIURE
59,95 €(IVA inc.)
52 Números

en aquest número

9 min.
les de la nou velles semaine

MIKA Un concert pour le Liban D’origine libanaise, Mika a rapidement voulu aider son pays à la suite des terribles explosions qui ont eu lieu le 4 août à Beyrouth. Sans nier la réalité politique, il a choisi d’organiser un concert pour récolter des fonds afin de venir en aide aux habitants qui ont tout perdu. «On l’a fait avec beaucoup d’amour, et ça a pris beaucoup d’ampleur», a-t-il expliqué en entrevue depuis Athènes, où il est présentement. Ce concert est toutefois beaucoup plus qu’une sorte de téléthon habituel. «On a une intro avec un montage d’archives de ma famille. On poursuit avec un concert intime, où je suis seul avec mes musiciens. Mais à la troisième chanson, on entre dans un mélange de performance et de film. On suspend la réalité. On…

4 min.
«je m’excuse à tous ceux que j’ai pu décevoir» − éric lapointe

On retrouvait le nom d’Éric Lapointe au rôle de la Cour municipale du 7 octobre. Surprenant, parce que le dossier ne devait revenir devant la Cour qu’à la fin du mois, soit le 27 octobre. Peu de temps avant l’heure prévue, 14 h 30, le rockeur est arrivé à la Cour municipale accompagné d’un autre homme, dont on ignore l’identité, pour retrouver son avocat. Vêtu d’un complet foncé, d’un masque et de lunettes fumées, Éric s’est dirigé d’un pas sûr vers la salle d’audience sans s’arrêter devant les médias. Il est entré dans la salle et est allé s’asseoir dans la première rangée, face au magistrat. Son avocat, Me Jacklin Turcot, s’est alors adressé à son client pour lui demander s’il plaidait coupable de façon libre et volontaire. Éric a répondu…

6 min.
«ma mesure du bonheur a de nouveaux barèmes» − vanessa pilon

Allons boire ailleurs n’est pas une nouvelle émission qui nous invite à découvrir des vignobles du bout du monde. «L’idée de base est de découvrir un pays à travers ce que les gens boivent, explique Vanessa Pilon. Dans chacun des pays visités, on a fait des rencontres surprenantes et touchantes.» Mais l’idée n’est pas non plus d’exploiter la carte postale classique d’un lieu. «En Grèce, par exemple, je suis allée sur l’île de Lesbos, où est produit l’ouzo, la boisson locale. Je me suis également rendue à l’autre bout de l’île, dans le camp de réfugiés de Mória. Dans l’émission, on aborde autant l’histoire du pays que les enjeux actuels.» DES RENCONTRES ENRICHISSANTES Cambodge, Grèce, Brésil, Afrique du Sud, Guatemala et Mexique sont les pays que Vanessa Pilon a visités pour l’émission.…

6 min.
«ça me sort de ma zone de confort» − guylaine tremblay

Pour souligner ses 60 ans, Guylaine Tremblay rêvait de faire un gros party chez elle, durant toute une journée! Des gens y seraient allés faire leur tour pour festoyer avec elle… mais cela s’est avéré impossible à cause de la covid. C’est donc en toute intimité que la comédienne a célébré son entrée dans la soixantaine, le 9 octobre. «Ça faisait deux ou trois ans que je me disais que j’approchais de mes 60 ans et que je me demandais de quoi j’avais envie. En fait, je veux que ma soixantaine soit l’âge de l’abandon et du plaisir. Si j’ai le goût d’expérimenter quelque chose, je vais le faire. Les années où il fallait que je prouve que j’avais ma place dans le métier sont passées. Je ne sais pas…

5 min.
«j’ai eu la plus belle des enfances» − émilie daraîche

Quand on est enfant et qu’on évolue au sein du clan Daraîche, on fait quoi? On suit la famille en tournée et on baigne du soir au matin dans la musique. Comme un poisson dans l’eau. «J’ai grandi dans la musique mais, plus jeune, je ne voulais pas être chanteuse. Je suivais la famille, et ça me convenait.» Elle en garde de précieux souvenirs. «J’ai eu la plus belle des enfances. J’ai passé ma jeunesse à faire le tour du Québec en autobus de tournée. J’ai beaucoup appris et j’ai rencontré beaucoup de personnes grâce à ça. Mon père venait nous chercher après l’école, et on allait faire des spectacles.» Comme un mode de vie. Puis, vers l’âge de 14 ans, Émilie commence à chanter. «J’ai eu la piqûre à ce…

2 min.
«je ne savais même pas qu’elle faisait un album!» − paul daraîche

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Paul Daraîche ignorait tout de l’entente qu’avait conclue Émilie avec son propre producteur, Mario Pelchat. «Je ne savais même pas qu’elle faisait un album! Ils me l’ont caché, s’étonne-t-il encore avec amusement. Quand ils me l’ont dit, tout était fait. Les tounes étaient choisies et la préproduction en studio aussi.» Mais alors, comment se fait-il qu’Émilie ait gravé Je suis seule, une chanson originale de son père, écrite en collaboration avec Christian Péloquin? «Mario m’avait demandé d’écrire une toune pour une chanteuse étrangère que je ne connaissais pas. J’ai commencé à l’écrire et, à un moment donné, il a fallu qu’il me le dise pour que les paroles conviennent à Émilie.» C’est alors que le chat est sorti du sac et que Paul a eu accès…