Noticias y Política
Le français dans le monde

Le français dans le monde No. 421

Tous les deux mois, l’actualité pédagogique, culturelle et sociale de la langue française et de la francophonie. À la fois magazine d’information et outil directement utilisable en classe de langue, en particulier grâce à ses fiches pédagogiques et à ses reportages audio. Depuis 50 ans, le lien entre les professeurs de français du monde entier.

País:
France
Idioma:
French
Editor:
SEJER
Leer Más
COMPRAR NÚMERO
10,30 €(IVA inc.)
SUSCRIBIRSE
60,32 €(IVA inc.)
6 Números

en este número

8 min.
il était une voix

N’est-ce pas paradoxal de brosser le portrait de quelqu’un qui s’est fait connaître pour son éloquence? Comment retranscrire la vivacité des gestes, la profondeur des intonations, la modulation de la voix? Heureusement, il existe pour apprécier le talent oratoire de ce jeune musicien des mots aux faux airs de Bruno Mars un film documentaire qui a fait grand bruit : À voix haute. Diffusée d’abord sur Internet puis à la télévision et enfin sur grand écran (en 2017), cette œuvre de Stéphane de Freitas avait pour but de faire connaître le concours d’éloquence que le réalisateur avait lui-même lancé en 2012 dans le département francilien de la Seine-Saint-Denis. Eloquentia, c’est son nom, est un programme qui revendique « la culture du débat et du dialogue » et prône « la…

3 min.
tourisme spirituel : la voie sacrée

Les chiffres sont impressionnants. 51 millions de touristes se rendent chaque année sur des sites religieux en France. Parmi eux, plus de 15 millions fréquentent chaque année une des 17 « villes sanctuaires » de l’Hexagone, des villes qui sont aussi vues par près de 5 millions de « visiteurs » s’étant rendus sur le site Internet de leur association (www.villes-sanctuaires.com). C’est peu dire que le tourisme spirituel est en pleine ascension. Et il ne touche pas les seuls pèlerins, mais séduit un public toujours plus large et de plus en plus international. Il est vrai qu’en la matière, la France ne manque pas d’atouts : 50 000 édifices religieux, basiliques, cloîtres et sanctuaires, dont 10 000 classés « monuments historiques »; des édifices prestigieux comme le Mont-Saint-Michel, la cathédrale de…

3 min.
faisons un saut à bordeaux!

Une allure à trois temps pour le Jumping international de Bordeaux qui poursuit sa conquête vers un large public au grand galop! » Ainsi se présente la grand-messe équestre qui se tient début février au Parc des expositions bordelais. Sport, spectacle et Salon du cheval rythment ce rendez-vous annuel de l’équitation « indoor » – en selle et en salle donc –, avec en point d’orgue le concours de saut d’obstacles qui clôt le circuit de coupe du monde. Celle-ci, commencée en octobre, s’achèvera lors de la grande finale de Göteborg, en Suède, début avril. Ludique et spectaculaire, le saut d’obstacles fait partie des trois disciplines qui sont aujourd’hui représentées aux jeux Olympiques, avec le dressage et le concours complet. Les compétitions équestres – à ne pas confondre avec les courses…

4 min.
« l’école française peine à favoriser l’innovation »

Vous plaidez dans votre ouvrage pour une « société apprenante ». Quelle est l’idée exactement? Je plaide pour une société où les savoirs ne sont pas en compétition mais où tout ce que l’on apprend est documenté et partagé, et peut inspirer les autres. Les machines, aujourd’hui, apprennent; elles sont capables de mémoriser et de calculer bien mieux que nous. Nous avons donc besoin de développer d’autres compétences : la coopération, la créativité, l’empathie, la création de sens. D’autant que nous avons aujourd’hui d’immenses défis à relever, à commencer par les défis environnementaux et sociaux. Or les solutions d’hier ne répondent pas aux problèmes d’aujourd’hui. Il faut donc inventer – jusqu’à inventer ce que seront les métiers de demain, car beaucoup des métiers d’aujourd’hui auront bientôt disparu – et partager toutes…

1 min.
compte rendu

Aux défis posés par l’intelligence artificielle, le biologiste François Taddei répond intelligence collective et « société apprenante ». Cette société, riche de la dissémination de l’innovation, devra être non seulement une société de la connaissance mais aussi une société de la reconnaissance des compétences de chacun; permettre une grande liberté d’apprentissage, avec la possibilité notamment de « diplômes blancs », dont on fixerait soi-même les contours; favoriser une science ouverte et citoyenne; développer une école qui nourrisse la curiosité, encourage l’interdisciplinarité et la découverte des points de vue différents. L’objectif, in fine : le développement de notre capacité à nous adapter au changement. Chercheur, fondateur du Centre de recherches interdisciplinaires, François Taddei se définit comme un « entrepreneur scientifique et social » – scientifique par sa connaissance du monde, social par…

8 min.
ornela vorpsi : « j’écris dans une langue dévêtue d’enfance »

Après cinq livres en italien, vous avez écrit les deux derniers en français. Pour quelle raison? Je n’avais pas le choix. L’italien que je produisais était plein de « francesisme », de gallicismes. Avant il était rempli d’« albanismes » et c’était cet italien mouvementé par les autres langues qui intéressait mon premier éditeur italien (Einaudi). En revanche, mes lecteurs italiens ne m’ont jamais parlé d’autres langues dans mon italien – ni de francesisme ni d’albanisme, ni même d’une langue quelque peu secouée par ma syntaxe ou ma morphologie étrange ou étrangère, venue d’ailleurs. Vous le ressentiez vous-même en écrivant cette langue? Je ne suis pas italienne pour avoir la distance nécessaire et pouvoir affirmer ou non si c’est de l’italien « orthodoxe ». Je parle couramment quatre langues (en ajoutant l’anglais) et…