ZINIO Logo
EXPLORARMI BIBLIOTECA
Guerres & Histoires

Guerres & Histoires

No. 60
Añadir a favoritos

Guerres & Histoires, le nouveau trimestriel de la gamme Science & Vie, met l’accent sur les principaux conflits qui ont marqué notre histoire. Il s’attache ainsi à livrer une explication claire sur les protagonistes des grandes guerres, leurs stratégies et leurs technologies d’armement.

Leer Más
País:
France
Idioma:
French
Editor:
Reworld Media Magazines
Periodicidad:
Bimonthly
COMPRAR NÚMERO
5,50 €(IVA inc.)
SUSCRIBIRSE
25,37 €(IVA inc.)
6 Números

en este número

3 min.
édito

Amis lecteurs, amies lectrices, Il y a dix ans tout rond, Guerres&Histoire venait au monde dans le giron de Science&Vie, marque dont est issu l’essentiel de l’équipe et qui hisse ce pavillon centenaire avec fierté. Soixante numéros plus tard, notre magazine fait peau neuve, sans oublier son passé, ce qui serait un comble pour des passionnés d’Histoire. D’où l’idée d’accoler, sur une partie de la diffusion, un retirage du numéro 1, épuisé depuis longtemps. Beaucoup d’entre vous le réclamaient, les uns déplorant d’avoir une collection étêtée, les autres d’avoir manqué un beau dossier sur celui qui a fait semblant de mourir il y a deux siècles sur une île de l’Atlantique sud. Pour notre dixième anniversaire, ce petit cadeau ne suffisait pas. Il fallait marquer le coup en « changeant la…

7 min.
emmanuel de crouy-chanel « il y a une filiation directe entre la couleuvrine et le canon moderne »

Faire paraître un tel ouvrage en 2021 est surprenant. Ne savait-on pas tout sur le canon ? J’avais la même impression que vous, il y a quinze ans. Mais, en travaillant sur l’histoire de la fortification, je me suis rendu compte qu’il y avait une imprécision considérable sur l’évolution du canon, sur sa chronologie comme son vocabulaire. On avait par exemple du mal à déterminer ce qu’était une couleuvrine à une date donnée. J’ai donc tout repris à zéro. Pourtant, le XIXe siècle a beaucoup écrit, et avec érudition, sur le canon. Mais les historiens de cette époque se sont laissés piéger par deux préjugés. D’une part, l’artillerie moderne – de bronze à boulet de fer, à chargement par la gueule, efficace : celle du milieu du XVIe siècle – était…

1 min.
le canon. moyen âge, renaissance

Emmanuel de Crouy-Chanel, P. U. François-Rabelais, 490 p., 70 € Voici un ouvrage qui fera date parce qu’il met de l’ordre là où l’on mélangeait noms et dates, là où une incroyable diversité d’objets étaient fourrés pêle-mêle dans la catégorie « canon ». C’est un ouvrage savant – mais accessible – d’histoire des techniques, mais considérées comme des faits sociaux. Il est d’une grande richesse de citations, de tableaux, d’encadrés, de notes comme d’images, ce dernier point expliquant en partie son coût. C’est aussi un « beau livre », bien relié, très lisible. Il vulgarise parfaitement, et au sens noble, un champ de connaissances touffu et complexe, où se croisent la chimie, la métallurgie, l’usinage. Les deux premières parties sont chronologiques (Moyen Âge et Renaissance), la troisième – les usages militaires…

14 min.
actualités

ON A (PEUT-ÊTRE) RETROUVÉ LE FAMEUX PIRATE SAM BELLAMY Les fouilles de l’épave du Whydah Gally, navire du pirate anglais « Black Sam » Bellamy naufragé en 1717 et retrouvé en 1984 au large du cap Cod (Massachusetts), ont révélé les vestiges de six squelettes protégés dans des concrétions, trouvaille rarissime car les restes humains sont généralement éparpillés ou détruits. L’équipe de l’archéologue américain Barry Clifford va tenter d’en extraire de l’ADN puis de tenter une identification en le comparant à celui de descendants du fameux flibustier: on saura ainsi vraiment ce qu’il est advenu de lui. Réputé pour son goût de l’égalité toutes races confondues, Bellamy avait accumulé plus de 45 prises avant de disparaître – corps et trésors confondus. Les fouilles de Sobibor témoignent de l’assassinat des enfants Cette plaque d’identification…

7 min.
préparer la résistance à une invasion soviétique

L’article de Tamir Sinaï est issu d’une recherche sur un sujet qui a défrayé la chronique dans les années 1980 et 1990 : les réseaux stay-behind (SB, littéralement : restez en arrière) de l’OTAN. Il s’agissait de réseaux clandestins mis en place dès le temps de paix et destinés, en cas d’offensive vers l’ouest des forces du Pacte de Varsovie, à agir sur les arrières de ces forces. Le malheur a voulu qu’au moins un de ces réseaux – celui mis en place en Italie et baptisé « Gladio » (Glaive) – ait été impliqué dans de graves scandales politiques et qu’il ait même participé à des attentats d’extrême droite. Des suspicions se portèrent également sur le réseau belge, possiblement impliqué dans d’autres actes de terrorisme ainsi que dans le…

4 min.
plan, plantage et plan-plan

La défaite de la France en mai 1940 passe à juste titre comme l’un des pires désastres de l’histoire nationale, et l’une des plus spectaculaires défaites des annales militaires. L’effondrement français n’est dû ni à un manque de courage ni à un déficit d’armes modernes. Oui, l’outil militaire avait des faiblesses matérielles, dans l’aviation, dans la conception des tourelles de char ; certes, la France est alors, comme toujours à la veille de ses grandes catastrophes, un pays divisé et inquiet de lui-même. Mais aucune de ces faiblesses n’était rédhibitoire, et les Allemands avaient les leurs. L’historiographie des dernières décennies a bien montré ce que le succès de 1940 avait d’incroyable aux yeux même des vainqueurs, et combien la Wehrmacht était en fait fragile si elle perdait le pari du «…