EXPLORARMI BIBLIOTECA
searchclose
shopping_cart_outlined
exit_to_app
category_outlined / Cultura y Literatura
Guerres & HistoiresGuerres & Histoires

Guerres & Histoires

No. 49

Guerres & Histoires, le nouveau trimestriel de la gamme Science & Vie, met l’accent sur les principaux conflits qui ont marqué notre histoire. Il s’attache ainsi à livrer une explication claire sur les protagonistes des grandes guerres, leurs stratégies et leurs technologies d’armement.

País:
France
Idioma:
French
Editor:
Societe Mondadori Magazines France
Leer Máskeyboard_arrow_down
ESPECIAL: Économisez 50% sur votre abonnement !
COMPRAR NÚMERO
6,40 €(IVA inc.)
SUSCRIBIRSE
29,51 €14,75 €(IVA inc.)
6 Números

EN ESTE NÚMERO

access_time3 min.
edito

La défaite française de 1940 est un traumatisme majeur à double titre. D’une part, du fait de l’effondrement militaire subit et total d’une armée réputée, sinon la meilleure, du moins parmi les plus solides du monde; d’autre part, parce que la défaite provoque la liquidation de la République et la mise en place d’un régime qui voulait rassembler mais qui divisera, qui plaçait l’honneur avant tout mais qui finira honni. Personne ne contestant qu’il n’y aurait pas eu Vichy sans Sedan, la question primordiale, celle qui hante les historiens militaires, est la raison de la débâcle. Un système militaire étant une construction complexe, sa faillite relève nécessairement de causes multiples et enchevêtrées. On a d’abord cherché, comme toujours, des causes simples et uniques. Pour la droite, c’était l’esprit de lucre…

access_time2 min.
guerres & histoires

Président : Ernesto Mauri RÉDACTION 8, rue François-Ory 92543 Montrouge Cedex. Tél. 01 46 48 48 48. Pour correspondre avec la rédaction : courrier.SVGH@mondadori.fr Directeur de la rédaction: Jean Lopez • Assistante de la rédaction: Mireille Liébaux • Rédacteur en chef adjoint: Pierre Grumberg • Directeur artistique: Pascal Quehen Première secrétaire de rédaction : Guillemette Echalier avec Bruno Levesque et Pierre-André Orillard • Service photo : Stéphane Dubreil • Documentaliste : Delphine Habauzit. Comité éditorial : Benoist Bihan, Laurent Henninger, Michel Goya, Yacha MacLasha, Éric Tréguier. Ont collaboré à ce numéro : Nicolas Aubin, Vincent Bernard, Frédéric Bey, Benoist Bihan, William Blanc, Ronan Boëbion, Michaël Bourlet, Isabelle Delorme, Fadi El Hage, Daniel Feldmann, Sylvain Gouguenheim, Michel Goya, Pierre Jardin, Thierry Lemaire, Loïc Leymerégie, Cédric Mas, Frank Stora, Éric Tréguier, Charles…

access_time19 min.
« comment la guerre a fait de moi un militant pacifiste »

G&H: Vous êtes né ici, à Wellington, au cœur du Shropshire, et vous y habitez toujours. C’est plutôt rare! George Evans: C’est une région que j’adore. Enfant, je pouvais voir par la fenêtre le Wrekin [une colline qui surplombe la campagne du Shropshire, haut lieu de randonnée, NDLR] . Pendant longtemps, je n’ai pas voulu en bouger, ce qui est assez ridicule quand on enseigne la géographie [rire]. Notez qu’on m’a tiré dessus lors de mon premier voyage à l’étranger. C’était en 1944, en Normandie! La guerre, c’est une constante dans l’histoire familiale… Mes parents sont tous deux rescapés de la Grande Guerre. Mon père, né dans une ferme, se porte volontaire. Il a le pouce arraché et reçoit une balle dans la jambe à Ypres en 1917. Ma mère habite alors la…

access_time2 min.
la 11 e  division, la force du taureau, le galop du cheval

« Le taureau noir » : tel est l’emblème de la 11th Armoured Division, l’unité qui encadre la 159 brigade d’infanterie à laquelle appartient le 1 bataillon du Herefordshire Regiment (dans l’armée britannique, le régiment n’est qu’un cadre administratif, les bataillons combattent séparément au sein de brigades, leur cadre tactique) dans lequel George Evans accomplit l’essentiel de son parcours. Formée en mars 1941, la 11 division débarque le 13 juin 1944 sur Juno Beach (Courseulles, Calvados) et se trouve immédiatement engagée dans les trois offensives majeures tentées par Montgomery pour déboucher de Caen : Epsom (26-30 juin), Goodwood (18-20 juillet) et Bluecoat (30 juillet-7 août). Les deux premières sont des échecs chèrement payés : la seule journée du 18 juillet coûte 115 Sherman ! Mais la troisième finit par percer…

access_time2 min.
bergen-belsen révèle les camps de la mort à l’occident

Destiné à l’entraînement de la Wehrmacht avant guerre, le camp de Belsen (près de la ville de Bergen, à 44 km au nord-est de Hanovre) devient en 1940 un immense stalag (camp de prisonniers de guerre) où seront entassés simultanément jusqu’à 95 000 soldats. Et où 50 000 d’entre eux, essentiellement soviétiques, vont mourir, affamés par leurs geôliers. En avril 1943, la Wehrmacht cède une partie du complexe à la SS, qui en fait un « camp de détention » (Aufenthaltslager) pour les juifs destinés à être échangés avec les Alliés, soit contre des citoyens allemands, soit contre de l’argent (2 560 seulement sur au moins 14 600 seront ainsi libérés). En mars 1944, une section est ouverte pour des hommes malades venus d’autres camps, puis en août une section…

access_time1 min.
l’avis de la rédaction

À Wellington, George Evans m’a ouvert sa porte, avec un immense sourire dans une barbe de Père Noël, coiffé d’un béret brun, où le coquelicot du souvenir remplace l’insigne militaire, et vêtu d’un T-shirt kaki proclamant « War is stupid ! ». C’est ce qu’on appelle afficher les couleurs. En posant le fusil le 8 mai 1945, George (ci-contre en 2014) a entamé en effet un nouveau combat, pour faire taire les canons. Jamais il n’a cessé d’appeler haut et fort à la paix et à la fraternité. Trop haut et trop fort, peut-être. Régulièrement insulté et accusé de trahison, en dépit des médailles qui honorent ses états de service, il a été, à 92 ans, mis au ban de la Légion des anciens combattants de sa ville pour avoir…

help